La Torture responsable de la mort de 3 pratiquantes de Falun Gong du Nord-Est de la Chine

La mort fait suite à trois voyages à Pékin en faveur du Falun Gong
 

31 Décembre 2001 (Centre d’Information sur le Falun Dafa)- Trois pratiquantes de Falun Gong du Nord-Est de la Chine sont mortes de tortures, d’après des sources locales bien informées.

Mme Wang Kefei, 34 ans, de la ville de Changchun, dans la Province de Jilin, pratiquait le Falun Gong depuis juin 1994. Parce qu’elle était allée de nombreuses fois à Pékin faire appel pour la liberté de pratique du Falun Gong, elle était détenue dans le camp de travail pour femmes Heizuizi, dans la Province de Jilin. Après y avoir été torturée, elle a été envoyée à l’hôpital policier de Tiebei le 20 décembre 2001, et y est morte le même jour. La cause officielle du décès n’ a pas encore été annoncée.

Mme Chen Sulan, 53 ans, de la ville de Fushun, dans la Province du Liaoning, a été arrêtée le 1er décembre 2001 alors qu’elle se rendait à Pékin, pour la même raison que Mme Wang. Deux jours après, elle a été emmenée au Commissariat du quartier économique Gaowan de la ville de Fushun, puis détenue dans le centre de détention Shizilou. Une semaine après, des sources indiquent qu’elle a été battue à mort par la police.

Mme Qu Junli, 28 ans, avait travaillé dans le centrale thermique Qiguan, du district Chuanying de la ville de Jilin, et était sur le point de commencer un nouveau travail dans une boutique de Jilin au moment où elle a été arrêtée. Elle était mère d’un enfant de 4 ans et vivait une vie de famille harmonieuse. Sa première arrestation sur la Place Tian An Men date du 27 octobre 2000 ; elle y faisait appel pour le Falun Gong. Arrêtée une seconde fois dans les mêmes circonstances en décembre 2000, elle a été torturée à mort trois jours après. Ses cendres ont depuis été conservées chez ses parents.

Le Centre d’Information sur le Falun Dafa a pu confirmer le décès de 334 personnes depuis que la persécution du Falun Gong a commencé en Chine en juillet 1999. Le dernier des trois décès, dont la nouvelle ne sort de Chine qu’un an après qu’il se soit produit, illustre la difficulté de se représenter l’ampleur réelle de la persécution. Celle-ci, d’après des sources gouvernementales, est responsable de la mort d’au moins 1600 personnes (informations communiquées en octobre 2001).


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.