La vertu du pinceau en un temps de chaos


Lorsqu'une équipe de tournage a demandé à Liu Xitong d'écrire quatre mots en calligraphie chinoise, il a accepté immédiatement, de bon cœur et pour des raisons que l'équipe ne connaissait pas encore.


Autrefois célèbre calligraphe en Chine, Liu avait depuis quitté le pays où le Parti communiste chinois (PCC) le persécutait pour sa foi. Ce faisant, après son départ pour les États-Unis il avait mis de côté son art dans sa quête de justice.


Le jour du tournage, Liu et les producteurs du documentaire ont discuté de la scène de la calligraphie alors qu'ils préparaient le plateau. Le documentaire "When the Plague Arrives", produit par NTD Television, traite de l'humanité à la croisée des chemins lors des temps tumultueux de la pandémie.


Dans le film, les événements historiques sont présentés en parallèle avec le présent. Les maladies épidémiques ont désorganisé les anciennes civilisations, tant en Orient qu'en Occident, et ont non seulement apporté la mort et le chaos, mais elles ont également jeté une lumière crue sur les sociétés qui ne respectaient plus la dignité humaine.


Liu écrirait un idiome chinois de quatre mots tiré du texte chinois classique "Quatre livres" dans lequel Zhu Xi a traduit les "Analectes de Confucius".


Il se traduit par "Quand les choses sont chaotiques à l'extrême, l'ordre doit être rétabli". L'ouvrage est maintenant disponible à la vente à l'adresse suivante InspiredOriginal.org/Calligraphie


L'œuvre du calligraphe Liu Xitong figure dans le récent documentaire "When the Plague Arrives". (Télévision NTD)

C'est alors que Liu a partagé sa propre histoire. Pour avoir pratiqué la vérité, la compassion et la tolérance, tout comme les 70 millions d'autres citoyens chinois qui ont adopté la pratique spirituelle du Falun Gong, Liu a été la cible de la campagne de persécution du PCC.


Une société mauvaise et chaotique
"J'ai été condamné à trois ans dans le camp de travail illégal du Parti communiste chinois et j'ai passé quatre ans en prison", a déclaré Liu dans une interview après la fin du film. Ce furent des années de souffrance. "J'ai perdu ma liberté et l'environnement pour créer, étudier et écrire. J'ai enduré de violents passages à tabac et des insultes de la part des gardiens de prison et des prisonniers du Parti communiste chinois. J'ai subi les tests sanguins qu'ils font subir aux personnes marquées pour le prélèvement d'organes, et ces années ont été comme un combat entre la vie et la mort".


L'année dernière, l'avènement de COVID-19 et les retombées de la mauvaise gestion de la situation par le régime communiste chinois ont également mis en lumière les autres méfaits du régime - la persécution brutale qui a affecté Liu pendant des décennies n'étant que l'un d'entre eux.


Après que le PCC a interdit la pratique spirituelle du Falun Gong le 20 juillet 1999, des milliers de personnes se sont rendues à Pékin pour obtenir réparation, et Liu y est allé aussi. Par la suite, des policiers ont fait irruption sur son lieu de travail et l'ont brutalement menotté et kidnappé pour l'interroger avant de le jeter dans un camp de travail où il devrait subir une "rééducation", ou des méthodes de lavage de cerveau, de 2000 à 2003. L'emprisonnement de Liu était techniquement illégal, même en vertu des lois du PCC, et en 2004, il a finalement été acquitté.


L'art qui guérit
Liu a dit qu'après sa libération, il s'est lancé dans la création artistique comme un poisson a besoin d'eau. Sa mission première, comme c'était le cas depuis le 20 juillet 1999, était de diffuser vérité sur la persécution du Falun Gong au milieu de la propagande du puissant régime. Mais toutes les deux heures, il se consacrait à l'art de la calligraphie et a créé des milliers d'œuvres.


Entre-temps, il a entendu d'étranges rumeurs se répandant à son sujet : que sa renommée d'artiste avait chuté lorsqu'il avait commencé sa pratique spirituelle, qu'il avait été renié par ses parents ou qu'il s'était suicidé. Aucune de ces rumeurs n'était vraie, mais au lieu de réfuter les ragots verbalement, Liu a organisé une exposition de calligraphie en 2007.


Malgré la controverse, ou peut-être à cause d'elle, l'exposition a fait salle comble. Les visiteurs ont été émerveillés par le travail de Liu et lui ont dit à quel point son exposition était différente de celles qu'ils avaient vues. Plusieurs participants lui ont dit qu'ils avaient l'impression que l'ensemble du lieu rayonnait de compassion et d'harmonie, et que cela leur avait laissé une impression inoubliable. Et même si la propagande contre le Falun Gong et ses adeptes était toujours publiée par la presse d'État chinoise, l'exposition de Liu a été saluée par les journaux, et ses commentaires sur l'art et la morale traditionnels ont également été publiés.


Quelques œuvres de l'exposition de calligraphie de M. Liu Xitong. (Avec l'aimable autorisation de Liu Xitong)


Mais quelques jours après l'exposition, Liu a de nouveau été arrêté par la police, et sa femme a également été kidnappée par des agents après qu'ils aient saccagé sa maison. Il a été interrogé et détenu pendant un mois. Puis en 2008, il a été illégalement condamné à quatre ans de prison, pendant lesquels il a subi des périodes d’intense torture, tout cela parce qu'il ne voulait pas renoncer tout cela parce qu'il ne voulait pas renoncer à sa dévotion envers le Falun Gong.


