Deux filles désespérées souhaitent ardemment le retour de leur mère à la maison

Le 17 février, alors qu'elle "clarifiait la vérité" au sujet du Falun Gong dans le bâtiment résidentiel de Changjiang, Zhuang Aiping, une pratiquante de Falun Dafa de la province de Shandong a été dénoncée à la police. Les policiers du Sous Commissariat de Weizhoulu l'ont arrêtée et envoyée au Centre de Détention de Weifang. La cour de justice de Hanting l'a illégalement condamnée à quatre ans dans un camp de travail. Elle a été détenue dans le Centre de Détention de Weifang pendant quatre mois et demi. Elle a été gravement persécutée et a développé une maladie cardiaque. Sa vie est en danger.

Mme Zhuang Aiping est dans sa cinquantaine. Son mari est mort jeune, la laissant avec deux petites filles. Elle a dû supporter à elle seule le lourd fardeau familial. L'inquiétude et l'anxiété l'ont rendu très maigre et affaiblie.

Alors qu'elle était moralement au bord du gouffre, elle a connu le Falun Dafa. Les profondes théories du Falun Dafa lui ont rendu sa vigueur et elle a repris confiance dans la vie. Elle a tiré d'énormes bienfaits de la cultivation et a dit à tout le monde que Falun Dafa est bon.

Le 20 juillet 1999, Jiang Zemin a commencé la persécution du Falun Gong. Depuis lors, Zhang Aiping n'a plus du tout eu une vie tranquille. Les fonctionnaires de son unité de travail sont souvent venus l'interroger et l'ont enfermée au sein de l'unité de travail, parfois pendant plus de dix jours. Une fois, ils ne lui ont même pas permis de rentrer chez elle afin de passer le Nouvel An chinois avec sa famille. Ses deux enfants ont dû célébrer le Nouvel An seuls. Ils ont mangé des restes mais attendaient encore le soudain retour de leur mère.

Les policiers du Sous Commissariat de Police de la prison de Weibei venaient souvent chez elle pour la harceler. Un jour aux environs de 13 heures, le directeur du Sous Commissariat, Fan Yongsheng, et deux autres policiers sont entrés par effraction dans sa maison. Elle et ses deux filles étaient déjà au lit. Fan Yongsheng a tenté de la traîner dehors. Zhang Aiping a crié tant qu'elle a pu et a réveillé ses voisins, puis s'est échappée.

En 2002, les tortionnaires l'ont de nouveau envoyé au Centre de Détention de Hanting. Ils l'ont ligoté aux quatre coins d'un lit en métal glacé avec ses quatre membres écartelés pendant très longtemps. Elle a été illégalement condamnée au camp de travaux forcés, mais le camp de travail a refusé de l'accepter à cause de sa maladie cardiaque réapparue suite à la persécution.

En janvier 2003, alors qu'elle rentrait chez elle, les tortionnaires Fan Yongsheng et Yang Fengping l'ont kidnappée et l'ont envoyée au Sous Commissariat de Police de Weibei. Ils ont frappé son visage et son corps, l'ont fouillée et l'ont menottée aux branches d'un arbre dans la cour. Ils sont ensuite entrés chez elle par effraction et lui ont confisqué ses biens. Ils l'ont envoyée à nouveau au Centre de Détention de Hanting pour y être persécutée, et ils ne l'ont pas relâchée avant qu'elle ne soit persécutée jusqu'à l'article de la mort.

Plus tard, les tortionnaires de la prison de Weibei ont agi sous couvert du sous commissariat de police et ont lancé une poursuite judiciaire contre Zhuang Aiping. Elle a été forcée de devenir sans abri. Durant plusieurs années, elle a erré de place en place avec ses deux enfants et a vécu une dure vie de misère. Mais sa croyance en "Vérité, Compassion, Tolérance" n'a jamais chancelé. Elle a continué à clarifier la vérité aux gens au sujet du Falun Gong.

Au mois de février de cette année, Zhang Aiping a de nouveau été arrêtée. Elle a entamé une grève de la faim pour protester contre l'action illégale du Bureau de la Sécurité Publique de Kuiwen. Elle a été illégalement détenue dans le Centre de Détention de Weifang pendant plus de quatre mois avant que les membres de sa famille ne puissent lui rendre visite pour la première fois le 12 juin. Ils ont vu qu'elle avait été persécutée au point qu'elle était toujours en transe avec une démarche irrégulière et qu'elle était très faible. Ils ont appris que la police avait tenté de l'envoyer dans la prison de Jinan mais qu'ils avaient refusé de l'accepter à cause de son examen médical montrant qu'elle avait une maladie cardiaque et une faible pression artérielle.

Il y a plusieurs jours de cela, ses filles se sont rendues à la cour de justice de Hanting afin de réclamer ce soi-disant jugement. Le juge a refusé de le leur donner. Ses filles ont demandé à ce que leur mère soit libérée avec le verdict non coupable. Pour toute réponse, la cour a créé des obstacles par tous les moyens possibles et a fui ses responsabilités.

Version chinoise disponible sur :
http://minghui.org/mh/articles/2006/7/7/132358.html

Traduit de l'anglais :
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/7/20/75703p.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.