Un pratiquant change l'environnement de la prison

J'ai été arrêté dans mon bureau et condamné à huit ans de prison en juillet 2009 simplement parce que je pratique le Falun Dafa (également connu sous le nom de Falun Gong). J'ai fait face à de nombreuses épreuves de cultivation pendant mon séjour en prison, mais je me suis toujours souvenu de ce que le Maître a dit : " un cœur sans agitation, peut dominer dix mille agitations. " (" Éliminez vos derniers attachements ", Points Essentiels pour un avancement diligent II )


Le Maître m'encourage

Alors que je faisais un jour les exercices debout dans le centre de détention, j'ai clairement vu une étoile brillante voler de loin vers moi. En se rapprochant, elle a ralenti. Elle est arrivée sur le sommet de ma tête et est entrée lentement dans mon corps par le point Baihui [point d'acupuncture au sommet de la tête]. À l'intérieur de mon corps, elle est devenue instantanément plus lumineuse. Elle est ensuite sortie de mon corps par mes pieds et s'est envolée. J'étais très excité et j'ai réalisé que c'était le Maître qui m'encourageait.


Le Maître a dit:

    "Même s’ils ont trouvé des dizaines ou une centaine de rebuts humains, des escrocs pour faire des mascarades, un cœur sans agitation, peut dominer dix mille agitations. " ( " Éliminer le dernier attachement ", Points Essentiels pour un avancement diligent II)


Mémoriser le Zhuan Falun

Tous les soirs je récitais Zhuan Falun , le livre principal de Dafa. Bien que j’ai connu des interférences au début, j’ai simplement continué sans jamais arrêter. Plus je récitais, plus je me sentais calme et ferme dans mes convictions.


Dans les dernières années de ma détention, le Fa dans mon esprit est devenu vague et je ne pouvais pas me souvenir de tous les mots. Parfois, je me souvenais d'un paragraphe mais j'en oubliais un autre. Réciter le livre en entier m'a pris deux à trois mois au lieu des quelques jours dont j'avais besoin auparavant. Mais, peu importe la difficulté, j'ai simplement persisté à le réciter tous les jours.


Les gardes et les détenus m'ont interrompu à plusieurs reprises pendant que je récitais le livre devant la fenêtre. Un jour, un gardien m'a demandé ce que je faisais là. Je lui ai dit que je regardais le ciel et que je réfléchissais.


Un détenu a essayé de me faire peur un jour où je récitais le Fa. Il tenait deux lourdes boîtes de matériaux, s’est faufilé derrière moi et les a laissées tomber par terre. Le bruit a surpris les gens autour de lui, et même un garde à une certaine distance lui a crié après. Je me suis juste lentement retourné, lui ai souri et j'ai dit calmement: " Pourquoi les as-tu laissées tomber comme ça?" Il a semblé choqué par le calme de ma réponse et n'a pas dit un mot.


Il m'a dit plus tard : "Je voulais te faire peur exprès, l'autre jour. Mais tu n’as pas été affecté. Incroyable ! "


La gentillesse change les détenus

Certains détenus voulaient surveiller et signaler les pratiquants de Dafa aux gardes afin de gagner des points pour une libération anticipée.


Un détenu incarcéré pour trafic de drogue allait me battre parce que je ne renonçais pas à mes convictions. Il voulait utiliser cela pour plaire aux gardes et obtenir beaucoup de points. Un jour, je lui ai dit avec un sourire: " Ne te précipite pas pour me battre. Écoute-moi d'abord. "


"Nous ne nous connaissons pas et je ne t’ai jamais offensé. Pourquoi veux-tu me battre? Est-ce juste parce que je pratique le Falun Gong? J'ai été persécuté jusqu’à l’article de la mort à plusieurs reprises. Je n'ai pas peur de mourir, alors comment pourrais-je avoir peur d'être battu? Ce n'est pas bon pour toi de battre les pratiquants parce que tu vas créer du karma. "


Puis je lui ai raconté trois histoires sur la façon dont les gens ont été punis après avoir persécuté des pratiquants de Dafa. J'ai ajouté à la fin : "Battre les gens, c'est illégal. Battre les pratiquants viole la loi du ciel. "


Je l'ai regardé avec un sourire et de la dignité dans les yeux après avoir fini. Les autres le regardaient avec des yeux moqueurs. Il m'a dit: "Je suis désolé. Tes mots me font peur." Il a changé d'attitude envers moi à partir de ce moment-là.


