Pandémie et inondations : De nouvelles voies pour la répression intérieure et l'autoglorification du PCC

Face à la pression croissante de la communauté internationale pour tenir le Parti communiste chinois (PCC) responsable de la pandémie et d'autres tragédies, le régime chinois a intensifié sa désinformation intérieure.


Zhao Lijan, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, a affirmé que la relation entre le PCC et le peuple est comme le poisson et l'eau, et que le peuple chinois est le plus grand défenseur du PCC et que toute tentative de diviser le PCC et le peuple s’avéreraient vaines.


De nombreux internautes ont rejeté ses remarques. "Quand les fonctionnaires jouissent de privilèges, nous ne sommes que de la poussière", a écrit une personne, "Quand on nous utilise comme chair à canon, vous nous appelez les plus forts défenseurs - c'est n'importe quoi !"


“Quand il y a le feu, les fonctionnaires sont les premiers à évacuer ; quand il y a des balles, les citoyens ordinaires sont les premiers à mourir", a écrit un autre , "est-ce ce qu'on appelle une relation étroite de type "poisson et eau" ?


Le deuxième commentaire faisait référence à un incendie survenu en 1994 à Karamay, dans la province du Xinjiang, au cours duquel les étudiants ont reçu l'instruction de rester assis pour que les fonctionnaires puissent évacuer en premier. Près de 300 étudiants sont morts, tandis que les plus de 20 fonctionnaires de Karamay ont survécu.


Malheureusement, de telles tragédies continuent sans cesse avec le régime totalitaire du PCC. Au cours des derniers mois, par exemple, Wuhan est passé de l'épicentre du coronavirus à une arme d'autoglorification, la mainmise sur le Xinjiang s'est intensifiée au nom de la lutte contre le coronavirus avec des cas réels non signalés, et la province de l'Anhui a été inondée pour protéger d'autres régions, ce qui a été claironné comme un autre "succès" du régime du PCC.


Wuhan : Une catastrophe décrite comme un triomphe
SelonRadio Free International, des milliers d'habitants de Wuhan se sont rassemblés pour un concert le 15 août sans aucune mesure de protection. C’était un changement radical par rapport aux mois précédents, lorsque cette ville était verrouillée en tant qu'épicentre de la pandémie. De plus, Wuhan est maintenant présentée comme une pièce maîtresse du triomphe de la chine sur le coronavirus.


Mais le PCC ne s'est pas arrêté là. Lors de sa visite en Norvège le 27 août, le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré qu'il y avait zéro infections en Chine chaque jour et que les remarques selon lesquelles le virus provenait de Chine n'étaient que des mensonges. Ce que M Wang n'a pas mentionné, selon l'expert chinois Hu Ping, c'est que le meilleur épidémiologiste chinois, Zhong Nanshan, a reconnu en février que le coronavirus avait débuté en Chine et que cela avait été confirmé par des experts médicaux tels que Zhang Wenhong de l'université de Fudan.


Li-Meng Yan, de l'École de santé publique de Hong Kong, a dit la même chose après s'être enfuie aux États-Unis, décrivant comment les informations ont été falsifiées lors de l'épidémie initiale de coronavirus. Elle a déclaré que le PCC connaissait la maladie bien avant qu'il ne l’affirme.


Après avoir entendu parler de la transmission interhumaine par un ami et en avoir parlé à son patron le 31 décembre 2019, on lui a dit de se taire. De plus, ses contacts en Chine continentale ont cessé d'en parler. "Ceux de la ville de Wuhan - qui deviendrait plus tard le centre de l'épidémie - se sont tus et d'autres ont été avertis de ne pas leur demander les détails", se rappelle-t-elle.


Cette pression a également été étendue à Hong Kong, où le superviseur de Yan l'a avertie de ne pas toucher à la "ligne rouge". "Nous allons avoir des ennuis et nous allons disparaître", a-t-il ajouté.


