Faire l’expérience de la magnificence de Falun Dafa grâce à "Pudu," Clarifier la vérité et encourager les pratiquants avec la musique de Dafa

Après avoir lu “Enseigner le Fa à la réunion sur la composition musicale," j’aimerais partager avec mes compagnons de pratique ce que j’ai expérimenté au cours de ces quelques dernières années. Durant les moments les plus tristes de la persécution en Chine continentale, la musique de Dafa m’a aidée à trouver la paix intérieure et le courage. En outre, c’est aussi un moyen excellent et efficace pour clarifier la vérité. La musique de Dafa a encouragé mes compagnons de pratique enfermés dans les camps de travail. Ecouter et chanter cette musique a approfondi ma compréhension de Fa, m’a aidé à approfondir ma compréhension du processus et de la signification de l’enseignement de Dafa par Maître, et m’a donné la capacité de ressentir plus profondément la puissance de Dafa.

En 2002, à cause de la persécution, j’ai été sérieusement blessée. Alors que je récupérais, j’ai souvent fredonné Pudu. Bien qu’aimant chanter, je n’écoutais pas tellement Pudu avant la persécution. Cependant, le temps de ma convalescence, Maitre m’a donné la force et j’ai mémorisé plus que jamais Pudu, jusqu’à pouvoir fredonner le morceau tout entier. Je n’avais aucun livre à l’époque, donc Pudu et Hong Yin (Hong Yin: également connu comme Grand Poème, une collection de vers par Li Hongzhi.) écrits sur un papier sont devenus mes principaux supports d’étude de Fa. Au départ, je ne pouvais pas trop bien lire les notes, mais durant le processus de fredonner Pudu, mes capacités ses sont développées, et j’ai soudain découvert que je pouvais reconnaître les notes. Ceci m’a aidé à les chanter. La belle et élégante musique de Dafa m’a accompagnée durant la période la plus difficile de ma cultivation.

En 2001, je suis partie de chez moi. Pendant ce temps, afin d’encourager davantage de pratiquants à sortir pour valider Fa, j’ai écris et imprimé les notes, et les ai données à d’autres pratiquants. Un jour où nous chantions ensemble une pratiquante a commencé à pleurer. Elle a dit qu’elle allait chanter Pudu à la fête de son unité de travail. Parfois en chantant, moi aussi j’avais envie de pleurer. J’ai dit aux autres pratiquants :" Dans cette musique, je peux sentir le grandiose et immense pouvoir du Maître. Je ressens que le climax de la fin représente l’étape actuelle de la rectification de Fa. Lorsque que j’approche de la fin en chantant Pudu mes larmes commencent à couler."

Pendant ce temps, plusieurs pratiquants et moi allions d’un endroit à l’autre pour valider le Fa. Partout où nous allions, tout le monde chantait toujours Pudu. Quelque fois, il y avait beaucoup de gens attendant tranquillement un bus , mais je ne pouvais trouver aucun sujet pour l;eur clarifier la vérité. Alors je commençais simplement à chanter Pudu en y mettant tout mon coeur. Les gens ne tardaient pas à me demander : " Vous êtes musicienne n’est-ce pas ? "Non, ce chant n’est-il pas beau ? " "Oui ! " " C’ est la musique de Falun Dafa." De cette façon j’expliquais la vérité aux gens.

