La police du comté de Cangxi, province du Sichuan a arrêté 18 pratiquants de Dafa, et plusieurs sont soumis à des tortures brutales

La police du comté de Cangxi, agglomération de Guangyuan, province de Sichuan a commencé à appliquer une nouvelle campagne de persécution des pratiquants de Dafa au mois de février, après avoir découvert du matériel de clarification de la vérité et des dépliants dans quelques villes du district de Wenchang, comté de Cangxi. Ils ont loué le deuxième étage du Bureau d’administration médicale du comté de Cangxi pour en faire leur quartier général et y rassembler la police de villes voisines. Ils ont trompé des pratiquants de Dafa à venir dans leur quartier général et les ont détenus là bas. Ils ont frappé brutalement les pratiquants et les ont privés de sommeil pendant plusieurs jours consécutifs.

Entre février et mai 2006, la police du comté de Cangxi, ville de Guangyuan, province du Sichuan a arrêté illégalement 18 pratiquants de Dafa. La majorité des sites de production de matériels de clarification de la vérité ont été endommagés et des ordinateurs ainsi que d’autres équipements ont été confisqués. Six pratiquants ont été condamnés illégalement. Plusieurs pratiquants ont été relâchés après qu’on leur ai extorqué environ dix milles yuans chacun. L’officier de police Hou Xiangyu et Yang Cong de l’équipe national de sécurité ont déclaré : " Il n’y a rien que nous ne puissions faire afin de persécuter les pratiquants". En ce moment même, les autorités ont deux moyens d’extorquer de l’argent aux pratiquants. La première est de leur imposer une grosse amende. La deuxième de les détenir le plus longtemps possible qu’ils aient de l’argent ou non. Cela donne aux policiers un moyen de pression pour obtenir de l’argent au bout du compte.

Parmi les six pratiquants qui ont été condamnés, Kou Zhixiu, Huang Qiong, He Xiuzhen et Kuo Changhua sont emprisonnés à la prison du temple de Nanmu dans le comté de Zizhong. Kou Zhixiu et Luo Changhua ont été condamnés à un an et neuf mois. Huang Qiong a été condamné à un an et trois mois. He Xiuzhen a été condamné à deux ans et He Xuequan à un an et trois mois. La situation des autres est inconnue.
Madame He Xiuzhen a environ 65 ans. Une après-midi de février, des policiers sont entrés par effraction dans sa maison. Ils n’ont présenté aucun mandat de perquisition avant de fouiller chez elle. Ils n’ont rien trouvé du tout excepté un dépliant de clarification de la vérité sur elle. Malgré tout, ils l’ont arrêtée et l’ont envoyée dans leur quartier général pour la persécuter brutalement. He Xiuzhen a refusé de signer une "déclaration de garantie". Après avoir détenu Mme He pendant un mois dans un centre de détention, la police a fabriqué des "preuves" comme quoi elle possédait une grosse quantité de dépliants chez elle et qu’elle distribuait une grande quantité de matériel de clarification de la vérité. A cause de cela, après avoir été relâchée de la prison du temps de Nanmu, elle a été condamnée à un emprisonnement de deux ans.
Madame Deng Shaoqiong a 54 ans. Dans le but de la persécuter plus sévèrement, la police a utilisé des preuves affirmant qu’en 2005, des pratiquants lui ont remis 3.000 yuans pour produire du matériel de clarification de la vérité. Ils l’ont condamnée à un an et demi de prison.

Madame Yang Shixuan a 40 ans. Le matin du 20 mars 2006, plusieurs policiers sont venus l’arrêter. Ils ont fouillé sa maison, mais n’ont rien trouvé de ce qu’ils cherchaient. Mais, ils ont quand même arrèté Yang Shixuan et l’ont emmenée dans leur quartier général pour la persécuter. Plusieurs officiers de polices l’ont battue et lui ont donnée des coups de pied simultanément. Ils ont écrasé ses pieds avec leurs chaussures de cuir, lui ont donné des coups de pieds dans les jambes, lui ont tiré les cheveux et ont frappé ses oreilles. Mme Yang avait le corps entièrement contusionné. Plus tard ce soir là, plusieurs policiers l’ont soulevée pour la laisser retomber par terre. En même temps, ils maintenaient leurs genoux sous son dos ce qui a blessé ses vertèbres d’une horrible manière. Elle s’est évanouie, mais les policiers ne l’ont pas laissée partir pour autant. Ils l’ont poussée sur un lit et en maintenant ses mains, ses pieds et sa tête, ils lui ont pincé le cou. De plus ils ont aussi essayé de verser du thé dans son nez. Après avoir échoué, il l’ont jetée à terre à coups de pied et l’ont obligée à s’agenouiller sur un tabouret. Ils ne l’ont pas autorisée à dormir ou à se reposer pendant plusieurs jours. Son corps était gravement blessé et gonflé. Elle urinait même du sang. Malgré tout, la police essayait toujours de l’obliger à reconnaître qu’elle avait distribué beaucoup de matériel de clarification de la vérité.

Personnel responsable de la persécution dans le comté de Cangxi
Zhou Jing, chef du comté
Wu, chef du département de police du Comté.
Li Yun et Zhagn Ganlan, officiers au bureau 610
Hou Xiangyu, officier de l’équipe de la sécurité national.

Le 16 aout 2006.

Date originale de l’article 29/8/2006
Catégorie : témoin oculaire
Version chinoise : Version anglaise : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/8/30/77484.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.