De tels avertissements étaient justifiés, car ceux qui osaient parler de la maladie étaient punis un à un. Ai Fen, médecin à l'hôpital central de Wuhan, a été sanctionné à plusieurs reprises pour avoir diffusé des informations sur la maladie sur les médias sociaux. Liang Wenliang, un autre médecin du même hôpital, a reçu une punition similaire et est mort plus tard de la maladie.


Xinjiang : Vous pouvez mourir de n’importe quelle raison, mais pas du coronavirus
Si l'incendie de Karamay en 1994, mentionné ci-dessus, a montré que les responsables du PCC malmenaient les citoyens ordinaires, la situation de la pandémie est encore pire.


Après qu'un cas confirmé a été identifié à Urumqi le 15 juillet, les autorités ont bouclé toute la ville deux jours plus tard, puis toute la province du Xinjiang, selon un rapport de Voice of America (édition chinoise) du 27 août. "Ici, on peut mourir de faim, de dystocie, de dépression ou même en avalant une boule de verre. Mais vous ne pouvez pas mourir du coronavirus", déclarait un article sur WeChat le 24 août. VOA a rapporté que l'article sur WeChat a été rapidement supprimé.


Cette campagne a grandement violé les droits de l'homme des habitants du Xinjiang. Le rapport de VOA cite également plusieurs autres posts de médias sociaux qui parlaient des épreuves subies par les gens pendant le confinement. De nombreux patients ne sont pas soignés en raison du confinement et certaines personnes sont menottées pour avoir violé la règle de confinement et être sorties. Il y a aussi des personnes qui ont été forcées de prendre des comprimés et de dormir à des heures fixes chaque jour. Tous ces posts ont été rapidement supprimés.


Cai Xia, un dissident chinois et professeur à la retraite de l'école centrale du PCC, a déclaré que le système de surveillance à grande échelle et 24 heures sur 24 n'existait pas même en Corée du Nord. Et pourtant, il a été mis en place par le régime totalitaire chinois au nom de la lutte contre le coronavirus.


Résidents de l'Anhui : Victimes ou héros ?
Depuis cet été, de nombreuses inondations ont eu lieu en Chine, certaines d'origine naturelle, d'autres provoquées par l'homme.


Le 20 juillet, le barrage de Wangjiaba, de la province de l'Anhui, a ouvert ses 13 vannes pour évacuer l'eau et protéger la rivière en aval. C'est la seizième fois que les vannes sont ouvertes depuis la construction du barrage en 1953, et la dernière fois en 2007. Une fois de plus, les médias du PCC ont présenté cette mesure comme un exemple des avantages de la société communiste - les habitants de l'Anhui ont volontairement sacrifié leurs propres intérêts au profit d'autres endroits.


Mais les faits sont presque à l'opposé. Bien que les terres de près de 200 000 personnes aient été détruites, le transfert des personnes n'a commencé que 12 heures à l'avance, et une compensation minimale a été fournie pour leur migration. Lorsque cela s'est produit en 2007, la perte financière directe a été estimée à 600 millions de yuans (ou 90 millions de dollars) alors que le gouvernement n'a fourni qu'environ 88 millions de yuans (ou 13 millions de dollars).


Bien que ces victimes aient été présentées comme des héros à la gloire du PCC, les habitants n'ont pratiquement aucun endroit où se plaindre.


Chen Guangcheng, un avocat chinois et dissident aux U.S, a déclaré lors d'un événement fin août qu'il n'est pas facile de résister à la tyrannie. Cependant, "les États-Unis doivent utiliser leurs valeurs de liberté, de démocratie et d'État de droit pour rassembler une coalition de démocraties afin de mettre fin à l'agression du PCC", a-t-il ajouté.


Version anglaise :
- Pandemic and Flooding: New Avenues for the Chinese Communist Party’s Domestic Suppression and Self-Glorification


Version chinoise:
- 中共版“铜墙铁壁”

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.