La culture traditionnelle chinoise (5e partie de l’obéissance filiale) : Les vêtements colorés de Lao Laizi


4e partie


Lao Laizi a vécu dans le royaume de Chu il y a plus de 2000 ans. Démontrant sa loyauté et son obéissance filiale, il prodiguait à ses parents les meilleurs nourriture, vêtements et nécessités quotidiennes. Mais il possédait aussi une nature légère et enjouée, et était plutôt créatif dans ses façons de prendre soin de ses parents. Un si bon cœur apportait joie et harmonie dans ce foyer.


Alors que Lao Laizi avait plus de 70 ans, il ne s’est jamais qualifié de "vieux"- surtout devant ses parents. Les deux étant beaucoup plus âgés que lui, l’aurait-il dit, ne se seraient-ils pas considérés eux-mêmes comme vraiment vieux et approchant de la fin de la vie ?


Il savait aussi que les enfants seront toujours des enfants aux yeux des parents.


En raison de leur âge, les parents de Lao Laizi avaient des difficultés à entendre et il devenait de plus en plus difficile pour eux de marcher seuls et d’aller se promener. Ils commençaient à penser que leur vie était tout bonnement plate et ennuyeuse. Aussi Lao Laizi prit-il la décision d’être le plaisantin de la famille, avec pour mission d’alléger leur fardeau avec des rires et de la joie.


Une fois, pour l’anniversaire de son père, Lao Laizi a pris un morceau de tissu coloré et s’est déguisé en bambin, sautillant et dansant de manière enfantine devant ses parents. Ils étaient ravis du spectacle.
À une autre occasion, Lao Laizi transportait deux seaux d’eau sur une perche en travers de ses épaules lorsqu’il a soudainement fait semblant de perdre pied, de tomber et d’éclabousser toute l’eau sur lui. Père et mère ont ri à gorge déployée.


Un jour, Lao Laizi traversait la cour lorsqu’il aperçut un groupe de jeunes poulets. Alors que ses parents regardaient, le fils a soudainement prétendu être un épervier à poulets, poursuivant les oiseaux dans la cour. Alors que les poulets semblaient plutôt gracieux en se dispersant rapidement tout autour, l’allure de Lao Laizi était plus loufoque et maladroite- intentionnellement, bien sûr. Ses parents étaient presque pliés de rire à ce spectacle.


Oui, Lao Laizi faisait preuve d’obéissance filiale et de piété de façons traditionnelles, en tant que fils loyal et fidèle. Mais il a également donné quelque chose d’autre -le cadeau du rire.



Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.