Selon Liu, le Falun Gong lui a ouvert les yeux sur la vertu, la moralité, la dignité des êtres humains et l'importance de Dieu, et cela a sans aucun doute influencé son travail. En fait, avant qu'il ne commence à pratiquer le Falun Gong, Liu a dit que son art était d'un style complètement différent.


Le calligraphe Liu Xitong figurant dans le récent documentaire "When the Plague Arrives". (Télévision NTD)

Un cadeau divin
Née de parents analphabètes, Liu était le seul des cinq enfants à savoir écrire. Dès l'âge de 3 ans, il a montré un don pour le dessin lorsqu'il a commencé à reproduire des chefs-d'œuvre. À l'école, il a montré son talent pour le dessin, la peinture, la sculpture et la calligraphie.


"Depuis l'enfance, j'ai été béni", a déclaré Liu par courriel. Il s'est plongé dans de grandes œuvres anciennes, comme celles de l'empereur Kangxi de la dynastie Qing et de l'empereur Taizong de la dynastie Tang, et a étudié des manuscrits en soie des dynasties Qin et Han, des inscriptions en bronze et divers écrits. Il y avait des milliers d'années de trésors à exploiter, chaque époque et chaque grand érudit imprégnant l'art de quelque chose qui leur était propre, a expliqué Liu. Et en étudiant les grands, Liu a développé son propre style et ses propres écritures.


"La calligraphie chinoise n'est pas seulement un trésor de la culture traditionnelle chinoise qui a été transmise par les dieux, mais c'est un grand art qui est unique en son genre dans ce monde", a déclaré Liu. "L'histoire est longue, et son développement est coloré".


Mais en vieillissant, Liu est devenu désabusé dans sa vision du monde. Il a raconté la culture arrogante et égoïste dans laquelle il était plongé, entouré de membres du PCC et travaillant dans des départements affiliés au Parti. Cela s'est rapidement infiltré dans son art, et il a suivi les modes et les tendances plutôt que la tradition, créant des œuvres dans des styles de calligraphie modernes ou "cursifs". Ses expositions ont été bien accueillies, saluées par la presse et récompensées par des prix.


Puis, dans les années 1990, il a connu un réveil brutal.


Le Falun Gong a été présenté au public en 1992, et des millions de personnes ont commencé à le pratiquer en quelques années seulement. En 1996, Liu a commencé à pratiquer aussi.


Le Falun Gong enseignait des exercices de méditation et les trois principes de vérité, de compassion et de tolérance, et il s'inscrit dans l'ancienne tradition chinoise de raffinement de soi. Des millions de personnes ont adopté cette pratique et, voyant des améliorations dans leur santé mentale, physique et spirituelle, ont répandu la pratique par le bouche à oreille. C'était un retour à la culture et à la moralité traditionnelles chinoises que les gens affamés de spiritualité désiraient ardemment.


Liu a déclaré que ces principes ont servi de miroir pour son âme et ont changé radicalement sa vision du monde. Il s'est senti si éloigné des principes et de l'esthétique traditionnels qui guident l'art de la calligraphie. Il était devenu lui-même un égoïste, qui n'avait aucun idéal élevé ni aucune morale traditionnelle, et cela se voyait clairement dans son travail.


Liu n'a pas remis en question son épiphanie - il a brûlé toutes ses œuvres modernes et s'est juré de défendre à nouveau les idéaux traditionnels. L'art de la calligraphie est le sommet d'une culture que l'on croit d'inspiration divine, et le don de Liu était une bénédiction de Dieu ; il avait l'intention de l'honorer.


"Si un artiste respecte les instructions de Dieu et utilise les compétences qu'il a acquises pour exprimer la beauté éclairante du royaume de Dieu dans ce monde, pour relier les humains en harmonie avec le monde, en prônant la vertu et la bonté... les œuvres refléteront une beauté qui émeut vraiment les gens", a déclaré Liu.


Il voulait que ses œuvres reflètent la vérité et la beauté de l'univers. Et la calligraphie, étant le reflet de l'âme de l'artiste, a exigé de Liu qu'il s'y consacre. Il a décidé de se laisser guider par la vérité, la compassion et la tolérance.


La calligraphie n'est pas un art qui bénéficie d'un état passionné et d'un esprit frénétique. Il faut au contraire un esprit pur et être en harmonie avec les vertus, a expliqué Liu.


"Le processus de la calligraphie est l'exquise démonstration du mystère et de la science de la vie et de l'universel, rendue visible par la pointe du stylo", a déclaré Liu. "La calligraphie est une merveilleuse combinaison de potentiel humain inné et d'effort acquis, mis à nu sur le papier".


Il y a quelques années, Liu a enfin pu quitter la Chine. Lorsqu'il est arrivé aux États-Unis, il a mis de côté sa passion pour cet art afin de consacrer plus de temps à faire connaître la violente persécution du Falun Gong par le PCC. Mais un producteur de documentaires a eu vent du talent de Liu, ce dernier s'est senti heureux de pouvoir utiliser son don pour aider à sa mission.


"Mon souhait a toujours été de poursuivre ce chemin de raffinement de soi, de revenir à la tradition et de laisser une référence à l'art de la calligraphie pour la postérité", a déclaré Liu.


Le célèbre calligraphe Liu Xitong a été persécuté dans son pays d'origine, la Chine, par le Parti communiste chinois, parce qu'il suivait la pratique spirituelle traditionnelle du Falun Gong. Il s'agit de sa première œuvre à grande échelle depuis qu'il s'est enfui aux États-Unis il y a deux ans. (Télévision NTD)


Traduit de l'anglais
https://www.theepochtimes.com/renowned-calligraphers-first-us-work-featured-in-documentary_3550142.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.