Rembrandt et " L’écriture sur le mur " .

Atteindre l'intérieur : Ce que l'art traditionnel offre au cœur
 

 
"La fête de Belshazzar", 1635-1638, par Rembrandt van Rijn. Huile sur toile, 66 pouces sur 82 ½ pouces. National Gallery, Londres. (Domaine public)


Nous semblons façonner nos vies aujourd'hui selon ce que nous choisissons de nous offrir. Ces choix semblent même nous définir.


Notre époque n'est pas tout à fait unique. Dans les années 1630, alors que Rembrandt tentait de s'imposer comme un peintre de grandes fresques historiques et que les récits bibliques étaient encore considérés comme des histoires plutôt que comme une simple mythologie, le grand peintre dépeint une histoire biblique qui touche au prix à payer pour le fait de vivre en se faisant simplement plaisir.


Sa "Fête de Belschatsar" raconte l'histoire du chapitre 5 du Livre de Daniel de la Bible.


L'histoire de Belshazzar, le Roi

Dans la Bible, Belschatsar est le fils du roi babylonien Nebucadnetsar, le plus ancien et le plus puissant roi de Babylone et le destructeur du Temple de Salomon, un temple saint dans la Jérusalem antique.


Le roi Nebucadnetsar a volé les objets sacrés du temple de Salomon pendant sa destruction. Puis, pour ajouter l'insulte à l'injure et comme le montre la peinture de Rembrandt, Belshazzar organise un grand festin et utilise les récipients volés du temple de Salomon pour boire du vin et servir à manger.


Pendant la fête, cependant, une main surgit de nulle part et écrit sur le mur : "MENE, MENE, TEKEL, TEKEL, UPHARSIN." Belshazzar fait venir ses magiciens et ses conseillers pour déchiffrer ces mots, mais personne ne peut l'aider.


Enfin, Daniel, un noble jeune juif et serviteur du roi, interprète le message et, selon la Galerie nationale, lit : "Dieu a compté les jours de ton règne et l'a achevé ; tu as été pesé dans les balances et on t'a trouvé faible ; ton règne sera donné aux Mèdes et aux Perses."


Daniel est récompensé pour son interprétation du message, et Belshazzar est tué cette nuit-là.


Un message pour tous les temps

Mais, qu'est-ce que cette peinture et cette histoire peuvent signifier pour nous aujourd'hui ?


Je l'interprète comme une mise en garde contre l'orgueil et la vanité. Le bien est récompensé et le mal est puni. Dans ce cas, Belshazzar a utilisé à mauvais escient des artefacts sacrés pour de vaines et orgueilleuses complaisances dans les plaisirs, et, par conséquent, il est forcé d'abandonner son royaume et sa vie.


Le bon Daniel est récompensé pour sa compréhension suffisante du divin qui lui permet d'offrir une interprétation de ses mystères. Il a une compréhension plus vraie et plus profonde du sacré et de ses liens avec lui.


Rembrandt utilise le drame des personnages pour bien représenter cette scène, mais il utilise aussi des éléments de natures mortes typiques des "vanités" hollandaises.


Les natures mortes des vanités, contiennent souvent des objets du quotidien qui symbolisent la temporalité du plaisir et le manque d'épanouissement résultant des poursuites matérielles.


Pieter Claesz, un contemporain de Rembrandt, est considéré comme un peintre de vanités, et ces éléments peuvent être vus dans sa célèbre "Nature morte Vanitas". Claesz a inclus un gobelet renversé, une montre de poche, une mèche brûlante qui semble être près de son extrémité, et un crâne et des os sur les livres.


Tout cela signifie le passage du temps ou la futilité de la vie. Claesz tente d'avertir subtilement ses spectateurs que les plaisirs et les poursuites terrestres prennent fin et qu'il est préférable de ne pas perdre de temps.


 
"Vanitas Still Life." 1630, par Pieter Claesz. Huile sur panneau, 15 ½ pouces par 22 pouces. Mauritshuis. (Domaine public)


Rembrandt n'est pas si subtil dans son approche. La table est remplie de nourriture, de vin et des objets sacrés qui les contiennent. Les personnages portent de beaux vêtements et des bijoux de valeur.


L'un des personnages à l'arrière gauche divertit tout le monde en jouant de la musique, et il est intéressant de noter que celui qui joue et celui qui l'écoute sont les deux seuls semblant ne pas voir l'" écriture sur le mur ".


Les éléments typiques de la nature morte de vanité sont présents. Rembrandt, cependant, semble crier à ses spectateurs, les avertissant de prendre note des dangers de l'orgueil et de la vanité. Belshazzar se cogne et renverse son propre verre. La femme devant lui est aussi montrée en train de retourner son verre de vin : L'intensité dramatique de la scène l'a submergée.


Leurs plaisirs et leurs recherches matérielles n'ont plus d'importance dans le grand dessein des choses. La lumière du message divin a captivé leur attention, mais il est trop tard.


Les plaisirs des arts

Mais il faut dire quelque chose de plus sur les deux personnages distraits du message divin, malgré le drame qui se déroule autour d'eux. Pourquoi Rembrandt dépeindrait-il le musicien et celui qui l’écoute comme les deux seuls à ne pas être engagés dans le drame de la scène ? Que nous dit-il au sujet des arts ?


Il semble dire quelque chose de semblable à ce que Socrate avait dit 2 000 ans avant lui : L'art qui ne fait qu'imiter les plaisirs de la vie est une distraction des vérités profondes et transcendantes.


En ces temps modernes, nos libertés ne sont souvent associées qu'à notre capacité de choisir nos petits plaisirs. Dans la société occidentale, nous choisissons nos goûts en tant qu'individus et nous façonnons notre vie en fonction de ces choix.


J'interprète la peinture de Rembrandt comme suggérant que si nos choix sont simplement basés sur nos assouvissements, alors nous n'exerçons jamais vraiment notre liberté. Si nos choix ne sont pas basés sur l'autoréflexion et la tentative de comprendre des vérités plus profondes, alors par notre poursuite et notre dépendance aux plaisirs temporels et éphémères, nous orchestrons notre propre destruction.


L'art a une incroyable capacité à pointer du doigt ce qui ne peut être vu pour que l'on puisse se demander "Qu'est-ce que cela signifie pour moi et pour tous ceux qui le voient ? "Comment cela a-t-il influencé le passé et comment cela pourrait-il influencer l'avenir ?" "Qu'est-ce que cela suggère sur l'expérience humaine ?" Telles sont quelques-unes des questions que j'explorerai dans ma série Vers l'intérieur : Ce que l'art traditionnel offre au cœur.


Eric Bess est un artiste figuratif. Il est actuellement doctorant à l'Institut d'études doctorales en arts visuels (IDSVA).

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.