L'univers aujourd'hui : Première détection directe de lumière venant de planètes extrasolaires

Le télescope spatial de la Nasa Spitzer a pour la première fois capturéla lumière de deux planètes connues satellisant des étoiles autres que notre soleil. Les résultats marquent le commencement d'un nouvel âge de la science planétaire, dans lequel les planètes "extrasolaires" pourront être directement mesurées et comparées.

"Spitzer nous a fourni un nouvel outil puissant de renseignement sur les températures, les atmosphères et les orbites des planètes à des centaines d'années lumière de la terre," a dit D. Drake Dreming du Centre De Vol spatial Goddard de la NASA, Greenbelt Md; l'auteur d'une nouvelle étude menée sur une des planètes

"C'est fantastique, " a déclaré D. David Charbonneau du Centre d'Etude de Harvard pour l'astrophysique, à Cambridge, Massachusetts, auteur une étude séparée sur une planète différente. " Nous avons été à la recherce de cette lumière pendant presque 10 années, depuis que des planètes extrasolaires ont été découvertes la première fois." L'article de Deming paraît aujourd'hui dans le magazine Nature; l'article de Charbonneau sera publié dans une revue ultérieure du Journal de l'Astrophysique.

Jusqu'ici, toutes les planètes extrasolaires confirmées, telles que les deux planètes récentes observées par Spitzer, ont été découvertes indirectement, principalement par la technique d'" oscillation " et plus récemment, par la technique du " passage ". Dans la première méthode, une planète est détectée par la traction subite de la gravité qu'elle exerce sur son étoile parente, qui fait que la planète oscille. Dans la seconde méthode, on suppose la présence d'une planète quand elle passe devant son étoile, entraînant l'obscurcissement ou le clignotement de l'étoile. Les deux stratégies utilisent des télescopes à lumière visible et révèlent indirectement respectivement la masse et la taille des planètes.

Dans les nouvelles études, Spitzer a observé directement la chaleur du rayonnement infrarouge des deux planètes "hot Jupiter" précédemment détectées, dénommées HD 209458b et TrES-1. Les Jupiter chauds sont des géants extrasolaires de gaz qui passent comme un éclair tout autour de leurs étoiles parentes. De leurs orbites en sandwich, ils absorbent la lumière de l'étoile en suffisance et brillent remarquablement dans les longueurs d'onde infrarouges.

Afin de distinguer cette planète incandescente des étoiles rouges ardentes, les astronomes ont utilisé une simple ruse. Tout d'abord, ils ont utilisé Spitzer pour collecter la totalité de la lumière infrarouge à la fois des étoiles et des planètes. Puis, lorsque les planètes ont plongé derrière les étoiles comme faisant partie de leur orbite régulière, les astronomes ont mesuré la lumière infrarouge émanant uniquement des étoiles. Ceci a indiqué de façon exacte la quantité de lumière infrarouge qui appartenait aux planètes. "A la lumière visible, la luminosité de l'étoile recouvre complètement la faible lueur reflétée par la planète," a dit Charbonneau. "A la lumière infrarouge, le contraste planète-étoile est plus favorable parce que la planète émet sa propre lumière."

Les données de Spitzer ont raconté aux astronomes que les deux planètes sont au moins à une chaleur de 1000 Kelvin (727 degrés Celsius, 1340 Fahrenheit). Ces mesures confirment que les hots Jupiters sont vraiment chauds. Les observations à venir de Spitzer utilisant une portée de longueur d'onde à infrarouge sont attendues afin de fournir plus d'information sur les vents et les compositions atmosphériques des planètes.

Les découvertes raniment également un mystère que certains astronomes avaient mis de côté. La Planète HD 209458b est inhabituellement gonflée, ou large pour sa masse, ce que certains scientifiques pensaient être le résultat de la force d'attraction gravitationnelle d'une planète invisible. Si cette théorie avait été juste, HD 209458b possèderait un orbité non circulaire. Spitzer a découvert que la planète suit en fait un chemin circulaire. "Nous retournons le mesurer," a dit le D. Sara Seager de l'Institution Carnegie de Washington, co-auteur du papier Deming. "Pour nous les théoriciens, c'est amusant."

Spitzer est idéalement fait pour l'étude des planètes extrasolaires connues pour transiter, ou bien traverser des étoiles de la taille de notre Soleil à une distance de 500 années lumières. Sur les sept planètes connues pour transiter, seules les deux mentionnées ici remplissent ce critère. Plus il y a de découvertes, plus Spitzer sera capable de collecter leur lumière – un plus pour l'observation, considérant qu'il n'était pas désigné à l'origine pour voir les planètes extrasolaires. Le coronographe de la Planète Finder Terrestre future de la NASA, qui sera lancé en 2016, sera capable de mettre directement en image des planètes extrasolaires aussi petites que la Terre.

Peu après sa découverte en 1999, HD 209458b est devenue la première planète détectée via cette méthode de transit. Ce résultat provient du travail de deux équipes, dont une menée par Charbonneau. TrES-1 a été découverte via la méthode de transit en 2004 faisant partie du projet de la Nasa Trans-Atlantic Exoplanet Survey, un programme de télescope basé au sol établi en partie par Charbonneau.

Source: http://www.universetoday.com/am/publish/first_light_extrasolar.html?2232005

Qing, signifie aussi sentiment, sentimentalité, passion.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.