L'armée chinoise d’Internet répand de fausses nouvelles sur le coronavirus

La Chine dispose d'une énorme armée d'Internet pour contrôler l'opinion publique et faire avancer son programme. Souvent connue sous le nom d '"armée des 50 cents", l'armée d'Internet est composée de citoyens ordinaires qui sont généralement embauchés par des sociétés de marketing ou des services de propagande et payés 50 cents pour chaque post.


Alors que de plus en plus de pays intensifient leurs critiques sur la dissimulation de l’épidémie de coronavirus par le Parti communiste chinois (PCC) -, l'armée d’Internet du PCC devient également de plus en plus active dans la promotion de sa propagande pour tenter de blanchir les mensonges et la culpabilité du PCC.


D’après une enquête du Bureau d'investigation du Ministère de la Justice de Taïwan, il y a depuis la fin février une recrudescence de fausses nouvelles concernant la pandémie de coronavirus, 70% provenant de Chine.


Un autre article publié par The Epoch Times, intitulé "Révéler les opérations du système officiel de l'armée des trolls de la Chine", indique que le troll Internet chinois comprend "une 'armée professionnelle', une 'armée locale' et des 'commentateurs Internet'" et que "[ toutes les armées] doivent s'assurer de bien coopérer les unes avec les autres… se réunir régulièrement pour discuter des sujets brûlants de l’Internet et orienter l'opinion publique. Chaque membre doit avoir son objectif… et remplir ses missions. "


Il a été rapporté que le régime chinois prévoit d'engager près de 10 millions de trolls, dont 4 millions issus des universités et 6,23 millions de la société en général, pour intensifier sa guerre de l'information à l'ère de la pandémie de coronavirus.


L'Agence centrale de presse de Taïwan s'est concentrée sur un exemple précis de ces fausses nouvelles. Sur une page Facebook, une personne nommée Sun Xiaochuan a posté le message suivant : "L'armée a pris le contrôle de Taipei. L'administration de Taipei brûle les personnes qui ont contracté la maladie". Il a également inclus avec le post une image piètrement ‘photoshoppée’ d'un incendie devant le bâtiment du bureau présidentiel.


Un autre compte Twitter portant également le nom de "Sun Xiaochuan "a publié davantage de fausses photos de patients décédés du coronavirus, affirmant que l'épidémie dans la ville méridionale de Tainan était si grave qu'il y avait des cadavres flottant dans la rivière.


Sur WeChat, un message à propos des États-Unis a été publié sur un groupe d'étude des "Œuvres choisies de Mao Zedong".


Le haut du message indique "Œuvres choisies de Mao Zedong (200)", le texte principal dans l’encadré vert est traduit ci-dessous.


Le message disait : " L'épidémie aux États-Unis s'aggrave. Chaque État lutte seul contre le coronavirus et leurs ressources s’épuisent. Le résultat le plus probable est que chaque État se sépare de la fédération et demande l'aide de la Chine. L'effondrement de l'Union soviétique il y a 29 ans se reproduira aux États-Unis"


Il poursuivait en disant : " Cela signifie que chaque État pourrait apposer son sceau sur les dollars américains et en faire sa monnaie d'État, comme le dollar de New York ou le dollar de Californie. D'autres pays reprendront l'or qu'ils économisent à New York. L'armée et l'armée de l'air américaines seront décomposées en une armée de chaque État. La marine américaine sera également dissoute et deviendra la marine des États le long des côtes du Pacifique et de l'Atlantique. Les dix porte-avions appartenant aux États-Unis seront acquis par la marine chinoise en échange de fournitures pour lutter contre l'épidémie. En outre, certains États demanderont à rejoindre la Chine, devenant ainsi membre de la République socialiste chinoise. Sous la direction de la République socialiste chinoise, le monde n'aura plus de guerre et l'humanité retrouvera la paix."


D’autres messages sur les réseaux sociaux avec un sentiment similaire de nationalisme chinois ont affirmé que les personnes d'origine chinoise en Inde, au Vietnam, au Kazakhstan, à Druze, à Manipur et à Kokang étaient impatientes de retourner en Chine.


Un de ces posts était intitulé "Pourquoi le Kazakhstan est impatient de retourner en Chine" et publié sur le site Web chinois privé sohu.com. Le ministère des Affaires étrangères du Kazakhstan a convoqué l'ambassadeur de Chine pour protester contre le message, qui a finalement été retiré de sohu.com.


Voir également :

Un document révèle les lignes directrices de la propagande anti-américaine du PCC liée à la pandémie de coronavirus

Les lignes directrices du PCC pour le contrôle de l' information liée au coronavirus

La campagne de désinformation du Parti communiste chinois via WeChat

The Chinese Communist Party's Lies and Propaganda

Despite Censorship and Massive Propaganda, Chinese Citizens Fight to Voice Their Opinions on the Pandemic

The Chinese Communist Party’s Tactics of Evading Responsibility During the Epidemic

Chinese Communist Party Spreads Misinformation and Blames the U.S. for Coronavirus Pandemic

How the CCP Controls Public Opinion and Boasts Information Transparency in China


Version anglaise :
China's Internet Army Spreads Fake News about Coronavirus

Version chinoise :
【明慧特稿】撒旦的梦想

Photo - La Commission des affaires politiques et juridiques du comté de Fangzheng organise une réunion de trolls à Fangzheng, dans la province du Heilongjiang, au nord-est de la Chine, en 2020. (Fourni à Epoch Times par un initié)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.