Le défi auquel Trump et le monde sont à présent confrontés


L'élection présidentielle de cette année aux États-Unis a été un sujet brûlant non seulement aux États-Unis mais aussi dans le reste du monde, y compris en Chine, où les internautes ont montré un vif intérêt.


Bien que le résultat des élections soit encore en suspens, la fraude électorale a fait l'objet d'une grande attention. Les grands médias américains ont toutefois refusé de faire état de cette fraude ou du scandale des ordinateurs portables de Biden, comme s'ils ne savaient rien de ces événements importants.


Pourquoi ces médias d'information autrefois réputés attaquent-ils si ardemment Trump, même au prix de sacrifier leur propre crédibilité ? Considèrent-ils Trump comme une menace pour leurs intérêts personnels ?


La peur rouge et son infiltration en Occident depuis les années 1930
Deux livres de journalistes ont contribué à façonner les opinions de la société occidentale envers le communisme dans le mauvais sens. L'un d'eux était Dix jours qui ébranlèrent le monde de John Reed en 1917, et l'autre était Étoile rouge sur la Chine d'Edgar Snow en 1937.


Des documents ont révélé que Reed était l'un des organisateurs du Parti communiste des États-Unis. Il a également participé à la Révolution d'Octobre. Son soutien actif au communisme a été salué par Vladimir Lénine, qui a recommandé le livre de Reed: «Voici un livre que je voudrais voir publié à des millions d'exemplaires et traduit dans toutes les langues. Il a été enterré à la nécropole du Mur du Kremlin, un cimetière d'élite de militants pro-bolcheviks.


Snow, en revanche, a dépeint Mao Zedong et le Parti communiste chinois comme la représentation d'un nouveau système démocratique. Ce n'est qu'en 1989 que sa femme Lois Wheeler a réalisé l'erreur. "Cela m'a juste réveillé", a-t-elle déclaré dans une interview. Depuis lors, elle a condamné le massacre de la place Tienanmen et critiqué les violations des droits de l'homme commises par le PCC. Lorsqu'elle s'est rendue à Pékin en 2000, des policiers l'ont empêchée de rencontrer un militant dont le fils avait été tué dans le massacre.


Les États-Unis ont été établis sur la foi. En tant que symbole d'espoir pour le monde, les États-Unis ont été désignés comme "une ville sur une colline". "Une nation unie sous l’autorité Dieu" fait partie du serment d'allégeance et "In God We Trust"["Nous croyons en Dieu"] est imprimé sur les billets de banque américains. Par conséquent, les États-Unis ont joué le rôle de gardiens des principes et de l'ordre social au lieu de s'emparer du pouvoir. Ce concept est similaire à celui de "suivre la loi céleste" dans la culture traditionnelle chinoise.


La Grande Dépression de 1929 a affaibli l'économie américaine. Entre-temps, des journalistes tels que Walter Duranty ont édulcoré le système soviétique, ce qui lui a valu un prix Pulitzer en 1932. Le président Franklin D. Roosevelt a alors lancé le New Deal en 1933 pour étendre divers programmes vers un grand gouvernement comme l'économie planifiée en Union soviétique.


Ce n'est qu'en 1990 que le New York Times a admis que les articles de Duranty, son chef du bureau de Moscou à l'époque, déformaient la Grande Famine en Union soviétique et étaient "parmi les pires reportages à paraître dans ce journal". Cependant, l'influence du New Deal a été profonde et durable.


"Ce fut la période cruciale de l'histoire américaine - la période où les Américains ont abandonné les principes de liberté économique sur lesquels notre nation a été fondée. Car c'est à cette époque que l'État-providence, le mode de vie de l'économie planifiée a remplacé le mode de vie de la propriété privée et de l'économie de marché qui existait jusqu'alors ", a écrit Jacob Hornberger, ancien professeur de droit et d'économie, fondateur et président de la fondation The Future of Freedom.


En 1964, le président américain Lyndon Johnson a annoncé la Guerre contre la pauvreté dans le cadre de la Great Society. Ses propositions, étonnamment, coïncidaient bien avec celles préconisées par le Nouveau programme du Parti communiste américain publié en 1966.


La destruction de la société occidentale par le communisme ne s'est pas limitée à l'économie. En 1966, Mao a lancé la Révolution culturelle qui a duré une décennie, anéantissant presque toutes les valeurs traditionnelles de la culture chinoise. De l'autre côté de l'océan, les hippies et les groupes et la pensée de contre-culture ont dominé les États-Unis. Ils défiaient l'autorité et les traditions tout en prônant la drogue et la liberté sexuelle.


Incapables de lancer une révolution culturelle à la chinoise, certains de ces jeunes ont continué à répandre l'idéologie socialiste, bien que sous couvert de progressisme, alors qu'ils sortaient des collèges et des écoles supérieures et travaillaient dans l'éducation, les médias d'information, la politique et les affaires. Cette infiltration du socialisme dans la société américaine est une révolution non violente qui a duré des décennies. Dans le processus, diverses formes de socialisme et de marxisme sont apparues et ont continué à se propager.


