200 artistes travaillent en équipe pour la liberté lors des manifestations de Hong Kong

" Nous ne pouvons les vaincre qu'avec le nombre et la créativité ", explique le manifestant de Hong Kong, connu uniquement sous le nom de "Y " pour protéger son identité. Y, qui apporte son talent en tant qu'artiste, fait partie de plus de 5000 membres d'un groupe secret sur l'application de messagerie Telegram, luttant pour la liberté et la démocratie à Hong Kong.


"Nous savions que nous avions une bataille difficile à mener contre le gouvernement et la police", dit Y. Au cours des derniers mois, des centaines de milliers de personnes ont participé à des rassemblements de masse, animées par l'opposition à un projet de loi qui permettrait d'extrader des résidents vers la Chine.


Une affiche montrant des manifestants, un secouriste et une personne âgée en gilet haute visibilité.


Le cœur du mouvement est la création et la diffusion massive d'œuvres d'art de protestation, communiquées par le biais de forums en ligne, de groupes de discussion, de médias sociaux et sur ce qu'on appelle les "murs de Lennon", où les gens laissent des messages de soutien sur des post-it colorés. Lors des manifestations et dans les transports publics, les utilisateurs d'iPhone partagent souvent des images via des largages de masse.


L'art fonctionne pour inspirer, unifier et responsabiliser, et utilise souvent l'humour pour offrir un léger soulagement aux étudiants épuisés, parfois ébranlés mais farouchement résolus. Mais l'art doit aussi fonctionner en pratique. " Nous devons digérer beaucoup d'informations et les condenser en visuels ", explique Y. L'illustration graphique sert à informer les manifestants où se rencontrer, quoi porter et ce qu'ils doivent savoir pour être à l'abri des gaz lacrymogènes et d'une force de police qui est devenue plus agressive ces dernières semaines.


Une équipe de plus de 200 designers, qui travaillent par équipes, traduisent les concepts et les messages en visuels nets et subversifs qui en sont venus à définir les manifestants de Hong Kong.


Depuis la rétrocession britannique en 1997, Hong Kong et la Chine sont arrivés à un accord de " un pays, deux systèmes " qui offre aux résidents de Hong Kong un degré d’indépendance plus élevé qu’en Chine continentale. Ceux qui se sont opposés au projet de loi ont déclaré qu'il mettait en péril la semi-autonomie de Hong Kong par rapport à la Chine et que s'il était adopté, il mettrait en danger les critiques de Pékin basés à Hong Kong, qui pourraient soudainement se retrouver face au système juridique chinois, où les groupes de défense des droits de l'homme ont documenté la détention arbitraire et la torture.

Une affiche annonce un rassemblement à l'aéroport après qu'une manifestante ait été grièvement blessée après avoir été touchée à l'œil par une balle caoutchouc de la police.


Les responsables de Hong Kong ont initialement défendu le projet de loi, affirmant qu'il protégerait Hong Kong des criminels fuyant les systèmes juridiques ailleurs. La chef exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a insisté sur le fait que le projet de loi ne s'appliquerait pas aux questions de liberté d'expression. Mais les manifestants n'ont pas été convaincus. Bien que le projet de loi sur l'extradition ait été mis de côté, les manifestations se sont poursuivies, les manifestants élargissant leurs demandes pour inclure des appels à une plus grande démocratie et à une plus grande responsabilité de la police.


Alors que beaucoup risquent leur vie à Hong Kong, il y a ceux en dehors de la Chine qui utilisent leurs positions pour montrer leur solidarité avec les manifestants. Une députée norvégienne, Mme Guri Melby, a nominé le peuple de Hong Kong pour le prix Nobel de la paix de l'année prochaine afin d'encourager le soutien international à la lutte de la ville pour la liberté d'expression et la démocratie.


