Histoires de la Chine ancienne : Payer de retour ceux qui nous ont aidés

Zhan Gu vivait dans la dynastie Qing, sous l’empereur Qianlong. Bien qu’il fût pauvre, c'était un homme bon et digne de confiance.

Il y avait un magasin de prêt sur gage sur l’île de Chongming à Shanghai. Le propriétaire du magasin était un homme âgé du nom de Chen qui était de la région de Wan, Sichuan (actuellement la région de Wan de la ville de Chongqing). Il employa Zhan Gu comme vendeur pour l’aider au magasin.

Zhan Gu était une personne très diligente et compétente qui s’occupait de chaque invité avec sincérité et patience. Il s’occupait de chaque transaction clairement et correctement et par conséquent, les affaires du magasin commencèrent à propérer. Ayant confiance en Zhan Gu, le propriétaire augmenta ses responsabilités et le considéra comme un membre de sa famille.

Le propriétaire reçut une lettre de sa famille disant que sa femme était très malade et qu’il devait rentrer chez lui immédiatement. Sachant que Zhan Gu était un homme honnête, le propriétaire confia le commerce à Zhan Gu et il rentra chez lui. Zhan Gu promit au propriétaire qu’il s’occuperait du commerce du mieux qu’il pourrait et il espérait que le propriétaire reviendrait aussi vite que possible.

Le propriétaire était vieux, faible et très anxieux. Le long voyage était stressant pour lui. Malheureusement, il tomba sérieusement malade après qu’il soit rentré chez lui et après quelque temps il mourut.

La distance entre Shanghai et Sichuan est assez importante, donc il était difficile de communiquer entre ces deux villes. Après que le propriétaire soit parti, Zhan Gu prit soin du magasin tout seul et il n’osait jamais se relâcher même un petit peu. Le commerce continuait de fonctionner sans problème et il n’avait jamais pensé à retourner chez lui pour voir ses parents, sa femme et ses enfants. Parce que le propriétaire n’était pas revenu, il n’avait jamais vraiment une opportunité de rentrer chez lui.

Dix ans passèrent de cette façon et un jour, un jeune homme vint au magasin. Il ressemblait beaucoup au propriétaire. Zhan Gu posa des questions au jeune homme et il découvrit qu’il était le fils du propriétaire. La nouvelle de la mort du propriétaire fut également révélée à Zhan Gu et des larmes coulaient de ses yeux alors qu'il se rappelait la bonté du propriétaire envers lui.

Zhan Gu sortit immédiatement les livres de comptabilité des dix dernières années et il les donna au fils du propriétaire. Le fils du propriétaire regarda les comptes et il trouva toutes les transactions en ordre. Puis Zhan Gu vérifia l’inventaire avec le fils du propriétaire et il lui remit tout. Profondément touché par les actions de Zhan Gu le fils du propriétaire lui donna immédiatement un montant d’une valeur de dix années de salaire et lui présenta également 15 kilos d’argent en cadeau.

Zhan Gu accepta le salaire mais il refusa d’accepter l’argent. Il dit : " Votre père m’a aidé il y a dix ans et donc je dois le payer en retour. Votre père me confia le commerce, c’est ma responsabilité de tenir ma promesse. Je n'ai fait que ce que je devais faire. Ne me remerciez pas je vous prie. Ma seule préoccupation est que j’ai été loin de chez moi pendant dix ans. Puisque vous êtes de retour, s’il vous plait laissez moi rentrer chez moi et retrouver ma famille."

Avant que Zhan Gu ne parte, il expliqua passionnément encore une fois la procédure des affaires au fils du propriétaire . Puis il fit de simples bagages et dit au revoir au fils du propriétaire. Le fils du propriétaire était plein de regrets de ne pas pouvoir retenir Zhan Gu. Il soupira : " Zhan Gu est vraiment un homme honorable ! "

C’est une vertu traditionnelle chinoise de retourner leurs bienfaits à ceux qui nous ont aidés et d’être honnête et digne de confiance. Le propriétaire confia son magasin à Zhan Gu, qui y passa dix ans pour tenir sa promesse. Face à la perte de la richesse il n’était pas égoïste . Il méritait vraiment le titre d’ homme honnête et de confiance.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.