" Le but du socialisme est le communisme ", déclarait Lénine en 1917. Le Parti communiste chinois (PCC) a souscrit à cette déclaration. Karl Marx a également proposé six étapes vers le communisme, le socialisme étant la cinquième étape.


Mais peu de gens ont réalisé l'influence corruptrice et le grave danger du socialisme et du communisme. La pensée socialiste avait occupé les principaux médias, universités et Hollywood dans les années 1970 et 1980. Malgré son revers à court terme sous le président Ronald Reagan dans les années 1980, le mouvement socialiste a retrouvé son élan dans les années 1990, atteignant son apogée ces dernières années.


Le divin récompense le travail acharné et vous récoltez ce que vous semez. Ce sont des valeurs traditionnelles qui ont inspiré les civilisations humaines pendant des milliers d'années. À travers le prisme du socialisme, cependant, la richesse devrait être répartie également entre les gens, sans condition. Avec peu d'exposition au communisme en Union soviétique et en Chine communiste, de nombreux jeunes américains préconisent le socialisme et visent à orienter notre société dans cette direction.


Au cours du siècle dernier, la société occidentale a été confrontée à de nombreux défis, dont deux guerres mondiales, le terrorisme issu du fascisme et la brutalité associée au communisme. Même aujourd'hui, alors que l'idéologie communiste fait des ravages dans le monde entier, les États-Unis sont toujours l'un des rares pays où le pouvoir est le moins centralisé, et ils jouent un rôle majeur dans le maintien de l'ordre social tout en sauvegardant le monde libre.


Si la société américaine avait été remplacée par l'égalitarisme d'une fiscalité élevée et d'une protection sociale élevée, en conjonction avec le fait de laisser libre cours à l'avortement et à l'homosexualité qui s'écartent des valeurs traditionnelles, où le monde se dirigerait-il?


Le prophète français Nostradamus a prédit un jour que Mars (Marx) régnerait un jour sur le monde au nom d’assurer aux gens une vie meilleure. Avec cette tendance vers un État-providence, ce qui viendrait après le monde occidental, c'est le même communisme.


Une guerre longue d'un siècle
Le président Reagan a déclaré dans son premier discours inaugural : " De temps en temps, nous avons été tentés de croire que la société est devenue trop complexe pour être gérée par l'autonomie, que le gouvernement par une élite est supérieur au gouvernement pour, par et du peuple. Mais si personne parmi nous n'est capable de se gouverner lui-même, alors qui parmi nous a la capacité de gouverner quelqu'un d'autre ? Nous devons tous ensemble, dans le cadre du gouvernement et en dehors de celui-ci, en porter le fardeau. Les solutions que nous recherchons doivent être équitables, sans qu'aucun groupe ne soit choisi pour payer un prix plus élevé.”


De nombreux conservateurs s'inquiètent de l'avenir des États-Unis et du monde. Sous le déguisement du socialisme et du libéralisme, le communisme a progressivement infiltré l'Amérique jusqu'à l'os. Peu de gens, y compris les anciens présidents américains, ont osé contester la complexité ou toucher à la ligne du politiquement correct.


C'est dans cette situation d'urgence que Donald Trump a défendu ce qui est juste. "En Amérique, nous ne vénérons pas le gouvernement, nous vénérons Dieu", a-t-il déclaré en mai 2017 lors de son premier discours d'investiture en tant que président.


Les efforts de Trump pour ramener la tradition et remettre l'Amérique sur les rails ont perturbé l'accord tacite entre les politiciens, les entreprises technologiques, les grandes entreprises et les médias d'information. Par conséquent, ils l'ont considéré comme "un taureau dans un magasin de porcelaine" et ont commencé à l'attaquer en juin 2015, lorsqu'il a annoncé sa candidature à la présidence.


Pour de nombreux politiciens et citoyens ordinaires, c'est presque un miracle que Trump ait remporté les élections de 2016. " Pendant trop longtemps, un petit groupe dans notre capitale nationale a récolté les fruits du gouvernement alors que le peuple en a supporté le coût " a-t-il déclaré dans son discours inaugural en janvier 2017. " Ce qui importe vraiment, ce n'est pas quel parti contrôle notre gouvernement, mais si notre gouvernement est contrôlé par le peuple ".


"Nous n'accepterons plus des politiciens qui ne font que parler et n'agissent pas - se plaignant constamment mais ne faisant jamais rien. Le temps des discours creux est révolu", a-t-il déclaré.


Dans son discours à l'Assemblée générale des Nations Unies, Trump a averti que " le socialisme et le communisme ne sont pas une question de justice... ils sont une question de pouvoir pour la classe dirigeante ". Il a juré que "l'Amérique ne sera jamais un pays socialiste.».


