Une pratiquant de Dafa meurt après 22 jours d’une torture continuelle

La pratiquante de Dafa, Hao Runjuan, a été illégalement arrêtée le 25 février 2002 et torturée à mort le 18 mars 2002. Pendant 22 jours, Hao Runjuan a souffert toutes sortes de tortures brutales.

Après que Hao Runjuan a été illégalement arrêtée le 25 février 2002, le personnel du commissariat de Jingtai l’a battue brutalement et continuellement pendant trois jours et lui a supprimé l’eau et la nourriture. Trois jours après, elle a, contre son gré, été amenée au centre de détention de Baiyun, ville de Guangzhou, et détenue dans la cellule A211.
Afin de résister à cette détention illégale et aider plus de gens à connaître la vérité sur le Falun Gong, Hao Runjuan a sans cesse pratiqué les exercices et étudié les livres de Falun Gong chaque jour dans sa cellule. Elle a patiemment clarifié la vérité aux criminels de droit communs de la cellule et a toujours maintenu sa grève de la faim, ne prenant ni nourriture ni eau, afin de protester contre cette persécution.
La police a ajouté une drogue jaune inconnue lorsqu’ils la nourrissaient de force ; après chaque gavage, elle ne pouvait s’arrêter de vomir et vomissait une sorte de mucus.
Dès qu’elle pratiquait les exercices, les gardiens lui mettaient immédiatement des fers aux pieds qu’ils fixaient au sol de ciment de façon à ce qu’elle ne puisse plus bouger (ceci s’appelle «anneaux reliés et fers fixés »). A cause de telles méthodes de mauvais traitements brutaux, Hao Runjuan s’est extrêmement affaiblie et a perdu le contrôle de sa vessie et de ses intestins.
Hao Runjuan n’avait jamais coopéré avec aucun arrangement, ou ordre des scélérats acharnés. Plutôt, elle protestait de façon persistante contre la persécution par la grève de la faim. Même lorsqu’elle a perdu contrôle de ses intestins et de sa vessie, la police a remplacé les fers par des fers encore plus larges et plus lourds, aussi larges qu’un poignet. Elle souffrait affreusement.
Les gardiens du centre de détention se sont aussi servi des criminels communs pour persécuter les pratiquants de Dafa. En empêchant ces criminels de recevoir le courrier des leurs, en les empêchant d’acheter des biens élémentaires quotidiens, et par d’autres moyens encore, ils ont fait naître la haine dans le cœur des criminels de droit commun à l’encontre des pratiquants de Dafa, les ont forcé à maltraiter les pratiquants et à les rosser. Les criminels communs ont surveillé Hao Runjuan de très près. A chaque fois que Hao Runjuan disait « Falun Dafa est bon », quelqu’un lui mettait la main sur la bouche et sur le nez. Parfois, elle ne pouvait même pas émettre un son et ne pouvait pas respirer lorsque les criminels lui bâillonnaient la bouche avec un bout de tissu sale. Une fois, alors qu’elle pratiquait les exercices, les criminels lui ont tapé sur les mains avec des chaussures ; ils l’ont frappée si fort qu’une chaussure a volé. Une autre fois, afin de l’arrêter de pratiquer les exercices, les gardiens l’ont même menottée derrière le dos, une main descendant depuis l’épaule, et attachée à l’autre qui remontait depuis le bas de son dos, ceci étant extrêmement douloureux et lui ayant causé une luxation à l’épaule.
Pendant cette période, alors qu’elle portait des fers lourds, Hao Runjuan était souvent traînée pour subir des interrogatoires. Chaque nuit, on l’empêchait de dormir ; à ce rythme, après des tortures répétées pendant 22 jours, sa jeune vie lui a été enlevée. Sa fille de deux ans a perdu une mère ; le mari sa femme et les parents âgés leur fille bien-aimée.
Après que Hao Runjuan a été torturée à mort, les autorités de la police ont autopsié le corps alors que les membres de la famille n’étaient au courant de rien, bien que la loi requiert la signature d’un membre de la famille pour approuver l’autopsie. Lorsque la famille a été prévenue pour identifier le corps, celui-ci n’était plus reconnaissable, mais il portait cependant des taches de sang fraîches. Le corps ayant été défiguré, aucun des membres de sa famille ne pensait que c’était Hao Runjuan, même après avoir vu le corps deux fois. Alors, la famille a dû lui amener sa fille de deux ans, maintenant orpheline, pour un test d’ADN, afin de prouver que le corps était vraiment celui de sa mère. Finalement, il a été confirmé que le corps complètement méconnaissable était bien celui de Hao Runjuan.

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/7/11/24004.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.