Histoires de Chine : Une action vertueuse prolonge la vie d’un homme

La famille de Liu Hongjing avait vécu à Feishui près de la Rivière Hai pendant de nombreuses générations. Il était millionnaire mais avait un comportement moral. Il n’était pas homme à afficher sa prospérité, personne ne savait donc qu’il était un homme riche. Un jour, Liu Hongjing tomba sur un devin aux grandes capacités en chemin vers Shouchun. Il demanda à l’homme de lui lire l’avenir. Le devin lui dit « Vous êtes un homme riche mais vous mourrez dans deux ans. Personne n’y peut rien ! » Liu répondit, « c’est vrai, ce sont les dieux qui déterminent la durée de vie de chacun. Toutefois, j’aimerais quand même savoir si certaines prières aux dieux pourraient prolonger ma vie. » Le devin répondit, « Qu’une personne ait de la chance dépend plus de son niveau de moralité que de ses traits faciaux, et son degré de tolérance est plus important que son degré de moralité. Votre durée de vie peut-être courte mais vous avez un haut niveau de moralité et êtes encore plus pourvu de tolérance envers les autres. Un décret vous a accordé deux ans. Les divinités pourraient vous accorder une vie plus longue si vous utilisiez ces deux ans à cultiver la gentillesse et à accumuler la vertu. Je reviendrais dans trois ans.

Liu regarda le devin s’éloigner, des larmes dans les yeux. Après qu’il soit rentré chez lui, il commença immédiatement à tout arranger pour le mariage de sa fille. Il avait besoin de quatre jeunes esclaves pour être ses servantes après le mariage, il en acheta donc quatre pour 800.000 qian (une ancienne monnaie ; mille qian équivalaient à 1 gramme d’argent). Parmi les quatre jeunes filles, l’une du nom de Lan Sun était particulièrement belle. Mu par la curiosité, Liu interrogea Lan Sun sur ses antécédents familiaux. Elle finit par dire à Liu Hongjing « Je viens d’une famille distinguée de Luoyang. Mon père était haut fonctionnaire du gouvernement et avait un poste à Huaixi. Il fut tué durant la rebellion de Wu Yuanji. Après sa mort, le gouvernement local confisqua les biens de ma famille. Je fus vendue comme esclave et ai été soumise à toutes sortes d’humiliations et de peines. Je n’ai personne chez qui aller. Les membres de ma famille ont été kidnappés, et je ne sais même pas à quel endroit ils se trouvent. J’ai été vendue à différentes gens de nombreuses fois. Aujourd’hui c’est vous qui m’avez achetée. » En entendant le récit de ses misères, Lan Sun fondit en larmes.

Liu Hongjing se disait en soupirant, “Une jeune dame d’une famille d’édudits a souffert une si grande injustice, une si grande humiliation. J’encourrais une punion divine si je ne prenais pas soin d’elle. » Il interrogea Sun Lan sur ses membres de famille et découvrit que son grand-père maternel portait aussi le surnom de Liu. Il l’adopta alors comme sa nièce maternelle et brûla le reçu de son achat de Lan Sun. Puis il offrit à Lan Sun une dote de 500.000 qian et arrangea son mariage dans une bonne famille avant même de marier sa propre fille.

La nuit du mariage de Lan Sun, Liu Hongjing eut un rêve où un homme en civil portant un rouleau s’agenouillait devant lui à distance. L’homme disait dans ses larmes, « Je suis le père de Lan Sun. Je voulais vous remercier pour votre bonne action, mais je n’ai rien à vous offrir. Je sais que le temps qu’il vous reste à vivre n’est pas très long, j’ai donc décidé d’aller voir le Roi du Ciel et de lui demander d’envisager de prolonger votre vie. Je suis ici pour vous dire que je vais voir le Roi du Ciel. » Trois jours plus tard, il eut un autre rêve où le père de Lan Sun se tenait dans un robe pourpre dans la cour. Accompagné de nombreuses servantes, il tenait un rouleau dans ses deux mains et avait un air majestueux. Il remercia Liu Honging de nouveau et dit, « J’ai eu beaucoup de chance. Le Roi du Ciel m’a témoigné sa sympathie pour les injustices que j’ai souffertes et m’a nommé à un poste important. Je suis aujourd’hui en charge des rivières et des ruisseaux dans la région de Huihai. » Puis il commença à pleurer et partit après remercié Liu Hongjing encore et encore.

Trois années plus tard, le devin fut de retour. Il félicita Liu et dit « Ta vie a été prolongée. Tu dois avoir fait de bonnes actions qui ont ému les cieux. Tu as encore vingt cinq ans à vire et ta grande vertu bénéficiera à ta famille pendant trois générations. » Liu Hongjing raconta au devin ce qui s’était passé. Le devin fut très touché et trouva l’histoire peu commune. Liu vécut encore vingt cinq ans exactement comme le père de Lan Sun lui avait annoncé dans le rêve.

Traduit de: http://www.zhengjian.org/zj/articles/2005/3/29/31746.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.