Un étudiant international se souvient de la machine éducative de la Chine

Ryan travaille actuellement à l’export et vit à Los Angeles. Voici son histoire.

Je viens de la ville de Xi’an dans la province de Shaanxi. Quand j’avais 6 ans, je suis entré en première année à l’école primaire. Ma mère, comme de nombreuses autres mamans, m’emmenait à une formation en math de style trimathlon. Je m’y rendais 3 à 5 fois chaque semaine après mes heures de classe normales. Le principal objectif de ce cursus parascolaire était de devenir compétitif afin de pouvoir aller dans le meilleur collège. Fréquenter le meilleur collège vous donne à son tour la chance d’aller dans une meilleure université.


Tout au long de mes études en Chine, j'ai compris que la compétition était toujours la valeur fondamentale. Pour réussir le concours final - l'examen d'entrée à l’université - il vous faut toujours fournir la bonne réponse standard et changer constamment votre propre façon de penser pour obéir à la façon dont le système vous dit de penser, jusqu'à complètement oublier sa propre opinion de ce qui est bien et mal, et accepter la norme du système de ce qui est bien ou mal.


Une machine peut toujours produire la réponse nécessaire dans les plus brefs délais, mais une machine n’a pas la capacité de juger de ce qui est bien ou mal. Dans certains cours comme l’histoire ou la politique, il y avait beaucoup de contenu tordu et haineux. A partir de l’école élémentaire, nous avons étudié un livre de politique intitulé « Société ». Au collège, cet ouvrage politique s’intitule « Éducation idéologique et éthique ». Au lycée, il est appelé « Politique ». Ce sont trois titres différents, mais ils enseignent tous la même chose. Qu’il s’agisse d’un examen politique au collège, au lycée ou à l’université, si vous ne montrez pas combien le parti communiste est correct ou sage ou grand, ou si vous ne faites pas preuve de vénération à l’égard des dirigeants du parti, vous n’obtiendrez aucun résultat. Le livre d’éducation politique tout entier est un exemple de la vénération directe ou indirecte du parti communiste.


Le cours d’histoire est enseigné selon la façon dont le système veut que les élèves voient l’histoire, au lieu de présenter les faits. On ne peut que lire constamment des mensonges dans les manuels scolaires. La vérité est difficile à trouver, et donner des réponses différentes ou avoir des pensées différentes est interdit. Il faut donner la réponse requise. Un jour, les mensonges deviennent la vérité. L’histoire dans notre manuel scolaire est une histoire inventée qui contient moins de 20% d’histoire réelle combinée à du contenu tordu qui manipule les sentiments de l’étudiant afin qu’il pense que la société occidentale ne fait que tuer les Chinois ou intimider la Chine. C’est assez similaire aux médias en Chine aujourd’hui, qui essaient toujours de trouver un ennemi commun que le public puisse haïr. Cela permettra au public d’ignorer ou d’oublier combien le parti communiste traite horriblement le peuple Chinois.


Rencontrer le Falun Gong

J’avais 7 ans quand j’ai pour la première fois entendu parler du Falun Gong. Un jour, la télévision a commencé à diffuser des informations négatives sur le Falun Gong. Je voyais constamment des informations négatives sur le Falun Gong à la télévision. Quand j’ai vu ce genre d’informations, je ne les ai pas vraiment prises à cœur. Même quand j’étais enfant, je ne gardais pas ces choses à l’esprit. Il y avait aussi de la propagande à propos du Falun Gong dans nos manuels scolaires quand j’étais à l’école élémentaire. Dans nos examens, il y avait des questions à propos du Falun Gong auxquelles il fallait répondre. Vous deviez donner une mauvaise image du Falun Gong afin de répondre " correctement " à la question.


Après 18 ans d’études en Chine, je suis devenu fatigué et j’ai complètement raté mon éducation dans ce système. Plus tard, mes parents m’ont envoyé étudier à l’étranger, mais j’ai quand-même perdu tout intérêt à étudier. Alors je passais la majorité de mon temps à traîner et à faire la fête avec d’autres étudiants internationaux. J’ai juste essayé de continuer à boire, à rire, et à me perdre. Mais un jour, je n’y ai plus trouvé de plaisir. Alors je me suis noyé dans les jeux vidéo jusqu’à ce qu’ils perdent tout attrait.


En sentant le vide dans mon cœur, j’ai commencé à chercher des livres spirituels à lire. Un jour, j’ai découvert Zhuan Falun, qui est le livre principal du Falun Gong. Sentant que ses principes étaient exactement ce dont j’avais besoin, j’ai commencé à pratiquer. C’était il y a à peu près 4 ans, j’avais alors 23 ans.