Contrairement aux présidents précédents, M. Trump est très direct avec les médias et, lorsqu'il y a eu de fausses nouvelles, il les a annoncées. Une telle honnêteté a une fois de plus déclenché une série de représailles de la part des médias d'information.


La première était l'enquête russe. Les statistiques ont montré que trois grandes chaînes d'information (ABC, CBS, NBC) avaient 3 430 reportages sur ce sujet dans leur journal du soir aux heures de grande écoute. Cela représentait près de 100 heures, soit un tiers du temps total d’information.


Lorsque la nouvelle est tombée en 2017 que les Russes ont dépensé des millions dans une société de lobbying pour influencer un ancien secrétaire d'État - un fonctionnaire démocrate - avec le témoignage d'un informateur du FBI, CBS y a consacré 69 secondes de couverture pendant son talk-show Face the Nation, tandis qu'ABC et NBC ne l'ont pas couvert.


En septembre 2018, le New York Times a publié un article d'opinion anonyme critiquant Trump pour avoir divisé le pays. Bien que citer des sources anonymes discréditerait la réputation du journal, il a néanmoins choisi de le faire pour atteindre l'objectif de diffamation de Trump.


L'année 2019 a également été riche en événements. Les responsables démocrates ont lancé une mise en accusation le 24 septembre 2019. Le Sénat a ensuite acquitté Trump le 5 février 2020.


Dans tous ces cas, les médias d'information ont soit sorti les mots de leur contexte, soit accusé à tort Trump sans preuves. En outre, pendant cette élection, des fonctionnaires de l'État ont travaillé avec des fonctionnaires fédéraux, ainsi qu'avec les principaux médias d'information et les plateformes de médias sociaux (Facebook, Twitter et YouTube), ainsi qu'avec Antifa et d'autres organisations socialistes pour salir Trump.


L'ancien président de la Chambre, Newt Gingrich, a déclaré lors d'une interview que les troubles électoraux et les allégations de fraude généralisée l'avaient laissé plus bouleversé qu'il ne l'avait jamais été en 62 ans de vie politique.


"Il ne s'agit pas de Donald Trump", a-t-il expliqué, "Il s'agit du peuple américain. Le peuple américain a-t-il le droit, lors d'une élection honnête, avec des bulletins de vote légitimes, de choisir son chef, ou sommes-nous simplement des moutons dominés par les entreprises de haute technologie, les médias et les diverses machines politiques ? Et sommes-nous censés capituler ?"


"Donc, je pense que c'est une crise du système américain comparable à Washington la veille de Noël ou comparable à Lincoln à Gettysburg. C'est une véritable crise profonde concernant notre survie ", a-t-il ajouté.


Le dynamisme de la lutte contre le communisme
Avec une compréhension profonde des valeurs américaines, Trump a été très ferme dans son rejet du communisme. En tant que bastion du communisme actuel, la Chine est devenue la plus grande entité économique du monde en 2010. Elle a également propagé son idéologie dans le monde entier, notamment en plaçant une publicité sur un panneau d'affichage géant à Times Square.


Alors que les politiciens occidentaux et les nouveaux médias ont été vaincus par des boulets de canon enrobés de sucre, la liberté et l'Amérique sont toutes deux confrontées à une crise sans précédent.


Après être devenu président des États-Unis, Trump a déclaré que le gouvernement américain avait mal jugé le PCC depuis 1930, et il est devenu le premier président à différencier le PCC du peuple chinois. En outre, il s'est engagé dans une guerre commerciale pour freiner le régime communiste, a enquêté sur des entreprises liées à l'armée chinoise comme Huawei, a fermé le consulat chinois à Houston, a fermé les instituts Confucius et a sanctionné des responsables du PCC pour des violations des droits de l'homme à Hong Kong.


Plus récemment, le 12 novembre, Trump a signé un décret visant à empêcher les investissements américains d'aller à des entreprises ayant des liens avec l'armée chinoise. Cette décision est considérée comme une autre étape clé de la politique étrangère de Trump.


Lorsque le pompier à la retraite Mark Taylor regardait la télévision en avril 2011, il a vu l'homme d'affaires Donald Trump parler de ses réflexions sur l'avenir de l'Amérique. Taylor a déclaré qu'il avait soudain entendu la voix de Dieu qui disait que Trump allait devenir le président américain et rétablir les valeurs traditionnelles.


Après plus d'un siècle de terreur, il est temps de mettre fin au régime communiste. Les gens ne croyaient pas que le mur de Berlin tomberait, mais il s'est effondré quand même; il était difficile de croire que la puissante Union soviétique se désintégrerait du jour au lendemain, mais cela s'est produit avec d'autres régimes communistes d'Europe de l'Est.


Le peuple américain et le monde prient pour un avenir meilleur et plus sûr, et leur souhait ne sera pas vain.


Version anglaise :
The Challenge Trump and the World Now Face
Version chinoise :
川普到底面对着怎样的挑战

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.