Daxiong, alias Guo Jingxiong, dessinateur de bandes dessinées, éditeur et rédacteur en chef vivant maintenant aux États-Unis, prête également ses talents à une cause qui lui tient à cœur. Actuellement l'un des artistes les plus populaires de la bande dessinée chinoise et européenne, Daxiong connaît bien la censure, l'intimidation et la brutalité des gangsters en Chine. Il avait été arrêté et torturé alors qu'il était encore citoyen chinois pour ses illustrations des "Neuf commentaires", une série d'essais approfondis qui expliquent pourquoi toutes les nations qui ont connu le régime du parti communiste, que ce soit la Russie, l'Amérique du Sud ou la Chine, ont vu la destruction de leur culture traditionnelle et une détérioration de la qualité de vie générale, tant sur le plan physique que mental et spirituel.


Le poster, Résister de Daxiong a été tenu par des manifestants

Daxiong comprend, de première main, l'importance et le danger auxquels les protestations de Hong Kong sont confrontées. "En les regardant défiler dans la rue à la télévision, j'ai senti qu'ils avaient besoin de quelque chose à tenir dans leurs mains. Je me suis donc dit que j'allais leur dessiner quelque chose", a déclaré Daxiong dans une interview.


Daxiong a créé "Hong Kong résiste", écrit en chinois sur l'une de ses nombreuses affiches. Ce slogan est devenu populaire auprès des foules de manifestants, dont la chanteuse pop Denise Ho, qui agitent les images colorées en répétant "Hong Kong résiste", pour demander le retrait total du projet de loi. "Ils ont tous tenu mon travail en main et ont scandé les mots de l'affiche. J'ai senti que j'avais un impact sur leur expression et leur orientation", a déclaré Daxiong. "Cela me rappelle d'être plus prudent dans mes mots et de ne pas les mettre en danger. Les messages que je délivre doivent être très positifs. Les adultes sont mûrs, mais rusés, désinvoltes et astucieux", a-t-il déclaré. "Les jeunes sont pleins d'esprit, ils ont des idéaux et une quête de la beauté dans le monde". Le style et l'imagerie des étudiants insurgés actuels de Hong Kong, formés à des programmes informatiques comme Photoshop, sont hautement qualifiés et perspicaces en matière de design.

Les manifestants se rassemblent pour participer à une marche vers la gare de West Kowloon, où des trains à grande vitesse partent pour la Chine continentale, lors d'une manifestation contre un projet de loi d'extradition à Hong Kong le 7 juillet 2019.Hong Kong a été secouée par un mois d'énormes manifestations pacifiques ainsi que par une série d'affrontements violents entre jeunes, provoqués par une proposition de loi qui aurait permis les extraditions vers le continent


Dan Garrett, politologue vivant à Hong Kong depuis deux décennies et photographe de manifestations qui a documenté plus de 600 manifestations, a écrit le livre : "La résistance contre-hégémonique à Hong Kong en Chine : Visualisation de la protestation dans la ville". Il a observé que les concepteurs s'inspirent de nombreuses influences de différents styles artistiques pour leurs images d'affiches. Il s'agit notamment des mangas japonais, des bandes dessinées de super-héros merveilleux, des affiches de films hollywoodiens, notant à quel point les genres dystopiques et anti-autoritaires trouvent une réelle résonance chez les manifestants.

La série de films Kill Bill de Quentin Tarantino a inspiré cette affiche pleine d'esprit qui remplace Uma Thurman par Carrie Lam.


L'humour, les jeux de mots créatifs, l'argot cantonais, la référence à la musique locale, la culture pop mondiale et la publicité se retrouvent également dans l'imagerie des affiches de protestation. "Beaucoup de gens tiennent à leurs sentiments, c'est pourquoi certaines de ces illustrations peuvent leur apporter un soulagement émotionnel", explique Arto, un satiriste dont les dessins animés sont très populaires. "Combattre le ridicule avec humour est probablement plus efficace que de mener une guerre d'opinion publique", a-t-il déclaré à Time Magazine. L’histoire de l'art et l’histoire de la protestation regorgent d'exemples de triomphe de l'humanité sur la brutalité au moyen de l'art.