À l’époque, je vivais avec trois colocataires qui étaient aussi des étudiants chinois en programme d’échange. Je craignais qu’ils me voient en train de lire un livre du Falun Gong. Alors, après avoir lu trois chapitres, je me suis arrêté. Mes colocataires avaient le même âge que moi. Nous avons tous grandi en voyant constamment la propagande négative à propos du Falun Gong. Ce n’est pas tout le monde qui a la capacité de se soustraire à ce genre de programmation. Pour ma part, je voulais juste réfléchir par moi-même. Mais mes colocataires avaient ces idées négatives profondément ancrées dans leurs esprits. Alors je craignais qu’ils me traitent différemment ou me tiennent à distance s’ils découvraient que je lisais un livre du Falun Gong.


En grandissant en Chine, nous, les étudiants, sommes programmés pour voir certaines choses comme mauvaises et d'autres comme bonnes, et j'étais vraiment fatigué de cette programmation, je voulais donc juger des choses par moi-même. Au début des années 2000, il y avait beaucoup d’informations à la télévision disant que les pratiquants de Falun Gong s'étaient immolés sur la place Tiananmen, et je n'en ai jamais entendu parler autrement. Mais un jour, j'ai vu des nouvelles en ligne qui disaient que l'immolation n'était pas vraie et que le parti communiste avait organisé l'événement pour donner une mauvaise réputation au Falun Gong. Après avoir vu cette nouvelle, j'ai décidé que je voulais reconsidérer le Falun Gong et j'ai recommencé à lire Zhuan Falun. Ainsi, de 18 heures un jour jusqu'à 6 heures du matin le lendemain matin, j'ai lu le livre. Je suis resté éveillé toute la nuit parce que le livre m'expliquait beaucoup de choses. Après cela, j'ai commencé à pratiquer le Falun Gong.


La Crainte des Pairs

Au tout début de ma pratique, j’ai rencontré d’autres Chinois de mon âge et j’ai essayé de discuter avec eux du Falun Gong. J’ai vu différentes réactions. Une fille à laquelle j’ai parlé tremblait presque, comme si elle avait peur de me parler tant elle avait lu de mauvaises informations faisant apparaître les pratiquants de Falun Gong comme des monstres. D’autres personnes avec lesquelles j’ai parlé n’ont manifesté aucune curiosité à propos du Falun Gong. Ils croient déjà ce qu’on les a amenés à voir, ils pensent qu’ils connaissent déjà la vérité.


J’ai finalement parlé à mes colocataires. Je leur ai juste dit que je pratique le Falun Gong et que le Falun Gong n’est pas ce que les médias chinois en disent. Alors ils ont arrêté d’avoir peur du Falun Gong. Mais ils ont immédiatement changé de façon de penser, comme s’ils voulaient échapper à ces choses liées au gouvernement. Leur attitude s’est aussitôt manifestée. Après que je leur ai parlé, ils ont compris que le Falun Gong n’était pas comme des monstres, mais ils continuent à penser que le Falun Gong participe à certaines choses politiques et que le Falun Gong essaie d’éliminer et de renverser le gouvernement. Alors ils voulaient fuir. Ils ont aussi compris que le gouvernement Chinois essaie d’éliminer le Falun Gong alors ils essayaient de se tenir à distance de tout ça. Ils ne veulent pas avoir d’ennuis.


J’ai parlé à beaucoup de jeunes Chinois à propos du Falun Gong. J’ai rencontré des Chinois qui étaient sur le campus de l’université de Californie, à Irvine. Nous avions un stand pour clarifier la vérité sur le Falun Gong et les gens ont réagi différemment. Du côté positif, j’ai rencontré une étudiante chinoise qui est venue au stand et a dit " Je le savais ! je savais que les informations négatives sur le Falun Gong étaient fausses." Elle a dit que lorsqu’elle a vu les informations négatives, dans son esprit, elle savait déjà que c’était faux. Il y a aussi des gens qui sont venus nous dire qu’ils voulaient quitter le parti communiste. Une dame a dit qu’elle voulait démissionner parce qu’elle n’aimait pas le système. Il y a aussi des aspects négatifs. Parfois les étudiants chinois viennent nous filmer. Ils essaient de nous intimider comme ça. Ce n’est pas grave, nous faisons simplement ce que nous devrions faire et expliquons aux gens ce qui se passe.


Après avoir pratiqué le Falun Gong pendant près d’un an, je suis rentré en Chine pour changer mon type de visa d’étudiant à business. La première nuit où j’ai débarqué dans ma ville natale, j’ai dit à mes parents et à mes grands-parents que je pratiquais le Falun Gong, et aussi à quel point le système communiste est mauvais. Mes parents, comme tout le monde, ont été exposés à des mensonges très vicieux en ce qui concerne le Falun Gong et ont été fortement influencés par cela. À un certain moment, les choses semblaient hors de contrôle et j’ai eu l’impression qu’ils voulaient peut-être même me livrer à la police locale. Après cela, j’ai écourté mon séjour en Chine et je suis retourné aux Etats-Unis et j’y ai fait une demande d’asile. Trois ans plus tard, mes parents sont venus aux Etats-Unis pour me voir. Comme d’habitude, ils ont utilisé des mots et un comportement dur envers moi et le Falun Gong durant leur séjour. Je suppose que j’ai mieux géré ça qu’il y a trois ans, alors ils sont partis avec une attitude plus positive.


