Enseignements pour éveiller les enfants (3ème partie)

(http://castleofcostamesa.com/wp-content/uploads/2011/07/Sanzijing-old-manuscript.jpg)

Enseignements pour éveiller les enfants (Xun Meng Wen) était un des classiques chinois pour apprendre aux enfants à observer l’étiquette et les règles et à cultiver la bienveillance en société. Il fut originellement écrit par un intellectuel du nom de Li Yuxiu (1662 V 1722) durant le règne de l’empereur Kang Xi (1654-1722) pendant la Dynastie Qing (1636-1912).


Il fut ensuite édité par M. Jia Curen de la Dynastie Qing qui changea le titre en Règles pour les étudiants. Arrangé en vers à trois caractères simples il est composé de cinq parties qui détaillent les règles à observer en toutes sortes de circonstances.


En tant que deuxième texte influent pour les enfants, (le premier étant Trois caractères classiques¹) Enseignements pour éveiller les enfants enseigne la piété filiale, le respect, la prudence, l'honnêteté, la patience, la tolérance, etc.


(Suite de la 2ème Partie)

Toutes les créatures de ce monde,
Nous devons les chérir et les considérer avec bonté.
Le ciel nous couvre tous sans distinction,
et la terre soutient toute l’humanité.
Les gens dont la conduite est bonne,
sont assurés d’avoir de bonnes réputations.
Une bonne conduite est ce que nous respectons;
une bonne apparence n’apporte pas l’honneur aux gens.
Les gens qui ont des talents remarquables,
gagnent justement leur prestige.
La réussite est ce que nous admirons;
les vantards n’ont pas notre respect.
N’utilisez pas pour votre avantage égoïste,
vos propres talents et compétences spéciales.
Les capacités qu'ont les autres,
ne devraient jamais être enviées ou méprisées.


Bien que vous ayez connaissance des fautes de quelqu’un,
il n’est pas nécessaire de les ébruiter.
Les affaires personnelles des autres,
ne devraient pas être sujets de discussion.
Louer les vertus des autres,
est en soi une action vertueuse.
Quand les gens entendent ces points positifs,
Ils auront le désir de les imiter.
Parler des lacunes des autres,
est en soi un délit karmique.
Quand la calomnie va bien au-delà de la raison,
le désastre sera assurément le résultat.
Ensemble nous développons notre vertu,
en guidant les autres vers la bonté.
Si nous ne réfrénons pas nos mauvaises habitudes,
elors nous dévierons tous du chemin.


Quand aux choses que vous donnez et que vous recevez,
leur valeurs varieront :
Vous devez être clair.
assurez vous que la quantité que vous donnez,
dépasse celle que vous recevez.
Ne donnez pas simplement aux autre
le travail que vous ne voudriez pas faire.
Demandez vous d’abord, "Serais-je disposé à le faire?"
si non, ne continuez pas.
La gentillesse doit être payée de retour,
laissez se dissiper l'inimitié.
Mieux vaut oublier les rancunes,
que la bonté s’accroisse chaque jour.


Version chinoise : 【传统文化】《训蒙文》浅译(三)


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.