A la fin de 2001, j’ai été détenue dans un centre de détention. C’était exactement comme l’enfer derrière une porte démoniaque. Non seulement les pratiquants de Falun Gong étaient persécutés, mais même la personne chargée des "classes " souffrait, il n’y avait absolument aucune joie. Un de ces quelques jours où nous ne travaillions pas, tout le monde assistait à la " classe ". Les gardes nous demandaient de chanter le " chant de la réforme" et les chants du Parti pervers. Aucun pratiquant de Falun Gong ne chantait. La chef de classe est devenue très contrariée : " Savez vous combien nous avons souffert à vos côtés pratiquants de Falun Gong ? " Finalement aujourd’hui, nous pouvons chanter et nous faire plaisir, mais vous ne chantez pas. Si les gardes passent notre porte et vous voient si silencieux, je serais puni. La voyant si troublée, j’ai pensé que nous n’étions pas suffisamment harmonieuse et j’ai dit : "Alors j’en chanterais une. " " Formidable ". Elle éprouva un grand soulagement. Et paisiblement j’entonnais Pudu. Ressentant quelque chose d'étrange, après que j’ai terminé le prélude elle demanda : " Votre chant n’a pas de paroles ? Seulement des notes ?" Je me retournai et regardai les pratiquantes. Toutes étaient joyeusement surprises et certaines fredonnaient même un peu avec moi. Réalisant que toutes m’avaient comprise, j’ignorai la question et continuai. Avant peu la chef de classe s’apaisa, et la belle mélodie rendit l’environnement paisible et calme.

Plus tard, je fus transférée à une autre classe, je continuai à chanter Pudu. L’atmosphère dans notre classe était toujours comme des vacances. Après que j’en sois partie, la chef s’en souvenait encore : "Le chant que chantait Zi Wei était vraiment beau. " Peu importe dans quelle classe je me trouvais, je clarifiais la vérité aux gens. Celles qui travaillaient là ont vraiment réalisé la beauté de Dafa à travers la musique de Dafa.

En 2002, je fus emprisonnée dans un camp de travail. L’environnement y était très pervers. Je pensais que je ne pouvais qu’encourager mes compagnes de pratique grâce à Fa, en dépit que nous fussions surveillées strictement et implacablement. Afin d’éviter davantage de perte pour les disciples de Dafa, j’ai partagé les nouveaux articles de mémoire. Cependant, j’ai découvert que le camp de travail encourageait les gens à chanter quelles que fussent les chansons, et il semblait que tout le monde copiait les chansons dans un cahier. J’ai écrit les notes de Pudu de sorte que tout le monde puisse le chanter. Les gardes ne savaient pas quel chant nous étions en train de copier. La musique était la seule façon écrite dont je pouvais, dans de telles circonstances, propager les contenus de Fa. Plus tard, des pratiquantes entrèrent et dirent qu’il y avait d’autres chants écrits par des disciples de Dafa sur le site Internet PureInsight. Elles m’apprirent "Falun Dafa est bon," "Sois Sauvé," etc. j’écrivis alors les notes pour ces chansons et les donnais à chacune. Les gardes ne savaient pas ce que je faisais. Dans cet endroit pervers, et Pudu et Jishi, et les chansons créées par les disciples de Dafa encourageaient vivement les pratiquantes renforçaient les pensées droites de celles qui étaient confuses et aidaient celles qui étaient déterminées à le devenir encore plus.

Je ne peux pas me souvenir combien de fois j’ai chanté Pudu pour les pratiquantes dans les camps de travail. Avant que je quitte le camp, j’ai eu une autre chance de chanter Pudu pour uen pratiquante. Pendant le temps où je chantais, elle voulait interrompre mais s’est retenue. Son visage était plein de joie et d’excitation. Cette pratiquante cultivait avec son œil céleste ouvert, et dés que j’ai fini de chanter, elle a dit : " le champ est si bon. Un mur de lumière dorée a été érigé de ce côté de la pièce. Je n’ai jamais vu une couleur dorée aussi belle, et lorsque vous chantiez la partie du climax, le champ est devenu plus fort et la lumière dorée est devenu plus belle ! " J’ai finalement compris pourquoi dans le camp tout le monde commençait à pleurer lorsque je chantais Pudu. Cela a renforcé ma croyance que la musique de Dafa est aussi un instrument de Fa, et que la puissance de Fa est bien sûr aussi grande que ça.

La musique de Fa m’a fait comprendre de nombreuses connotations profondes et splendides de Fa bien qu'il me soit difficile de l' exprimer avec des mots. Je suis vraiment reconnaissante au Maître qui nous a donné une si belle musique de Dafa – le précieux Fa

Version anglaise :
http://www.pureinsight.org/pi/articles/2005/12/19/3611p.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.