La persécution de deux personnes handicapées et de leur jeune fils.

Zou Cairong, âgé de quarante quatre ans vient de Jiamusi, province de Heilongjiang. Elle est handicapée par la polio. Après avoir commencé à pratiquer Falun Gong en 1995, elle a pu marcher sans canne, et ses autres maladies ont été, de même, guéries. Son mari est moitié aveugle, mais lui et leur fils ont aussi commencé à cultiver Falun Gong. Leur vie était heureuse, bien que n’étant pas riche.

Depuis que le Parti communiste chinois a lancé la persécution en juillet 1999, Mme Zou, son époux partiellement voyant et leur fils de neuf ans ont aussi été persécutés.

Mme Zou a été arrêté à plusieurs reprises, et son domicile fouillé plusieurs fois
Des agents du poste de police Zhongshan ont arrêté Mme Zou plusieurs fois. Le 20 juillet 1999, beaucoup de pratiquants du district Qianjin ont été emmenés au département de police du district. Chaque pratiquant a été envoyé dans une pièce pour répondre à des questions. Song Xianbing, chef de la division de sécurité nationale et le policier Yang ont mené les interrogatoires.

La police a fouillé le domicile de Mme Zou et confisqué beaucoup de livres de Falun Gong. Le policier Song Yawei, actuellement chef adjoint du poste de police, et un autre policier ont pris les papiers d’identité de Mme Zou et de son époux. Song Yawei, le chef politique Shao Fuxiang, Liu Guangdong, Sun Yibin, et Wang ont été impliqués dans presque chaque arrestation de pratiquants de Falun Gong et dans la fouille de leurs domiciles.

Le 2 février 2000, quelques pratiquants du district Qianjin se sont rendus à Pékin faire appel en faveur du Falun Gong. Les agents du poste de police Zhongshan ont reçu les ordres nécessaires pour surveiller les pratiquants qui ne s’y rendaient pas. Cette nuit-là, plusieurs autres pratiquants se sont rendus au domicile de Mme Zou. Le chef Han de la Zone résidentielle Xianfeng les a vus et les a dénoncés à la police. Le policier Song Yawei et huit autres agents se sont rendus au domicile de Mme Zou et ont arrêté sept pratiquants, dont son époux. Ils ont même enmené leur fils âgé de neuf ans, ainsi que de nombreux livres et cassettes vidéos de Falun Gong. Le lendemain, le lieu de travail de l’époux de Mme Zou, s’est porté garant pour lui, afin qu’il puisse prendre soin de son jeune fils. D’autres pratiquants ont été enfermés dans un centre de détention. Mme Zou y a été enfermée pendant trois mois.

Mme Zou a été battue et enfermée pour avoir demandé justice pour le Falun Gong
En novembre 2000, Mme Zou s’est rendue de nouveau à Pékin faire appel en faveur du Falun Gong avec les autres pratiquants. Ils ont été arrêtés Place Tienanmen. Mme Zou a été battue par la police, et son visage était gravement blessé. Elle a été emprisonnée. L’agent Song Yawei du poste de police Zhongshan a demandé de l’argent au mari de Mme Zou, mais ce dernier a refusé de coopérer. Song Yawei a alors trompé et menacé la vieille mère de Mme Zou, âgée de 70 ans et lui a extorqué 700 yuans sur sa pension de retraite. Il a aussi utilisé ses papiers d’identité pour prendre ses derniers 700 yuans sur son compte en banque. Song n’a renvoyé ses papiers d’identité que cinq mois plus tard. Mme Zou et un autre pratiquant ont été renvoyés à Jiamusi par train. Elle a été menottée dans un compartiment du train toute la journée. Ils ont été envoyés dans un centre de détention à Jiamusi. Mme Zou y a été enfermée pendant 50 jours et forcée à payer 200 yuans pour la nourriture.

Le 30 avril 2001, plusieurs policiers sont entrés par effraction au domicile de Mme Zou et ont tenté de l’emmener. Elle a refusé de partir avec eux. Cinq policiers l’ont emmenée dans un véhicule de police et l’ont amenée à un centre de détention.

Parce que Mme Zou avait une maladie de peau, le centre de détention a refusé de l’accepter. Le policier Song Yawei a discuté avec les fonctionnaires du centre de détention. Il a dit qu’il prendrait toute la responsabilité si le centre de détention acceptait Mme Zou. Dans le même temps, le mari de Mme Zou, sa belle-mère, et son fils se sont rendus au poste de police et leur ont demandés de la relâcher. Le chef du poste de police a dit : ‘’Le jour férié du 1 mai arrivé. Nous l’avons arrêté pour des raisons de sécurité.’’

