Cité du Vatican : Le secrétaire d'État américain exhorte les leaders religieux à s'opposer au PCC s'agissant de la liberté religieuse

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a récemment visité la Cité du Vatican. Bien qu'il n'ait pas pu rencontrer le pape François, il a prononcé un discours lors d'un forum sur la liberté religieuse le 30 septembre, exhortant les chefs religieux, dont le Saint-Siège, à s'opposer à la tyrannie du Parti communiste chinois (PCC) et à défendre la dignité humaine.


Accueilli par l'ambassade des États-Unis auprès du Saint-Siège, le forum était intitulé "Faire progresser et défendre la liberté religieuse internationale par la diplomatie". Au cours de sa visite, Pompeo a également rencontré le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, et l'archevêque Paul Gallagher, secrétaire aux relations avec les États, pour discuter des progrès de la paix, de la liberté et de la dignité humaine grâce à la collaboration entre les États-Unis et le Saint-Siège.


Mike Pompeo, le secrétaire d'État américain, s'est exprimé au Vatican le 30 septembre sur les défis posés à la liberté religieuse par le Parti communiste chinois (PCC).

La situation difficile en Chine
Dans son discours intitulé "Témoignage moral et liberté religieuse", Pompeo a déclaré que 75 ans s'étaient écoulés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, mais que les gens se souviennent encore bien de ceux qui ont affronté le régime nazi avec conscience. Un exemple en est le père Bernhard Lichtenberg, un prêtre de Berlin qui a inlassablement aidé les Juifs et prié pour leur sécurité


Un tel courage est fondamentalement conforme aux principes fondateurs des États-Unis. "Nos fondateurs considéraient la liberté religieuse comme un droit absolument essentiel de l'humanité et comme un élément central de notre fondation", a-t-il expliqué. Il a déclaré que c'était essentiel car les régimes autoritaires actuels sapent la liberté religieuse dans le monde entier.


Parmi eux, le pire est le PCC. "Nulle part la liberté religieuse n'est plus attaquée qu'en Chine aujourd'hui", a-t-il poursuivi, "c'est parce que, comme pour tous les régimes communistes, le Parti communiste chinois se considère comme l'autorité morale ultime". En outre, "un PCC de plus en plus répressif, effrayé par son propre manque de légitimité démocratique, travaille jour et nuit pour éteindre la lampe de la liberté, en particulier la liberté religieuse, à une échelle effrayante".


Pompeo a souligné que "le Parti communiste chinois a frappé toutes les communautés religieuses en Chine : les églises protestantes, les bouddhistes tibétains, les adeptes du Falun Gong, et bien d'autres encore".


"Nous devons soutenir ceux qui réclament des libertés à notre époque"
"Nous devons soutenir ceux qui réclament des libertés à notre époque, comme l'a fait le père Lichtenberg", a proposé Pompeo. Il a déclaré que le gouvernement américain a travaillé dur sur ce point, mais comme dans d'autres États-nations, tous les dirigeants ne sont pas en mesure d'en faire une priorité absolue. "Les pays doivent parfois faire des compromis pour faire avancer les bonnes causes, les dirigeants vont et viennent, et en effet les priorités changent".


Les leaders religieux, en revanche, sont dans une position différente. Il a ajouté : "Les considérations terrestres ne doivent pas décourager les positions de principe basées sur des vérités éternelles." Dans l'histoire, les catholiques ont joué un rôle essentiel dans la défense de la dignité humaine. Par exemple, il a déclaré : "Le philosophe catholique français Jacques Maritain a contribué à jeter les bases intellectuelles de la Déclaration universelle des droits de l'homme en 1948".


De même, le pape Jean-Paul II a été un moteur essentiel de la conscience qui a fait tomber le rideau de fer pour mettre fin à la guerre froide. Le pape Benoît XVI a également souligné que la liberté religieuse était "un élément essentiel de l'État de droit" et "le test décisif pour le respect de tous les droits de l'homme".


Tous ces éléments ont donné de bons exemples aux chefs religieux d'aujourd'hui. "En tant que chrétiens, nous savons tous que nous vivons dans un monde déchu. Cela signifie que ceux qui ont la responsabilité du bien commun doivent parfois traiter avec des hommes méchants et même avec des régimes méchants", a poursuivi Pompeo, "mais ce faisant, les hommes d'État représentant les démocraties ne doivent jamais perdre de vue les vérités morales et la dignité humaine qui rendent la démocratie elle-même possible".


Le pape François a exhorté l'Église à être "en état de mission permanente" et a souligné que "Être une Église "en état de mission permanente" a plusieurs significations. L'une d'entre elles est certainement d'être une Église qui défend en permanence les droits fondamentaux de l'homme".


En tant que tel, Pompeo a exhorté l'Église à s'opposer en permanence aux régimes tyranniques et à soutenir "ceux qui souhaitent prendre "le risque de la liberté" dont a parlé le pape Jean-Paul II, en particulier, surtout lorsque la liberté religieuse est refusée, ou limitée, ou même écrasée".


Ces responsabilités ne sont pas limitées aux seuls chrétiens et catholiques. Pompeo a appelé "chaque chef religieux à trouver le courage d'affronter la persécution religieuse contre sa propre communauté, comme l'a fait le père Lichtenberg contre les membres d'autres confessions également".


"Nous devons soutenir ceux qui réclament des libertés à notre époque, comme l'a fait le père Lichtenberg", a-t-il répété.


https://en.minghui.org/html/articles/2020/10/4/187670.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.