Ne vous écartez pas du chemin de la cultivation

Dès qu’une personne commence à pratiquer Falun Dafa, chaque aspect de sa vie devient inséparable de sa cultivation. Employés ou employeurs, parents ou enfants, nous devons jouer nos rôles respectifs en suivant les exigences de Dafa, et nous cultiver nous-mêmes pour devenir des personnes altruistes et compatissantes.


Le Maître a dit :

    " Tout ce que vous faites aujourd’hui est une pratique pour que le futur la prenne comme référence, vous faites un travail de gens ordinaires et en même temps vous êtes capable de vous cultiver et pratiquer. Si vous agissez trop à l’extrême, vous détruirez ce chemin, donc il ne faut pas aller à l’extrême. Il faut tout simplement que vous accomplissiez bien, loyalement et ouvertement ce que vous devez accomplir dans la société, et par la suite vous cultiver et pratiquer, vous atteindrez ainsi entièrement le critère qu’un pratiquant doit atteindre, le critère de plénitude parfaite pour un pratiquant, car pour l’homme du futur ce sera ce chemin." ("Enseignement de la Loi au moment de la fête de la Lanterne de l'an 2003")


Remplir ses responsabilités au travail
J'ai travaillé comme gérant d'une entreprise de vêtements durant près de quatre ans et demi. Durant cette période, je n'ai pris que 13 jours de congés. Je me rends au travail en vélo, et quitte habituellement mon domicile tôt de façon à arriver au bureau 20 minutes avant le début de la journée.


Une fois, je devais me rendre au travail plus tôt que d'habitude, et la nuit précédente, sur le chemin du retour, une roue de mon vélo a crevé. Le magasin de réparation était fermé, et j'ai pensé ne pas y aller ce jour-là n’aimant pas trop aller au travail à pieds.


J'ai pris conscience que c'était une opportunité de cultiver. Si aujourd'hui, je me trouvais des excuses, alors, demain, je pourrai me trouver des excuses sur un autre problème. Ainsi, j'ai décidé de quitter la maison deux heures plus tôt, ce matin-là, pour me rendre au travail à pied, et je suis arrivé à l'heure.


Réciter le Fa
J'ai décidé de mémoriser chaque jour, deux pages de Zhuan Falun. Si un jour, je ne pouvais pas le faire, le lendemain, je mémorisais quatre pages.


Cependant, j'ai rencontré des interférences : Parfois, mes pensées n'étaient pas claires; parfois, je me sentais étourdi et nauséeux; à d'autres moments, je ressentais une force qui me tirait vers le bas. Je voulais vraiment abandonner.


J'ai tenté de renforcer ma force de volonté et ai continué à réciter. Au cours du processus, j'ai surmonté la fatigue, la somnolence et autres interférences. En lisant et récitant le Fa, mes pensées sont devenues de plus en plus claires, et mon corps entier était entouré par une énergie positive.


Lorsque nous nous sentons paresseux en étudiant le Fa ou en faisant les exercices, c’est certainement dû aux interférences. Si nous renforçons notre pouvoir de volonté, nous pouvons dissoudre toutes les interférences.


Tant que nous avons un fort désir de cultiver et de sauver les gens, nous serons en mesure de surmonter n'importe quelle difficulté et d’accomplir notre mission historique.


Veiller à ne pas descendre une pente glissante.
Nous savons tous que les prisons, les camps de travail et les centres de lavage de cerveau sont des endroits où les pratiquants sont persécutés. Cependant, la persécution prend aussi d'autres formes.


Nos attachements peuvent affaiblir notre volonté et nous faire relâcher nos efforts pour étudier le Fa ou faire les exercices, ce qui finit par détruire notre détermination à cultiver.


Nous devons toujours maintenir des pensées droites, résister aux tentations et être encore plus vigilant dans un environnement détendu. Une pensée ou le fait de se détendre légèrement peut entraîner notre cultivation sur une pente glissante.


Une fois, le Maître nous a raconté l'histoire d'un disciple brahmane qui cultivait seul dans les montagnes. Au début, il était très diligent. Un jour, un chasseur a abattu un cerf et le moine s'est occupé de lui, et l’a soigné.


Le moine se sentant seul, il a gardé le cerf et ils sont devenus compagnons. Il a commencé à prêter attention au cerf et moins à la cultivation Après la mort du cerf, il continuait à penser à lui. A la fin de sa vie, sa dernière pensée a été pour le cerf plutôt que pour le Dharma. Après sa mort, il s'est réincarné en cerf, et de nombreuses années passées à se cultiver ont été ruinées.


Il y a eu de trop nombreuses leçons à cet égard. De nombreux disciples de Dafa ont perdu leurs vies du fait de questions apparemment insignifiantes.


Nous devons comprendre clairement le Fa, devenir plus mûrs en apprenant de ces leçons, et assurer chaque pas que nous faisons sur le chemin de la rectification de Fa.


Version anglaise disponible à :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/4/17/184072.html)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.