La Liberté de Pensée

Je vis aux Etats-Unis depuis maintenant huit ans, ayant obtenu mon diplôme d’un collège communautaire. L’éducation ici est absolument différente de ce qu’elle est en Chine. Ça a été une grande surprise pour moi. J’ai découvert que les étudiants parlaient et discutaient avec les professeurs en classe ; ils avaient des discussions et échangeaient des opinions. Vous ne pouvez absolument pas voir cela en Chine. En Chine, dans un cours de 45 minutes, le professeur est le seul à parler et les étudiants écoutent et acceptent les réponses. Il n’y a absolument aucune conversation ou échange d’opinions ou d’idées.


En Chine, le système éducatif n’a vraiment pas grand-chose à voir avec l’apprentissage et la discussion, donc il n’y a vraiment pas matière à discuter de quoi que ce soit. Premièrement, vous devez totalement accepter ce qui vous est enseigné, et deuxièmement, vous n’avez accès à aucune autre information hormis ce qui est enseigné en classe. Parce que vous ne voyez qu’une seule chose, vous n’avez aucune comparaison vous permettant de réfléchir ou de discuter. L’environnement est une compétition, il n’y a donc pas lieu de se demander si quelque chose est juste ou non ou si vous avez une opinion différente.


Personnellement, je pense que le système éducatif du parti communiste est une persécution envers tous les étudiants, c’est un système qui vous entraine dans un processus d’oubli de vous-même, d’oubli de ce qu’il y a de meilleur dans l’humanité, d’oubli de la façon de voir le monde avec un œil bienveillant. Quand les élèves ont 6 ou 7 ans, ils sont obligés d’adhérer à un groupe de jeunesses communistes, il n’y a pas d’autre option. Les jeunes enfants font le serment de se sacrifier pour le parti communiste. Les plus jeunes peuvent être excités à l’idée d’un serment comme celui-ci, mais ils ne le comprennent pas vraiment. Un rituel ne devrait jamais être imposé à des écoliers du primaire.


Après des années d’une telle éducation, les élèves qui en ressortent sont calqués sur un modèle très similaire avec des façons de penser très similaires. Tout le monde recherche, froid et compétitif. Finalement, on perd la capacité à former son propre jugement, et la capacité de voir les choses de manière consciente et objective. C’est une éducation sans norme morale, il n’y a que la lutte et la compétition. C’est le résultat d’un système éducatif qui n’éduque pas, mais ne fait que sélectionner les meilleurs candidats qui répondront aux standards de production. Les gens qui veulent réussir dans ce type d’éducation devront assurément renoncer à une partie d’eux-mêmes, à une bonne partie de leur humanité. Ils perdront aussi une partie de leurs capacités et de leur créativité. J’ai raté mon éducation en Chine. J’ai surtout échoué dans les cours de politique et d’histoire depuis l’école primaire et j’ai à peine obtenu mon diplôme du secondaire. Je suis très heureux d’avoir eu la chance d’étudier à l’étranger.


Qu'une personne accepte ou non l'éducation du parti communiste, à mon avis, dépend directement de son standard moral. Tout le monde est dans le système, mais une personne peut toujours choisir de rester fidèle à sa conscience. Ils peuvent penser : "Oui, je suis dans la culture et le système éducatif communiste et oui, je dois donner la réponse requise, mais dans mon esprit je peux avoir ma propre pensée. J'écrirai la réponse nécessaire, mais dans mon esprit, je sais que ce n'est pas juste." Au sein du système, c’est donc la clé pour maintenir une pensée et un jugement indépendant.


En ce qui concerne la question du Falun Gong en Chine, je veux vraiment dire à mes amis Chinois que je comprends très bien. Nous avons grandi en ne voyant rien d’autre que de la propagande négative à propos du Falun Gong. Je sais que c’est quelque chose que vous avez trop entendu et il est possible que vous n’ayez pas vraiment envie de changer d’avis. Votre esprit est déjà programmé avec un sentiment et une attitude négative. Mais si vous avez la chance de sortir de Chine, mettez un court instant vos pensées négatives et vos compréhensions de côté, et laissez-les là. Puis, regardez un peu quelle est la vérité et voyez ce qu’éprouve le monde en dehors de Chine. Vous pouvez voir les deux côtés et discerner par vous-mêmes si le Falun Gong est négatif ou positif.


C’est ce que j’espère. J’espère que les gens prendront une minute pour se faire leur propre opinion indépendante plutôt que d’être programmés à voir les choses comme bonnes ou mauvaises.


Traduit de l'anglais :
http://fofg.org/personal-stories/an-international-student-recalls-chinas-education-machine/

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.