Catastrophe et Renaissance de la culture traditionnelle chinoise (3e partie)


Suite de la 2e partie



Le principe Yin -Yang et les cinq éléments sont au cœur de la culture traditionnelle chinoise. Dans la Chine antique, cette pensée d'inspiration divine influençait toutes les disciplines. Une telle pensée était reflétée dans chaque aspect de la société et de la vie quotidienne, de la science à l'armée, de la construction au voyage, de la piété à l'agriculture, et même de la naissance au mariage, et même à la mort.


Le principe Yin-Yang et les cinq éléments couvraient tout en ce monde. Prenons le corps humain comme exemple, un corps humain a cinq principaux organes internes, c'est-à-dire, le cœur, le foie, la rate, les poumons, et les reins, qui correspondent respectivement au feu, au bois, à la terre, au métal, et à l'eau dans les cinq éléments.


Dans la médecine traditionnelle chinoise, le traitement des maladies de ces cinq organes internes est basé sur le principe de la génération mutuelle et de l'inhibition mutuelle qui existe parmi les cinq éléments. En plus, les canaux d'énergie et les collatéraux sont classifiés selon Yin-Yang et les cinq éléments, et les médecins traditionnels chinois regardent les corps des patients sur la base de la génération et de l'inhibition mutuelles. Les cinq éléments correspondent également aux fluides du corps humain, aux six Fu (c'est-à-dire, les six organes creux), aux cinq organes sensoriels, et aux quatre membres. Lorsqu'ils prescrivent un médicament, les médecins traditionnels chinois choisissent un médicament à base de plante selon ses propriétés telles qu'elles sont comprises en regard des cinq éléments, et quelques maladies devaient même être traitées à des moments précis ou "shichens" [un shichen correspond à deux heures et il y a douze shichens dans une journée]. La concordance des shichens et des cinq éléments n'est pas aléatoire. Elle a été fixée d'avance, c'est-à-dire qu'elle a été fixée par les cieux.


La compassion, la loyauté, la bienséance, la sagesse, et la fidélité du confucianisme correspondent également aux cinq éléments. Dans les anciens temps, la Chine était appelée la Terre Divine, et c'était une nation d'étiquette et de moralité, dont beaucoup se sentaient fiers. Beaucoup savent que dans l'astronomie traditionnelle chinoise, les planètes Venus, Jupiter, Mercure, Mars, et Saturne correspondent aux cinq éléments. En ce qui concerne la géographie de la Chine, il y a cinq grandes montagnes ; les couleurs de la terre en Chine sont également liées avec les points et les directions géographiques représentés par les cinq éléments : le sud a un sol rouge, le nord un sol noir, l'est un sol bleuâtre, l'ouest un sol blanc, et le centre un sol jaune.


Dans ce qui suit, j'expliquerai les éléments les plus fondamentaux qui constituent un pays, et puis je relierai ces éléments de base avec les cinq éléments. J'ai découvert qu'ils s'accordent très bien.


Le peuple, l'armée, le gouvernement, les lois et les réglementations, la culture et la moralité correspondent respectivement à la terre, au métal, à l'eau, au bois, et au feu. Basé sur le principe de la génération mutuelle, la terre produit le métal, ainsi l'armée provient du peuple. Le métal produit l'eau, ainsi dans l'histoire de l'humanité, l'établissement d'un gouvernement est étroitement lié à l'armée. Une fois qu'un gouvernement est établi, il décrétera les politiques de gestion, les lois et les réglementations de la nation, qui sont toutes des stratégies essentielles pour gouverner un pays. Cela, c'est l'eau générant le bois. Ces lois, réglementations et politiques formeront une culture, et auront même un large impact sur les normes sociales. La culture et la moralité influencent également le peuple. Cela, c'est le bois produisant le feu, et le feu produisant la terre. Le caractère simple et compatissant du peuple se conforme à la nature de la terre. L'armée possède la nature du métal, ce qu'il est inutile de décrire. Bien que le gouvernement soit placé bien au-dessus, le peuple a plus d'importance, la direction du pays est secondaire, et l'empereur vient en dernier. En ce qui concerne l'empereur et le gouvernement, ils devraient tous avoir le caractère de nourrir et de se mêler au peuple, ainsi ils correspondent à l'eau. Les lois et les réglementations possèdent la nature du bois, car le bois est lisse et souple. De leur côté, de bonnes lois devraient remplir les fonctions de production et de création. La culture, le divertissement, la moralité, l'éducation, et les coutumes folkloriques possèdent tous les caractéristiques d'être actifs et de monter, ainsi elles appartiennent au feu.


