National Post (Canada): Un ancien député dit que la Chine tue les adhérents du Falun Gong pour leurs organes

OTTAWA : Jeudi, le député conservateur, Deepak Obhrai, a dit que le gouvernement conservateur projette d’enquêter sur les allégations d’un nouveau rapport déclarant que le gouvernement chinois et ses agences torturent les prisonniers religieux et prélèvent leurs organes.

" Nous prenons ces allégations très au sérieux et nous allons les examiner ", a dit Obhrai qui est le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères Peter MacKay. " Nous allons les examiner pour les faire confirmer. "

Le rapport, préparé par David Kilgour, ancien député de l’Alberta, et David Matas, avocat de droit international en droits de l'homme, inclus des retranscriptions de conversations enregistrées en mandarin qui ont eu lieu avec les fonctionnaires d’un hôpital et d’un centre de détention qui ont admis avoir des organes disponibles pour des greffes provenant de prisonniers du Falun Gong.

Le gouvernement chinois a interdit la pratique du Falun Gong au pays en 1999, et a effectué une rafle de ses adeptes les accusant d’activités contre le gouvernement.

A une conférence de presse, Matas a dit :" Ce que nous avons ici est une nouvelle forme différente et choquante du mal" . Le parti communiste chinois perçoit le Falun Gong comme une menace idéologique au régime, en raison de leur grand nombre, de leur capacité à mobiliser un grand groupe de gens, de leur engagement et leur ténacité. "

Obhrai a dit que le gouvernement était déjà préoccupé à ce sujet avant le communiqué du rapport, demandant au rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture d'examiner les allégations de prélèvement d'organes et des violations des droits de l'homme.

Un porte-parole de l'ambassade chinoise au Canada a nié que le gouvernement ait une quelconque politique de prélèvement d’organes forcés, rejetant les allégations comme étant des " rumeurs répandues par le Falun Gong. "

Le rapport recommande que le gouvernement canadien retire les passeports des citoyens suspectés d’aller en Chine pour des transplantations d’organes et d'empêcher les médecins chinois d'étudier la transplantation d’organes au Canada.

Traduit de l’anglais le 9 juillet 2006

Version anglaise :
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/7/9/75248p.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.