L’époux de Mme Zou lui a demandé comment une personne handicapée et gentille pouvait nuire à la sécurité publique. Alors qu’ils discutaient, Song Yawei appela le chef du poste de police depuis le centre de détention et lui dit que le centre de détention avait refusé d’accepté Mme Zou. Ainsi, le chef a répondu à son époux qu’ils allaient la libérer immédiatement, ce qu’ils ont fait.

Shao Fuyang, chef politique du poste de police Zhongshan, se rendait souvent au domicile de Mme Zou avec quelques collaborateurs pour tenter de la réformer. Ils ont échoué, ainsi, ils ont tenté de l’envoyer dans un camp de travaux forcés.

Persécutée dans le camp de travail
En mai 2001, Li Wei, agent du Bureau 610 du district Qianjin; Xu Yongli, chef du poste de police Zhongshan, et quatre policiers sont allés au domicile de Mme Zou pour l’emmener au camp de travail. Les parents de Mme Zou lui rendaient visite à ce moment. Ils ont arrêté les policiers et leur ont parlé des changements qui sont survenus chez Mme Zou après sa pratique de Falun Gong. Ils ont demandé aux policiers : ‘’ Qui s’occupera de sa belle-mère et de son fils si Mme Zou se trouve dans le camp de travail ?’’ La police n’avait pas de réponse adéquate et est partie.

Le 21 mai 2001, le frère et la sœur de Mme Zou sont venus lui rendre visite. Parce que beaucoup de personnes étaient rassemblées dans sa maison, quelqu’un l’a rapporté à la police. Plusieurs agents sont arrivés, l’ont arrêtée, et envoyée dans le centre de détention. Ils ont déclaré que Mme Zou avait des livres et des matériaux de Falun Gong. Elle a commencé une grève de la faim pour protester contre la persécution. Elle a été attachée les bras écartés dans la position de l’aigle, sur un large panneau de bois pendant 24 heures. Deux jours plus tard, elle a été envoyée dans un camp de travaux forcés avec un autre pratiquant.

Les fonctionnaires du bureau 610 du district Qianjin et le poste de police Zhongshan avaient planifié l’arrestation et le confinement dans un camp de travail. Puisque Mme Zou était handicapée, le camp de travail a refusé de l’accepter. Li Wei, un agent du Bureau 610, a dit aux agents du camp de travail : ‘’ Vous pourrez la laisser sortir si elle est ‘’réformée’’ après un mois de lavage de cerveau.’’ Le poste de police a donné 850 yuans au camp de travail, ainsi, ils ont accepté Zou. Li Wei et Song Xianbin ont emmené Mme Zou et un autre pratiquant au camp de travail.

Dans le camp de travail, Mme Zou ne fut pas autorisée à parler avec les autres pratiquants. Elle fut forcée de regarder les vidéos diffamatoires de Falun Gong. Des criminels l’ont surveillé. La pression mentale qu’elle a du endurer était indescriptible. Puisqu’elle n’abandonnait pas Falun Gong, un mois plus tard, sa condamnation fut étendue à trois mois. Finalement, puisque le poste de police ne voulait pas payer plus le camp de travail et que ce dernier ne pouvait faire de profit avec Mme Zou, ils l’ont relâché le 11 septembre 2001.

Devenir sans domicile
En août 2002, les agents du poste de police Zhongshan sont entrés par effraction au domicile de Mme Zou. Son fils et les autres enfants regardaient un film. La police a pris des photos de sa maison et des matériaux de Falun Gong. Ils ont même pris les cassettes d’enseignements d’anglais de son fils. Ils ont emmené son fils au poste de police et lui ont posé des questions. Ils ont pris des photos et des empreintes digitales du garçon comme s’il était adulte et criminel. Ils ont enlevé le garçon pour tenter de faire coopérer le mari de Mme Zou, mais il a refusé. Le garçon fut finalement relâché. Parce que la police tentait de l’arrêter, elle est partie de chez elle et est devenue sans domicile.

En septembre 2002, la police a découvert Mme Zou au domicile de sa sœur. Ils ont encerclé la maison. Song Yawei est entré par effraction et a arrêtaé Mme Zou. Au poste de police, elle a été attachée à une chaise, la tête recouverte. Les agents ont alors transporté la chaise avec elle dessus jusqu’au centre de détention.