Dans l'ordre des cinq éléments mentionnés ci-dessus, chacun renforce l'élément à côté de lui, et s'oppose au second élément plus éloigné. De cette façon, on obtient un équilibre par la génération mutuelle et l'inhibition mutuelle.


Le principe de génération mutuelle et d'inhibition mutuelle peut être appliqué à tout dans l'univers. Il connecte et relie la vie, l'univers, l'espace-temps, et la nature. Prenons le gouvernement, les lois et le peuple pour illustrer les rapports de l'inhibition mutuelle. Plus un gouvernement (un empereur) possède de pouvoir, plus le pays deviendra totalitaire, et plus de lois et de conditions seront décrétées. Le gouvernement décrète les lois et les règlements pour restreindre le peuple. Ainsi plus il y aura de lois et plus elles seront puissantes, et plus le peuple sera grièvement blessé. De cette façon, il est impossible de rendre le pays riche et le peuple fort. Le rôle d'inhibition des lois et des règlements sur le peuple est évident, alors que les restrictions du peuple envers le gouvernement sont invisibles et manifestent souvent une sorte de requête au gouvernement. La manifestation de cette requête est également relativement cachée. Mais elle est plus puissante. En ce sens, il faut toujours souligner que la volonté du peuple ne peut être rejetée. Le peuple à l'origine devrait exercer un certain niveau de restriction sur le gouvernement. Si le peuple est faible dans ce rôle, il ne semble pas capable pour un temps de faire quoi que ce soit au gouvernement, mais cette situation ne durera pas très longtemps. Quand le peuple dans une situation extrême est forcé de se rebeller, il finira par inhiber le gouvernement et y mettra un terme. Par conséquent, dans les anciens temps, les empereurs se devaient tous d'écouter la voix du peuple et de modifier les lois en conséquence, afin d'établir un rapport tranquille entre le haut et le bas, et donc une grande harmonie dans toute la nation.


Dans la culture traditionnelle chinoise, l'harmonie ne se manifestait pas seulement dans la cultivation personnelle des gens, mais également dans le gouvernement du pays. L'harmonie signifie que la génération et l'inhibition mutuelles de Yin-Yang et des cinq éléments sont dans un état normal. L'harmonie est le reflet de la réalisation d'un certain niveau. C'est l'état naturel et interactif vers lequel le peuple, la société, la nature, et l'univers tendent. Lorsque l'atmosphère sociale est pure, lorsque les gens sont droits et honnêtes, lorsque le gouvernement (l'empereur ou le roi) conduit tranquillement le pays et n'interfère pas avec la vie des gens, quand les politiques, les lois, les récompenses et les punitions sont clairement suivies, lorsque l'armée est disposée à défendre la nation, le pays est bien régi et en grande harmonie.


Les anciens chinois mettaient l'accent sur le gouvernement d'un pays par la non-action. Que signifie "non-action" ? Cela ne signifie pas que l'empereur ne fait rien. Cela signifie au contraire que l'empereur est en paix et à l'écoute de son peuple. Si le règne de l'empereur est juste, toute la nation sera en harmonie.

(à suivre...)


Version chinoise
中国传统文化的劫难与新生(三)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.