Critiquer systématiquement les autres est un reflet de la culture du parti

Un soir, alors que je regardais une émission de télévision avec mon père, j'ai commenté avec désinvolture que certains personnages étaient doués pour la flatterie, ce qui a provoqué la colère soudaine de mon père et lui a fait dire que je pensais toujours aux autres avec une attitude négative. J'ai eu honte. Quand j'ai regardé en moi-même, j'ai découvert que j'avais effectivement ce problème. Critiquer les autres est un état d'esprit qui vient du fait d'avoir grandi dans la culture du Parti communiste.


Je me souviens d'un incident qui s'est produit récemment au travail. Mon ordinateur n'avait pas de son depuis qu'il a été installé il y a deux ans. Le technicien informatique de l'entreprise m'a dit à l'époque que mon ordinateur n'avait pas de carte son. Alors, dans mon cœur, j'ai pris pour acquis que le patron était trop avare pour payer une carte son, et je lui en ai voulu.


Deux ans plus tard, un autre technicien informatique est venu reconfigurer mon ordinateur et le son a fonctionné parfaitement. J'ai réalisé que j'avais mentalement causé du tort au patron pendant deux ans. L'ordinateur avait bien une carte son intégrée, mais elle n'avait pas été configurée correctement. Bien que j'aie été induite en erreur par le premier technicien informatique, c'est moi qui ai douté des autres dès le début.


Il est en effet incorrect de penser du mal des autres. Heureusement, je n'ai pas exprimé verbalement mes sentiments et causé du tort aux autres. Mais ce genre de malice existe dans mon esprit depuis longtemps. J'avais l'habitude de dire toutes sortes de choses négatives au bureau, qui blessaient les autres par inadvertance.


En examinant mes actions au quotidien, j'ai découvert qu'il y avait encore beaucoup de mauvaises pensées et de notions derrière elles. Par exemple, lorsque le patron me félicitait publiquement ou me donnait des avantages supplémentaires, ma première pensée était que les autres collègues m'envieraient. J'ai donc essayé d'agir comme si je ne m'en souciais pas et que je ne voulais pas en tirer profit, même si mon comportement provoquait un sentiment de gêne chez mon patron.


C'était en fait un comportement trompeur, s'inquiétant d'être isolée ou maltraitée par ses collègues, plutôt que de prendre vraiment la gloire et la fortune à la légère. Aussi, quand je pensais de façon négative aux autres, n'était-ce pas en fait révéler les pensées négatives dans mon propre cœur, plutôt qu’un de leurs défauts ?


En regardant du point de vue de l'autre, c'est peut-être moi qui ai vraiment la mauvaise notion si je ne peux pas supporter de voir la bonté en eux.


Cette tendance à critiquer est une manifestation de mon scepticisme. J'ai toujours soupçonné que les autres me feraient du mal ou me feraient quelque chose. Parfois, quand je faisais des choses pour valider le Fa, soudain, de mauvaises pensées que quelqu'un nous espionnait me venaient à l'esprit.


Les pensées d'un pratiquant ont de l'énergie. Si j'ai toujours des pensées négatives concernant les gens et les choses qui m'entourent, cela ne prendrait-il pas forme ? Cela ressemble à ce qui se passe lorsque des gens ordinaires consomment de la drogue ou sont dépendants de leur téléphone portable, et qu'ils créent ainsi une fausse version d'eux-mêmes. C'est parce que leurs attachements sont trop forts.


Si je ne me débarrasse pas de ces attachements à temps, ce faux moi deviendra plus puissant, tandis que ma conscience principale s'affaiblira progressivement. Il pourrait finir par dominer mon corps !


J’ai regardé en moi-même pour comprendre pourquoi il y avait de si mauvaises pensées dans mon esprit. Je connais la raison de la cultivation et je me souviens des enseignements du Maître, mais quand des situations se présentent, parfois la première pensée qui se manifeste est une pensée négative.


Le Maître a dit:

    “Si vous ne changez pas le principe humain qui a été formé dans le fort intérieur des gens ordinaires depuis des millénaires, vous ne pourrez-vous défaire de la carapace à la surface de l’être humain, ni donc parvenir à la parfaite plénitude.” (“Les mots avertisseurs”, Points essentiels pour avancer avec diligence)


N'est-ce pas "le principe humain qui a été formé dans le fort intérieur des gens ordinaires depuis des millénaires " contre lequel le Maître nous met en garde ?


Il est important de toujours me rappeler d'étudier le Fa, d'abandonner constamment mes notions, d’exiger de moi de suivre les principes de Dafa, et de m'efforcer de bien faire. C'est cela avancer avec diligence !


Traduit de l’anglais :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/1/16/182198.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.