Les pratiquants de Nouvelle Zélande sensibilisent le public à la persécution du régime communiste chinois envers le Falun Gong

Le 24 août 2019, les pratiquants de Falun Gong ont organisé des activités sur la place Aotea au centre-ville d'Auckland pour sensibiliser le public à la persécution du régime communiste chinois (PCC) envers le Falun Gong en Chine. De nombreuses personnes se sont dites consternées par la brutalité du Parti et ont encouragé les pratiquants à poursuivre leurs efforts.

 
Les pratiquants font la démonstration des exercices de Falun Gong sur Aotea Square.
 
 
Les passants signent une pétition pour protester contre la persécution.
 
L'artiste Kale Wimmo signe la pétition.


Kale Wimmo est un artiste. Il a dit que le massacre organisé par le PCC avec l’aval de l’état sur des pratiquants pour leurs organes, est inhumain et viole les droits de l'homme. Il avait appris la persécution par un ami voici dix ans et a déploré que le PCC n'ait pas changé du tout.


Il a observé que Chine avait une longue histoire et qu'il était incroyable que le PCC nie les croyances traditionnelles de la Chine en matière de confucianisme, de bouddhisme et de taoïsme. Et qu’il soit au lieu de cela guidé par des intérêts monétaires. Il espère que les pays occidentaux feront pression sur le PCC en imposant des sanctions économiques.


"Si le PCC ne respecte pas les droits de l'homme, le monde entier ne devrait pas importer de produits chinois " a dit Kale. "Les pratiquants de Falun Gong ne cessent d’informer les gens des faits."


"Vous pouvez publier les faits sur la persécution dans les magazines et les journaux locaux en Nouvelle-Zélande, et bien sûr sur les réseaux de médias sociaux. Je crois que les gens finiront par comprendre qu'il s'agit d'un gros problème."


"Si tout le monde voit les photos des personnes qui sont persécutées, cela aura un grand impact. " a affirmé Kale, " Les gens en parleront et seront choqués par ce qui se passe en Chine."


Il a signé la pétition réclamant la fin du prélèvement forcé d'organes sur des personnes de leur vivant par le PCC.


"Tout le monde devrait connaître la vérité"

 
James Burns demande au PCC de cesser de prélever les organes des pratiquants de Falun Gong.


James Burns possède une société de marketing numérique à Auckland. Il avait vu un documentaire sur les prélèvements d'organes perpétrés par le PCC sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant. "C'est vraiment effrayant," a-t-il dit. "Les pratiquants de Falun Gong ont été emmenés de chez eux, emprisonnés, puis soumis au prélèvement d'organes de leur vivant. La vérité est en train d'être dissimulée. C’est une persécution au niveau national imposée par le PCC. La persécution s'aggrave de plus en plus."


Il a dit : "C'est vraiment grave et triste. Cela me rappelle les événements tragiques de l'époque d'Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale. Pensez aux victimes sous le scalpel du PCC. C'est de la torture, si sanglante et cruelle. Mais c'est ce qui se passe aujourd'hui, au XXIe siècle. Je pense que tout le monde devrait connaître la vérité."


Les gens manifestent leur soutien

 
Chris Smith a souhaité montrer son soutien et s'est joint aux pratiquants pour faire les exercices.


Chris Smith était venu à Auckland d’une autre ville de Nouvelle-Zélande. Après avoir vu l'événement des pratiquants en ville, il s'est joint à eux et a fait les exercices. Il a dit avoir ressenti le champ d'énergie, ainsi que du bonheur, de la tranquillité et de la paix.


En apprenant que le PCC prélève les organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant, il s’est indigné : "C'est un désastre ! Les pratiquants de Falun Gong veulent juste être de bonnes personnes. Ils n'ont blessé personne. C'est pourquoi j'ai signé la pétition."


Il a encouragé les pratiquants à poursuivre leurs efforts, " Allez voir les députés, les avocats et l'ONU. Vous devez continuer à le faire. N'abandonnez jamais ! "


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.