Un pratiquant sodomisé et torturé avec des matraques électriques pendant toute une heure au camp de travaux forcés de Yinmahe

Je suis un pratiquant de Falun Dafa de la ville de Changchun, au nord-est de la Chine. Je suis allé à Pékin pour la deuxième fois le 1er janvier 2001 pour faire appel contre la persécution. A cause de cela, j’ai été illégalement condamné à une peine de trois ans dans la deuxième escouade du camp de travaux forcés de la ville de Jiutai, province de Jilin.

Peu de temps après mon arrivée au camp de travaux forcés, j’ai vu le pratiquant Li Bochun du comté de Ganan se faire torturer impitoyablement pendant plus de deux semaines. Le gardien Zhao Jousheng a continuellement donné des chocs électriques à Li avec des matraques électriques. Ils ont aussi attaché Li à un lit avec des menottes et demandé aux détenus criminels Du Feng, Pan Yongqiang et Lin Yuemin de le battre. Les détenus ont étroitement menotté les poignets de Li et ont tiré ses bras vers l’extérieur. Du et Lin tiraient sur les menottes en même temps qu’ils sautaient sur le corps de Li. Li criait misérablement de douleur. Les détenus ont alors utilisé les menottes pour lui attacher les bras en l’air pendant deux semaines et ses poignets commencèrent à suppurer. A cause des tortures intenses, l’état mental de Li est devenu anormal. Cependant, il est toujours détenu. Le gardien Yin Chunlong a torturé le pratiquant Pan Gang de Nongan avec les même méthodes parce qu’il avait crié « Falun Dafa est bon » à plusieurs reprises et avait entamé une grève de la faim.

En avril 2001, encouragés par la police, les détenus ont forcé les pratiquants à faire des tâches pénibles, essayant de les forcer à abandonner leur pratique de Falun Gong. Après l’échec de cette méthode, un criminel a écrasé les gros orteils de Pan Gang avec un bâton de bois jusqu’à ce que ses ongles soient arrachés. Le corps de Pan était couvert de blessures. Il a aussi frappé le pratiquant Yang Lidong à la tête avec un crochet de fer, le faisant beaucoup saigner.

Le pratiquant Wang Hongtian, originaire de Dehui, est mince et petit. Plusieurs détenus lui ont fait porter de la terre à tour de rôle en l’obligeant à porter les charges sur ses épaules. Le pratiquant Bai He de Jilin ayant signalé les irrégularités au gardien Li Chengzhou, les détenus l’ont alors traîné par les pieds en courant sur une route en mauvais état. Le pratiquant Jiang Lide est intervenu pour arrêter leur violence, mais il a été battu et jeté à l’eau.

Pour avoir résisté à la persécution, le pratiquant de Dafa Xu Yangang de Qianguo a reçu des coups électriques et a été traîné par les menottes plusieurs fois. De nombreux pratiquants tels que Zhao Xishun, Pan Gang, Bai He, Lang Baimin, et Yan Wei ont entamé des grèves de la faim en signe de protestation. Les détenus ont cassé les dents de devant de Zhao Xishun et Pan Gang avec une crosse en fer. Jin, le docteur de la prison a piqué le cuir chevelu de Lang Baimin et de beaucoup d’autres pratiquants avec des aiguilles. Les gardiens ont donné des décharges électriques au pratiquant de Jilin Xiao Jinsong avec plusieurs matraques et l’ont torturé à mort.

En mars 2002, les pratiquants de Changchun ont diffusé les faits du Falun Dafa sur la TV câblée. Immédiatement à la suite de cela, la province de Jilin a entamé une autre série de persécution insensée de pratiquants de Falun Gong. Yang, le vice-président du camp de travaux forcés de Yinmahe qui est responsable des détenus, et les chefs de sa section sont personnellement intervenus et ont encouragé toutes les escouades à persécuter les pratiquants de Falun Gong. Les brutes ont aussi forcé les pratiquants à faire du matériel calomniant Dafa, et ont voulu frapper les pratiquants jusqu’à ce qu’ils abandonnent leur pratique.
Les pratiquants n’ont pas cédé à la persécution qui s’est intensifiée dans le camp de travaux forcés. Tous les gardiens portaient des matraques électriques de la police qu’ils utilisaient pour frapper les pratiquants. La fréquence des coups s’est continuellement accrue. Souvent, ils ont même utilisé au même moment quatre matraques électriques pour frapper un pratiquant. Lorsque les piles devenaient faibles, les gardiens les rechargeaient et continuaient la torture. La torture la plus horrible a eu lieu lorsque les responsables de l’escouade Tang Bo et Zhao Fengshan et le gardien Liu Xiduo ont dévêtu le pratiquant de Henan Xue Baoping. Un policier étudiant les a alors aidé pour écarter les jambes de Li et lui tenir la tête. Un policier lui a ensuite enfoncé une matraque électrique de 5 cm de diamètre dans le rectum pendant une heure. Les cris de Xue et les pleurs causées par la torture nous ont donné l’impression que nous vivions en enfer. Le camp de travaux forcés a utilisé les moyens extrêmes pour torturer brutalement les pratiquants, tels que nous fouetter avec des fouets en fer, nous donnant des coups des pieds, nous frappant avec des chaussures au visage, etc. Incapables de supporter les tortures extrêmes, deux pratiquants ont essayé de s’échapper lorsqu’ils étaient emmenés à l’extérieur pour des travaux forcés. L’un d’eux a été rattrapé et ramené au camp.

Après que la police m’a donné des chocs électriques, mon système digestif n’était plus normal et je vomissais souvent. Au début du mois de juin, j’ai été transféré à la quatrième escouade. Avant la mi-juin, j’étais incapable de digérer la nourriture ou l’eau, j’étais souvent pris de vertiges, je vomissais beaucoup et j’ai perdu connaissance plusieurs fois. Au 8 juillet, ma vie était en danger imminent. Le camp de travail craignait d’être tenu responsable et m’a rapidement renvoyé chez moi. Je n’ai jamais été soigné au camp de travail pour aucune de ces conditions. Le 16 août, après avoir appris que je récupérais bien, le camp de travail est venu pour me récupérer. J’ai donc été forcé de commencer à vivre sans domicile fixe pour éviter la persécution.

Une autre politique de pression du camp de travaux forcés de Yinmahe est le lavage de cerveau. Ils forcent les pratiquants à regarder des vidéos et à lire des livres qui calomnient le Falun Gong. Ils sont strictement surveillés vingt-quatre heures sur vingt-quatre et parler entre eux leur est interdit. Ils nous ont torturé physiquement et mentalement en même temps.

Je n’ai décrit ci-dessus que quelques unes de mes expériences. Il existe de nombreux cas de persécution au camp de travaux forcés de Yinmahe. Depuis que le camp de travaux forcés bloque strictement toute l’information, ces conduites perverses ne représentent que la partie visible de l’iceberg. Cependant, cette preuve divulgue déjà la cruauté des gardiens et la perversité du camp de travaux forcés. Ici, j’aimerais faire appel à tous les membres des familles de pratiquants de Dafa détenus là-bas, ainsi qu’à toutes les personnes au bon cœur, pour qu’ils portent leur attention sur tout ce qui se passe dans ce camp de travail. S’il vous plaît, ne restez pas insensibles à cette situation. Veuillez distinguer le bien du mal et ne vous laissez pas tromper par les mensonges du régime de Jiang. S’il vous plaît, ne laissez pas la perversité continuer de manière incontrôlée. Allions-nous à la vérité et agissons avec vertu.


Source: http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/9/3/26111.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.