Au moins 8 personnes se trouvaient dans ma cellule de 12 lits et tous avaient reçu l'ordre de me surveiller. Le chef de l'équipe et deux autres personnes étaient responsables de l'enregistrement de chacun de mes mouvements effectué sur une période de 24 heures. Nous ne nous parlions pas, mais j'ai essayé d'utiliser mes actions pour les influencer. J'ai essayé de les aider et de prendre soin d'eux chaque fois que je pouvais. Je les ai traités comme s'ils étaient mes enfants.


Peu à peu, ils se sont détendus et certains ont osé me parler en secret. Un homme, au nom de famille de Su, me surveillait de près et faisait des rapports aux gardes. Tout le monde avait peur de lui et le haïssait. Je lui ai demandé si j'avais fait quelque chose de mal. Il a dit: "Tu es une bonne personne. Je n'ai trouvé rien de mal à te reprocher."


J'ai dit : "Si tu penses que je suis une bonne personne, pourquoi ne laisses-tu pas les gens me parler? Qui te donne le droit de faire ça? Tu dois me l’expliquer clairement. Sinon, je vais te dénoncer pour violer ma liberté d'expression. »Il a gardé la bouche-cousue et n'a pas dit un mot."


Le matin suivant, il a rapporté mes paroles aux gardes. Il a été transféré dans une autre salle. Avant son départ, je lui ai parlé du Falun Gong et de la raison pour laquelle le Parti communiste chinois (PCC) persécute les pratiquants.


Il m'a dit qu'il ne savait pas grand-chose sur le Falun Gong et qu'il ne participerait plus à la persécution à l'avenir. Les autres ont tous entendu notre conversation. Après son départ, plus personne ne s'est battu ni n’a juré. Cette salle s’est transformée en une salle modèle.


Tests de cultivation

Dans l'environnement pervers de la prison, tout ce qui se passe peut être un test pour sa cultivation. Si je n'avais pas abandonné l'attachement à la vie et à la mort, je n'aurais pu passer aucune épreuve en prison, même les très petites tribulations.


Les détenus devaient porter un badge avec leur nom et le crime qu'ils avaient commis. Mais j'ai refusé de le porter. On nous faisait aussi chanter des chansons, qui louaient toutes le PCC. J'ai refusé de les chanter car j'étais innocent et n'avais commis aucun crime.


Je suis tombé sur un gangster qui était bien connu dans la société. Tous les détenus avaient peur de lui. Il était connu pour frapper brutalement les gens.


Lorsqu'il est entré dans ma cellule un jour, tous les détenus se sont levés. Je méditais sur une couchette supérieure et je n’ai pas bougé. Il m'a jeté un coup d'œil et a dit : " Es-tu un pratiquant de Falun Gong? Pas étonnant que tu ne te sois pas accroupi lorsque le garde a appelé ton nom lors de l’enregistrement ce matin. Personne n'ose faire ça."


Il a poursuivi : "Avant de venir ici, il y avait un gars qui était aussi un pratiquant. Il a refusé de se faire couper les cheveux. Je me suis juste approché de lui, l’ai attrapé par les cheveux et l’ai descendu de la couchette supérieure."


"Arrête de parler" l'ai-je interrompu. Tout le monde dans la pièce, y compris lui, était abasourdi.


"Tous les pratiquants de Falun Gong que je connais sont de gentilles personnes ", ai-je dit. " Ils ne ripostent pas lorsqu'ils sont attaqués et ne rendent pas les insultes par des insultes. Quoi qu'ils croient, c'est leur propre affaire. Tu aides les gardes à intimider des personnes vulnérables. Honte à toi. "Je lui en ai dit davantage à propos du Falun Gong et il a écouté.


J'ai ensuite été transféré dans une autre prison. Il m’a accompagné jusqu'à la porte de notre quartier et m'a demandé de prendre soin de moi.


Après qu'un criminel d'une autre province se soit évadé de prison en 2014, ma prison prévoyait d'obliger les détenus à porter un bracelet électronique afin de pouvoir nous surveiller à tout moment. Je pensais que c'était insultant pour un pratiquant de Dafa, alors j'ai continué à envoyer des pensées droites tous les jours pour nier cette action. Six mois plus tard, le projet a été annulé.


Lorsque les détenus étaient libérés, ils devaient signer leur nom sur un reçu avant de récupérer leur argent. J'ai décidé de ne signer mon nom nulle part.


Le jour de ma libération, j'ai dit aux gardes que je n'allais signer aucun document. Le gardien m'a montré qu'il n'y avait pas de place pour la signature du détenu. J'ai quitté la prison la tête haute.


Version anglaise :
A Practitioner Changes the Prison Environment


Version chinoise :
溶于法中-越修心越坚

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.