Les officiels de la ville de Changchun emploient des méthodes de torture horribles sur les pratiquants

Mercredi 26 juin 2002

Depuis l’incident du 5 mars 2002 au cours duquel les pratiquants de Dafa ont interrompu le système de télévision câblé et diffusé la vérité sur le Falun Gong, quelques officiels de la ville de Changchun, province de Jilin, ont intensifié la persécution des pratiquants. Un secrétaire du Comité de Conseil de Changchun a émis l’ordre auprès des camps de travail d’augmenter le taux de « conversion » des pratiquants de Falun Gong à 90%. On leur a dit qu’ils pouvaient utiliser la méthode qu’ils voulaient. « Ce sont les résultats qui nous intéressent, pas le procédé », a dit le secrétaire. Par conséquent, des officiers de plusieurs camps de travail ont suivi ces instructions et ont employé une violence brutale sur les pratiquants emprisonnés afin de les forcer à abandonner leurs croyances.

Afin d’éviter d’attirer l’attention du public, tous les policiers du camp de travail forcé de Chaoyanggou ont été rappelés le samedi 6 avril 2002 afin d’exécuter les activités de lavage de cerveau. Ce jour-là, pour remplir leurs objectifs, ils ont impitoyablement utilisé les tortures les plus horribles et les plus cruelles jamais mises en application dans la prison sur les pratiquants de Dafa. C’était un jour de terreur dans le camp.
Les dispositifs de torture comprenaient un bâton de bois d’un mètre de long, de 2 pouces (5,08 cm) de large et d’1 pouce (2,54 cm) d’épaisseur, une massue de caoutchouc, une matraque électrique et d’autres instruments encore. Un par un, les pratiquants de Dafa étaient amenés au bureau. On demandait à chaque pratiquant de signer « cinq déclarations » (documents pour renoncer à la pratique de Falun Dafa, etc.). Si un pratiquant refusait cette demande injuste, ils l’enchaînaient, le faisaient se pencher et utilisaient le bâton de bois pour lui frapper les jambes, les reins et le dos. Même après une semaine, quelques pratiquants n’avaient toujours pas récupéré et boitaient encore. Alors, faisant usage de la massue de caoutchouc, ils le frappaient à la tête jusqu’à ce qu’elle soit enflée. Si le pratiquant refusait encore de signer les déclarations, ils utilisaient une matraque électrique sur son cou, derrière ses oreilles, et sur d’autres endroits sensibles du corps. Si le pratiquant refusait toujours, ils le faisaient tenir dans une mare d’eau et y reliaient de l’électricité à haut voltage.
Le pratiquant de Dafa Hao Weizhan de l’équipe n° 1 a tenu fermement à ses croyances en Dafa pendant toute la torture. Pour le punir encore plus, le gardien a exigé que son compagnon de cellule, Xu Hui, le batte. L’œil de Hao est devenu noir par les coups, et au moment où il était sur le point de récupérer, ils l’ont encore battu au même œil. Pendant plus d’un mois, son œil est resté noir. Constatant qu’ils n’avaient pas réussi, ces voyous ont utilisé un briquet pour lui brûler les mains, lui causant de graves brûlures. A la fin, ils n’ont toujours pas atteint leur but.
Un pratiquant de l’équipe n° 2 a été sermonné dans les bureaux par deux officiers, Yang Guang et Liu Xiaoyu. Une fois de plus, on a demandé au pratiquant de signer les « cinq déclarations ». Lorsque le pratiquant a refusé, Yang et Liu l’ont frappé à coups de poing et de pieds. Ensuite, ils ont utilisé une matraque électrique sur lui. Un autre pratiquant a été battu si sévèrement que sa tête était la seule partie de son corps qu’il pouvait bouger. Les autres devaient le nourrir aux heures des repas.
Afin de réduire sa peine d’emprisonnement, Hu Yanming, un détenu de l’équipe n° 3, a commencé à participer afin de forcer le pratiquant de Dafa Sun Qunying a signer les « cinq déclarations ». Hu a cassé trois manches à balai avec des poignées de fer en torturant Sun.
Le matin du 7 avril, un pratiquant de Dafa de l’équipe n° 5 a dû être porté hors de la salle après l’interrogatoire.

La persécution des pratiquants de Dafa a toujours lieu au camp de travail forcé de Chaoyanggou. Toutes les formes de torture sont utilisées, et la perversité continue d’y sévir. Tout ce qui a été exposé ici n’en est qu’une petite partie. Nous faisons appel à tous les gens de bon cœur pour qu’ils se réveillent et comprennent la persécution dont souffrent ces pratiquants de Dafa.

Source: http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/6/25/23453.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.