Les habitants de Lucerne, en Suisse, expriment leur soutien au Falun Dafa

Alors qu’en Juin la propagation du virus du Parti communiste chinois (PCC) (le virus responsable du Covid-19) ralentissait en Suisse, le gouvernement a progressivement levé le confinement. Le 22 juin 2020, les pratiquants du Falun Dafa (également appelé Falun Gong) ont repris leurs activités de Journées d'information sur Schwanenplatz à Lucerne.


Les touristes ne sont plus nombreux, mais les habitants de la région profitent de la liberté retrouvée dans les rues. De nombreuses personnes lisent l’information affichée, prennent un dépliant ou discutent avec les pratiquants. Certains avaient déjà entendu parler du crime de prélèvement d'organes perpétré par le PCC sur des prisonniers d'opinion, et n'ont pas hésité à signer une pétition demandant au gouvernement suisse d'aider à mettre fin à la persécution du Falun Gong en Chine.


Une Journée d’information du Falun Dafa a été organisée sur Schwanenplatz, Lucerne, Suisse le 22 juin 2020
Signer une pétition condamnant la persécution du Falun Gong en Chine
Lire l’information affichée


Coopérer pour mettre fin aux crimes de prélèvement forcé d'organes
Beate Meier a appris la persécution du Falun Gong et le prélèvement d'organes sanctionné par l'État en Chine il y a deux ans lors d'une précédente journée d'information sur Schwanenplatz.


"J'ai été très surprise en apprenant cela", a-t-elle dit. "J'étais choquée et sans voix. Nos médias ne rapportent généralement pas ce genre d'information. Depuis, je signe des pétitions pour soutenir le Falun Gong", a déclaré Mme Meier.


Elle estime que le crime doit être arrêté, et a ajouté : "Nous devrions travailler ensemble pour arrêter cela [ le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong et d'autres dissidents de leur vivant]. Peut-être que certaines personnes ont peur d'être emprisonnées, mais nous devons quand même faire le premier pas".


Mme Meier a partagé l'information avec ses trois enfants, et tous ont exprimé leur opposition au prélèvement d'organes sur des personnes vivantes. "J'espère que les enfants apprendront la vérité. Ils sont notre avenir", a-t-elle déclaré. "Ne perdez jamais espoir. Soyez courageux et continuez les manifestations pacifiques et les campagnes de signatures. Il y a des décennies, en Allemagne de l'Est, nous avons manifesté pacifiquement. Au début, la situation était mauvaise, mais elle a fini par s'améliorer".


Une femme entrepreneure retraitée ; “ Il est important de permettre aux gens d’apprendre la vérité”

Monika Gegenschatz (à gauche ) discute avec un pratiquant de Falun Dafa


Monika Gegenschatz, une entrepreneure à la retraite, avait déjà participé à des manifestations précédentes de Journée d'information et signé une pétition demandant la fin de la persécution. Elle a demandé à un pratiquant de l'informer sur la situation actuelle. Elle a déclaré : "Le Falun Gong promeut la paix, la santé et la dignité. Ils [les pratiquants de Falun Gong] ne forcent personne. Si vous souhaitez apprendre, ils vous donneront les informations. Je pense qu'il est important de faire connaître la vérité aux gens".


Mme Gegenschatz a ajouté : "J'aimerais que notre gouvernement cesse de se contenter d'affirmer qu'il a soulevé la question des droits de l'homme auprès du gouvernement chinois. J'aimerais qu'il puisse faire quelque chose de plus efficace, comme "Si vous [le PCC] ne changez pas, nous cesserons d'investir en Chine ou nous cesserons de vous fournir les ressources nécessaires".


Une lycéenne : "Je veux apprendre le Falun Gong."
Sabrina, une lycéenne de Zurich, était en excursion d'une journée à Lucerne. Sa mère avait regardé en ligne des vidéos de Maître Li Hongzhi présentant le Falun Dafa et était intéressée par cette pratique. Lorsque Sabrina a vu la journée d'information à Lucerne, elle a demandé où ils pourraient apprendre la pratique à Zurich.


"Je pense que (Falun Dafa) est vraiment bon. Je veux l'essayer", a-t-elle dit. "J'espère que ma signature pourra aider à mettre fin à la persécution, afin que les gens en Chine puissent aussi pratiquer librement un si bel exercice".


Un expert en communication : "Le gouvernement suisse devrait se tenir à l'écart du Parti communiste chinois"

Daniel Wiegger, Expert en communication


L'expert en communication Daniel Wiegger a déclaré que c'était la première fois qu'il entendait parler du Falun Gong. Il a discuté longtemps avec un pratiquant pour en savoir plus sur la pratique et la persécution en Chine. Après avoir signé la pétition, il a dit que le gouvernement suisse devrait se distancier du PCC.


M. Wiegger a fait remarquer que "le gouvernement suisse ne devrait plus dépendre économiquement de la Chine. Il devrait s'intéresser aux personnes et aux vies plutôt qu'à l'argent. Je souhaite que notre gouvernement fédéral prenne cette question avec sérieux."


Sonam, un Tibétain en Suisse, avait entendu parler du Falun Gong par les médias. Lorsqu'il a vu la table d'information du Falun Dafa, il a immédiatement signé la pétition demandant la fin de la persécution. Il a déclaré que la liberté de croyance est très importante, mais que les gens en Chine n'ont pas cette liberté. "Le Falun Gong est une croyance. Ils sont traités de la même façon que les Tibétains. Nous devons nous soutenir les uns les autres", a déclaré M. Sonam.


Traduit de l’anglais
Version en anglais
https://en.minghui.org/html/articles/2020/7/5/185753.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.