Le pouvoir d’une lettre pour encourager à la diligence

Aujourd’hui mon mari a traduit pour un co-disciple chinois, le contenu d’une lettre qu’un pratiquant occidental a écrite à ce disciple. Le but de cette lettre était d’encourager ce disciple chinois à être vraiment diligent dans la ‘cultivation’ de Dafa. Après avoir pris connaissance du contenu de cette lettre, ce disciple chinois a été touché au point que sa voix a commencé à trembler. Après qu’il soit parti, mon mari m’a dit : « Ma traduction n’était pas très bonne (son chinois n’est pas très bon) pourtant la lettre a touché ce pratiquant aux larmes. »

Cette situation m’a beaucoup fait réfléchir à ce sont j’avais été témoin. Le disciple chinois mentionné plus haut avait été très négligent dans sa ‘cultivation’ dernièrement. Beaucoup de disciples chinois, dont moi-même, l’avaient rencontré pour en parler avec lui. Mais le résultat final de ces efforts n’avait pas été très concluant et nous avions été plusieurs à penser qu’il était sur le point de renoncer à cultiver.

Personnellement, j’ai pensé que nous avions fait de notre mieux et qu’après tout choisir quel chemin prendre était sa propre affaire. Cependant, cette mentalité était en fait de l’égoïsme. Moi et les autres avions pensé « J’ai déjà fait tout ce que Maître nous a demandé de faire, ce qui arrive maintenant n’a plus rien à voir avec moi. »

Pourtant, je n’aurais jamais pensé qu’une lettre pourrait susciter en lui une pensée de diligence. En fait, la lettre était écrite par un pratiquant occidental qui y a passé de nombreuses heures voici quelques mois. Ce pratiquant occidental nous a demandés de trouver du temps pour la traduire pour ce pratiquant chinois. Cependant, pour différentes raisons le pratiquant chinois n’a pas pu venir jusqu’à aujourd’hui. Ça a été l’arrangement du Maître qui lui a permis d’en entendre le contenu aujourd’hui. Cela a réellement éveillé la part de lui qui a compris.

J’ai vraiment honte en y pensant. Maître trouve des méthodes pour permettre à chaque disciple de Dafa de rattraper. Comment pouvons nous les abandonner ? En y repensant aujourd’hui, chaque fois que je lui parlais, à l’intérieur j’avais déjà des pensées négatives à son sujet. Ce n’était pas du tout penser à cent pour cent à son bien, et cela m’a donc empêché de lui montrer la puissance d’un champ compatissant. J’ai aussi remarqué que ma mentalité de compétition m’a distraite de ce but, il y avait toujours la pensée de vouloir persuader les autres. Cela a affaibli encore la pureté du champ d’énergie de notre conversation.

Ce pratiquant occidental qui a écrit la lettre, a vraiment une base de ‘cultivation’ solide. Chaque jour il utilise son temps pleinement entre son travail et les choses de la rectification de la Loi, et il trouve pourtant le temps d’étudier diligemment la Loi, de pratiquer les exercices et d’émettre des pensées droites. Il dort seulement quelques heures par jour. Lorsque quelque chose lui arrive, il n’agit jamais sous l’impulsion et prend toujours d’abord autrui en considération. Envers les autres disciples, il garde toujours un cœur de pardon et d’endurance, regardant toujours en soi-même au moment des difficultés.

Ceci pour dire que si vous voulez accomplir le but d’encourager à la diligence, cela ne dépend pas du tout de la précision de votre langage, où du fait que votre argument puisse convaincre. La nécessité la plus fondamentale est un cœur de compassion, et un état d’esprit calme et paisible, voilà la clé.

C’est donc la raison pour laquelle tant d’entre nous ont parlé à ce pratiquant chinois face à face sans obtenir le puissant effet de la lettre de ce pratiquant occidental.

Ce n’est que ma compréhension personnelle. Mon niveau étant limité, veuillez m’indiquer quoi que soit d’inapproprié.

Le 14 juillet 2005

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.