Des artistes de toutes sortes, compositeurs, écrivains, peintres et cinéastes, ont insufflé à leurs œuvres des graines de foi, de courage et de liberté, espérant qu'elles puissent prendre racine et se répandre. Du commentaire du peintre Goya sur les injustices sociales dans son pays natal, l'Espagne, au compositeur italien Giuseppe Verdi, qui a bien compris les limites de la liberté et a utilisé ses opéras populaires comme un outil politique.


Ou Ben Shahn qui a contribué à attirer l'attention du monde sur le massacre par les nazis d'un petit village tchèque - une atrocité si choquante qu'elle a galvanisé les Alliés contre l'Allemagne - grâce à la puissance de la gravure.


La Neuvième symphonie de Beethoven a été utilisée dans le monde entier pour évoquer le thème de la fraternité depuis sa création à Vienne en mai 1824. D'après un poème de Friedrich Schiller, l'"Ode à la joie" (1785), les célèbres paroles de Schiller affirment que "dans une nouvelle ère, les anciennes manières ne diviseront plus les gens et que tous les hommes deviendront frères".


Lorsque le mur de Berlin est tombé en 1989, Léonard Bernstein a interprété la Neuvième de Beethoven comme une "Ode à la liberté" des deux côtés du mur. Au Chili, les femmes ont chanté l'"Hymne à la joie" à l'extérieur des prisons de torture, où celles qui y étaient enfermées ont entendu le chœur de rue leur offrant à la fois des bras ouverts et de l'espoir.


Sur la place Tienanmen en 1989, des étudiants ont joué la Neuvième Symphonie sur des haut-parleurs de fortune afin que le monde entende leur message d'espoir pour la Chine alors que les troupes du PCC venaient écraser leurs aspirations démocratiques. De la colère politique du rap et du punk rock aux graffitis de Banksy en passant par les romans graphiques de Joe Sarco, les arts ont un impact direct sur les gens, influençant leur esprit et leur conscience tout en se connectant aux émotions sur un plan sensoriel.


Les arts sont une arme puissante et non violente et un appareil de changement efficace qui permet à chacun de participer. Tout au long de l'histoire, les arts ont informé, encouragé et donné de l'espoir, clarifié les messages, rassemblé les gens et fourni les chansons dont le chœur avait désespérément besoin.


"Le Parti communiste chinois est enraciné dans la violence. Aucune violence ni mensonge d'aucune sorte au monde ne peut donc leur correspondre. Ils ne feraient que se conformer à leurs caractéristiques et fusionneraient avec eux. Ce que le régime chinois craint le plus, c'est l'opposé de la violence: la vérité, le calme et la rationalité. "Daxiong


Comme le souligne "P", l'un des artistes de Hong Kong, "Les gens comme moi qui sont dans le camp paisible et n'osent pas protester en première ligne, peuvent quand même apporter une contribution significative." En outre, comme l'indique Daxiong, "le Parti communiste chinois est enraciné dans la violence. Aucune violence ni mensonge d'aucune sorte au monde ne peut donc leur correspondre. Ils ne feraient que se conformer à leurs caractéristiques et fusionneraient avec eux. Ce que le régime chinois craint le plus, c'est l'opposé de la violence: la vérité, le calme et la rationalité. "


C'est Medgar Evers, un célèbre militant afro-américain des droits civiques qui a dit : "Vous pouvez tuer un homme, mais vous ne pouvez pas tuer une idée". Et à plus forte raison, les concepts et les idées ne sont-ils pas le "stock" même de chaque artiste ? C'est peut-être à ce moment-là que "P" de Honk Kong trouve que son crayon est encore plus puissant que l'épée.


[Masha Savitz est une journaliste, auteur de Fish Eyes for Pearls, peintre et cinéaste qui a écrit et réalisé le documentaire révolutionnaire Red Reign.]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.