Au poste de police: le corps d'un pratiquant percé d'une centaine de clous

[Shenyang, province Liaoning]

Le matin du 25 avril 2000, la police du poste de Yaochang, du district de Dadong District, arrêta quelques pratiquants. Dans leurs locaux ils furent soumis à des tortures inhumaines. Han, un policier de la première Section du Bureau de la Sécurité Publique de Shenyang, ainsi que quelques-uns de ses collègues s'unirent pour les battre sauvagement. Deux pratiquants, Liu Mingte et Zhang Chaoguo furent frappés pendant toute une journée, jusqu'à ce que leurs visages enflent sévèrement, et que leurs corps tournent au bleu-noir. Pour refuser de leur donner ses nom et adresse, Liu Libo fut battu par les policiers pendant deux jours et une nuit. Son corps entier était couvert de blessures, portant également une centaine de trous, qui étaient la trace des clous qu'on y avait enfoncés. Il y avait également des blessures au visage, provoquées par des brûlures de cigarettes. Il était incapable de bouger ses bras et de se tenir debout pour un long moment.
Quand la pratiquante Jiang Xiufang demanda de pouvoir se rendre aux toilettes, on le lui refusa en la frappant deux fois plus. Après qu'elle ait déféqué dans ses pantalons, on lui refusa le droit de se changer. Elle fut forcée de rester au poste de police deux jours et deux nuits en portant ses pantalons sales.
Le soir du 25 janvier, Han et Zhangbin se mirent à battre brutalement la pratiquante Jiang Xiufang. L'intérieur de ses jambes était roué de coups jusqu'à tourner au bleu-noir. Son visage également recevait sans cesse des coups de pied, des brûlures de cigarettes, qui lui laissèrent un mal de tête durant deux semaines. Han a même déclaré qu'en dix ans de carrière dans la police, il n'y avait jamais eu un cas où il n'ait pas battu quelqu'un.

Les pratiquants nommés ci-dessus n'ont jamais cédé à leurs tortionnaires.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.