Allemagne : Frankfurter Rundschau : Semaine des Droits de l'Homme

Une grande foule était rassemblée dans un coin de Pausenhof (cour de récréation) devant les posters. Les résonances de tambours dont jouaient les étudiants pouvaient s'entendre de partout tandis que des jeunes filles vendaient des gâteaux. Ça ressemblait un peu à la célébration d'un premier diplôme mais c'était en réalité les manifestations de la semaine des droits de l'homme à Liebigshule (Lyçée de Liebig) à Hausen. Les gains de la vente des gâteaux était donnés aux organisations engagées dans la défense des droits de l'homme.

Les posters représentaient la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. La déclaration universelle a été promulguée en 1948, voici cinquante ans à Paris, le 10 décembre. Depuis ce jour, le 10 décembre a été désigné comme la Journée des Droits de l'Homme. Cette journée a donné aux étudiants la motivation pour informer le public sur la torture, l'esclavage et autres injustices pendant six jours.

Dans l'auditorium, deux dissidents chinois ont exposé aux élèves de fin de secondaire la répression dans leur pays natal. Tous les deux s'appellent Wang, bien qu'ils ne soient pas liés l'un à l'autre. Les expériences des deux Wang sont d'excellent exemples pour présenter la véritable situation des droits de l'homme en Chine.

Le plus âgé a été emprisonné après la manifestation des étudiants de 1989 en Chine pendant treize ans dans un hôpital psychiatrique. Le plus jeune a été incarcéré deux ans dans un camp de travail parce qu'il est un adhérent du Falun Gong, une pratique interdite en Chine depuis 1999. Il faisait un travail agricole épuisant commençant avant le lever du soleil jusqu'à peu avant minuit. Il s'est adressé en allemand aux plus de 300 étudiants qui ont été atterrés par ce qu'ils ont entendu, “Nous avons souffert la privation de sommeil, un travail lourd et épuisant, et recevions une nourriture abjecte."

Mais le pire a été le lavage de cerveau. Parce qu'il refusait de renoncer au Falun Gong après avoir enduré tout ça, ils l'ont torturé jusqu'au moment où il a renoncé et signé. Deux prothèses de hanches artificielles qui lui ont été implantées après qu'il ait émigré en Allemagne sont les signes les plus visibles du tourment qu'il a enduré.

Wang Wan Xing, a souffert longtemps. Il était sur la Place Tiananmen lorsque qu'on a tiré de sang froid sur les étudiants. Bien qu'étant sain d'esprit, quelqu'un n'ayant aucun problème mental, il a été incarcéré pendant treize ans dans une clinique psychiatrique avec des gens détenus pour meurtre . Il doit remercier des fonctionnaires de l'Union européenne (UE) qui ont obtenu sa libération et son émigration après beaucoup de pression politique. Aujourd'hui, personne dans les cercles politiques ne veut être associé avec lui. Ils ont peur que la perte de connexions diplomatiques avec leur partenaire commercial chinois ne prennent le pas sur tout le reste.


Récompense européenne
La Liebigshule s'est vue accorder le Prix 2007 de l'Europe durant la semaine des droits de l'homme. Le sponsor du prix est la branche de Frankfort de l'Union de l'Europe allemande. Un groupe à l'école a reçu une mention spéciale. Sur une note séparée, ils avaient arrangé l'échange étudiant avec deux Jeunes Lettons de Riga.

Article original allemand :

http://de.clearharmony.net/articles/200712/40895.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.