Des MPE irlandais et suédois posent des questions au Conseil de l'Union Européenne

Questions écrites P-0491/01
Par John Cushnahan (PPE-DE)

Au concile
(14.02.2001)
Sujet: Falun Gong
Le concile a-t-il exprimé sa forte désapprobation face aux autorités chinoises, concernant leur traitement des pratiquants de Falun Gong? Si tel est le cas, quelle réponse a-t-il reçu?
Question écrite P-0444/01
Par Cecilia Malmstrom (ELDR)

Au concile
(14.02.2001)
Sujet: Droits de l'Homme en Chine

Depuis l'invasion du Tibet en 1949, le régime communiste s'est rendu coupable de très nombreuses violations des droits humains. Plus d'un million de personnes ont été exécutées pour étouffer la révolte, afin de mieux occuper le Tibet. Ces dernières années, les violations se sont intensifiées et le Tibet connaît actuellement une situation semblable à la Révolution Culturelle dans les années 50 et 60. En même temps que la répression au Tibet, le régime chinois a également intensifié sa persécution sur les pratiquants de Falun Gong.

Le gouvernement voit d'un mauvais œil un mouvement qui en l'espace de quelques années devient plus important que le Parti, bien qu'il n'ait aucune ambition politique. Des gens innocents sont jetés en prison, d'autres sont persécutés et beaucoup ont été tués dans des actions contre le Falun Gong. Les relations entre l'Union Européenne et la Chine ont été basées sur "un dialogue critique". Pourtant la Chine continue à enfreindre les plus élémentaires droits humains. Aucune opposition n'est tolérée et quiconque essayant de proposer des alternatives à la dictature est sévèrement puni. Il n'y a aucun signe de progrès dans le sens de la démocratie et de la liberté d'expression. L'Union Européenne et ses états membres maintiennent le contact avec la Chine à plusieurs niveaux. Malheureusement, toutefois, les droits de l'Homme ne se sont vus accorder aucune place aux discussions. Pendant ces dernières années, dans la Commission des Nations Unies sur les droits de l'Homme en Chine, les états membres de l'Union Européenne n'ont pas voté pour une résolution contre la répression en Chine. A la lumière des développements dans ce pays, est-ce que le Concile considère que l'Union Européenne devrait revoir sa politique de "dialogue critique" envers la Chine et ainsi cette année adopter une initiative condamnant les violations de la Chine en matière de droits humains?


P-0444/01 and P-0481/01
Réponse
(10 juillet 2001)
La restriction sur la liberté de croyance et de religion en Chine constitue un thème récurrent sur l'agenda des dialogues droits de l'Homme de l'Union Européenne. Le sujet a été soulevé par le Concile, dans ses conclusions du 22 et 23 janvier 2001, dans ce qu'il considère comme un domaine où le processus de dialogue pourrait mener au succès.
A maintes reprises, l'Union Européenne a manifesté sa préoccupation concernant les mesures du gouvernement chinois dirigées contre les membres de mouvements spirituels et religieux, y compris les pratiquants du Falun Gong. Ce dossier a été également traité dans la dernière partie du dialogue sur les Droits de l'Homme, qui s'est tenu les 22 et 23 février à Stokholm. En fait, le 2 février, le régime de Beijing a modifié sa procédure dans la préparation du dialogue à venir entre la Chine et l'Union Européenne. Du côté de l'Union Européenne a été présentée une liste de cas individuels requérant des mesures de clémence, et dans ce contexte la mention orale des pratiquants du Falun Gong Li Xiaobing, Li Xiaomei et Yu Changxin.
Il existe peu d'informations sur le sort des pratiquants de Falun Gong. Le centre d'information de Hong-Kong pour les Droits de l'Homme et de la démocratie a recensé 98 cas de morts sur l'ensemble du territoire, entre juillet 1999 et mi-janvier 2001. Il doit être signalé que 46 sont intervenues depuis octobre 2000, suggérant une augmentation ces derniers mois du nombre de mauvais traitements sur les pratiquants.
. Selon le centre d'information pour les Droits de l'Homme et de la démocratie, environ 450 ont été jugés, plusieurs centaines envoyés dans des institutions psychiatriques, et 10願 sont détenus sous des sanctions de "rééducation". L'Union Européenne ne recherche pas à entamer une discussion sur la nature du mouvement, mais sur le manque de respect des libertés fondamentales en Chine, comprenant la liberté d'expression, de religion et d'association, et sur les violations en cours des droits humains, en particulier des pratiquants de Falun Gong. Dans les mêmes conclusions, le Concile a approuvé une approche s'alignant sur la décision des Etats-Unis d'adopter une ferme résolution sur les droits de l'Homme au cours de la 57e session des droits de l'Homme des Nations Unies.
(Note: John Cushnahan est un MPE d'Irlande; Cecilia Malmstrom est une MEP de Suède)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.