La Persécution de Mme Yue Lihua au camp de travail forcé pour femmes de la province de Shandong

Mme Yue Lihua : de la ville de Jinan, environ quarante ans, louait sept chambres pour les pratiquants de Dafa indigents et a été trahie et donc condamnée à trois ans dans un camp de travaux forcés (jusqu’à septembre 2004). Au début, elle a été forcée d’assister aux sessions de lavage de cerveau mais elle s’est éveillée graduellement. Face à une pression si immense, elle a tenu tête avec dignité. En septembre 2003, elle a annoncé que sa « transformation » (la dénonciation de sa foi) était nulle et non avenue. Cette action a choqué la police car d’autres pratiquants ayant cédé au lavage de cerveau se sont eux aussi éveillés. La police l’a envoyé en « isolement » (1) pendant plusieurs jours, et ne l’a pas autorisée à dormir pendant un grand nombre de jours et de nuits (une méthode de torture connue comme « cuire l’aigle »). Ensuite, elle a été harcelée par les « collaborateurs » (2) mais ils n’ont pas réussi à la changer. Voyant qu’elle pouvait inspirer d’autres pratiquants ayant cédé au lavage de cerveau à s’éveiller, la police l’a transférée à la deuxième brigade. Cette brigade a été entraînée spécialement pour s’occuper des adeptes religieux, tels les Chrétiens, qui ne fréquent pas les églises de l’état (sous l’autorité du gouvernement communiste) mais faisaient des réunions religieuses chez eux et ont été étiquetés « croyant aux religions perverses ». Leurs bibles ont été confisquées comme preuves et ils ont été arrêtés. C’est là un autre aspect du mépris des droits de l’homme et de la violation de la Constitution chinoise. Ici, ces personnes étaient sous stricte surveillance. Ils ne pouvaient pas contacter leurs parents par téléphone, ni acheter des repas supplémentaires. En plus, il y avait « cinq haut cadres » (détenus criminels) qui les surveillaient constamment, y compris quand ils allaient aux toilettes.

Notes :
(1) « Isolement » : Le détenu est enfermé dans une cellule individuelle très petite. Les gardes attachent les mains du pratiquants avec des menottes au derrière du dos dans une position fixe telle que les pratiquants ne peuvent ni bouger ni s’allonger. La petite cellule est très humide et la lumière du soleil ne l’entre pas. Les détenus doivent uriner et déféquer dans la cellule. Les détenus enfermés dans la petite cellule ne reçoivent que la moitié d’un repas normal pendant la journée. La puanteur dans la petite cellule est si grande qu’il est difficile de respirer.

(2) « Collaborateurs » : Des anciens pratiquants de Falun Dafa qui ont dénoncé la pratique sous la pression et la torture et qui assistent maintenant les autorités dans la persécution des pratiquants de Falun Dafa.

http://http://www.minghui.org/mh/articles/2004/5/9/74198.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.