Une fois dans le centre de détention, Mme Zou a commencé une grève de la faim pour protester contre la persécution. Elle est devenue très faible. Les fonctionnaires du centre de détention ont dit aux gens au poste de police à plusieurs reprises d’envoyer un médecin pour l’examiner. Quelqu’un a dit à Song Yawei : ‘’ Elle est si faible, et elle est handicapée. Pourquoi ne la laissez-vous pas partir ?’’ Song a dit : ‘’ Elle ira à Pékin faire appel en faveur du Falun Gong si nous la laissons sortir.’’ Plus tard, Song a menti au centre de détention, disant que Mme Zou allait bien.

Condamnée à deux ans : suspendue pendant 28 heures
Mme Zou a été condamnée à deux ans de prison. Le 1 avril 2003, elle a été envoyée dans la prison pour femmes de Harbin. La prison a refusé de l’accepter à cause de sa mauvaise santé.

Le 31 juillet, elle y a été envoyée de nouveau, et de nouveau, la prison a refusé de la prendre pour la même raison. La policière Zhang Yanli de Jiamusi a négocié avec la prison, et finalement, la prison a accepté de prendre Mme Zou.

En prison, elle a été forcée dà s’asseoir sur une petite chaise de 5 heures à 21 heures, ce qui fa fait gravement enfler ses jambes. Parce qu’elle refusait de coopérer avec les fonctionnaires de la prison, elle a été suspendue pendant 28 heures.

Le 15 septembre 2004, elle a été relâchée. Song Yawei et Li Wei se sont rendus à son domicile et ont demandé qui avait révélé les expériences de persécution de Mme Zou sur Internet. Ils ont averti la famille de ne plus le faire.

Incapable de payer les cours de college de son fils: Celui ci a du quitter l’école et aller travailler.
En novembre 2005, un des parents de Mme Zou lui a rendu visite. Elle a montré au parent un film sur le Falun Gong. Un autre pratiquant, Xu, se trouvait là aussi. Les agents du poste de police Zhongshan Shao Fuxiang, Sun Yibin, et Wang sont entrés par effraction. Ils ont emmené le pratiquant Xu et le lecteur de DVD. Shao Fuxiang a menacé les passants et a dit qu’il les arrêterait s’ils tentaient prendre la défense de Mme Zou.

Le mari de Mme Zou a du prendre soin de son fils chaque fois qu’elle était emprisonnée. Au cours des sept années de persécution, Mme Zou a passé quatre ans loin de chez elle.

Lorsqu’elle est allée à Pékin faire appel pour le Falun Gong, l’employeur de son époux a retenu son salaire pendant quatre mois. La famille vivait dans un appartement dans des conditions très précaires. La température à l’intérieur était aussi froide qu’à l’extérieur. L’eau du réservoir gelait quelquefois en hiver. Durant ces quatre mois, ils n’avaient même pas d’argent pour acheter du sel et avaient de la nourriture de très piètre qualité.

Dans une situation si difficile, le père a demandé au fils: ‘’ Veux tu encore cultiver Dafa ?’’ Le fils répondit avec fermeté : ‘’ Bien sûr.’’

Puisqu’ils n’avaient pas d’argent pour acheter du fil afin de réparer leurs vêtements déchirés, le fils prenait des ficelles sur les sacs de stockage de blé. Puisque le père est à moitié aveugle, il ne peut pas bien voir pour cuisiner, ainsi, il y avait souvent des insectes morts et des œufs de cafards, dans la nourriture.

La famille de Mme Zou appartient à la catégorie des revenus faibles, et ils sont supposés avoir des aides financières du gouvernement. Mais le gouvernement de l’agglomération de Jiamusi a refusé de leur allouer de l’argent, parce que la famille entière pratique Falun Gong. Le fils à du quitter l’école et trouver un travail pour gagner de l’argent.

Il y a peu, un policier a demandé au garçon l’age qu’il avait. Il était surpris que le garçon soit âgé seulement de 16 ans, parce qu’il ressemblait à un jeune homme de 20 ans. Mme Zou a dit au policier que la raison pour laquelle le jeune homme semblait si âgé, c’est parce qu’il avait expérimenté sept années de persécution.

Le jeune homme a du prendre soin de son père et effectuer les taches ménagées alors que sa mère était en prison. Il ne s’est jamais plaint, parce qu’il sait qu’il n’y a aucun mal à cultiver Falun Gong. Sa mère a été arrêtée pour être une bonne personne. Un adolescent endure des épreuves difficiles à endurer, même pour un adulte.

8 aout 2006

Traduit de l’anglais de http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/9/26/78366.html

Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2006/8/29/136628.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.