Suis-je véritablement en train de cultiver dans le Fa ?

Récemment, un compagnon de pratique de notre région est entré dans un état comateux. Afin de nier la persécution des anciennes forces sur ce compagnon de pratique, nous avons décidé de tenir des sessions de groupe pour envoyer des pensées droites. Mais à la fin, ce pratiquant est quand même décédé. Quand il est mort, il semblait très calme comme s'il dormait.


Alors que nous émettions des pensées droites, le Maître m’a montré la scène suivante : le corps de l'autre pratiquant était placé dans une boîte rectangulaire transparente et grisâtre. Chaque pratiquant sur les lieux produisait une sorte de liquide et cette matière s'écoulait dans la boîte. La matière de certains pratiquants semblait très lourde et volumineuse, tandis que celle de certains autres paraissait claire et mince. En m'enfonçant plus profondément dans le champ, j'ai remarqué qu'une grande quantité d'anciennes forces étaient éliminées, mais qu'en même temps, de nouvelles anciennes forces se formaient. Je n'arrêtais pas de voir une telle scène.


J'ai commencé à m'inquiéter et j'ai essayé de regarder vers l'intérieur pour trouver mes problèmes. J'ai découvert que j'avais beaucoup d'attachements telles que la recherche de la gloire, le fait de se mettre en avant, la lutte et la luxure, etc. En même temps, je n'arrêtais pas de demander au Maître de laisser ce pratiquant de sortir du coma. Au bout du compte, cependant, j'ai remarqué que les anciennes forces semblaient très excitées ; leur égoïsme était très apparent. J'ai aussi remarqué que le Maître ne pouvait que soupirer.


D'après ce que je savais de ce compagnon de pratique, je pouvais dire qu'il était très positif à bien des égards en tant que pratiquant de Falun Dafa. Il était ouvert d'esprit et chaleureux, et il travaillait dans un projet de média. Lorsque notre coordonnateur local a organisé que les gens aillent à l'extérieur de la ville pour distribuer du matériel de clarification de la vérité, ce pratiquant a été très actif ; il apportait aussi de la nourriture et cuisinait pour les autres. Il a été également très actif dans la récente campagne pour poursuivre Jiang en justice. Une telle diligence apparente et un tel désintéressement ont suscité beaucoup d'éloges de la part d'autres pratiquants. Pourtant, il n'a pas pu y arriver à la fin. J'ai eu l’impression d’avoir reçu un sérieux coup. J'ai commencé à réfléchir sérieusement sur moi-même. Je me sentais perdue et honteuse de moi-même.


Plus tard, j'ai lu l'histoire du moine Bianji. Le maître m'a aidé à comprendre un autre principe de cette histoire.


Le moine Bianji était très intelligent dès le début et il avait un critère moral élevé. Lorsque le moine Bianji quitta la maison pour devenir moine, il cultiva avec diligence et se familiarisa avec le bouddhisme ; ses articles écrits étaient si étonnants que même son mentor, le grand moine de la dynastie Tang, Xuanzang, en faisait l'éloge. Le moine Bianji aida plus tard Xuanzang à traduire certaines écritures bouddhistes qu'il avait ramenées d'Inde. Bianji était très bien traité par son mentor. Pourtant, un jeune moine si brillant a fait face à sa mort par exécution, lorsqu'il s'est enfui avec la princesse Gao Yang.


En lisant cette histoire dans le passé, je l'ai juste traitée comme un avertissement à tous ceux qui se livraient à la luxure. Cette fois-ci, j'ai commencé à y réfléchir plus profondément. Bianji devait paraître très diligent à ceux qui l'entouraient ; beaucoup de moines, y compris son mentor, le louaient. Mais sous la surface, nous pouvons voir une autre facette de Bianji ; son attachement à l'émotion humaine était caché aux autres, ce qui a finalement conduit à sa mort.


J'ai vu certains éléments de moi-même dans l'histoire – Je lisais le Fa presque tous les jours et ne manquais aucune une séance d'étude du Fa de groupe ; je comprenais les "trois choses" qu'un pratiquant doit faire ; je savais qu'il fallait regarder vers l'intérieur chaque fois que j'avais des problèmes et connaissais ma mission en tant que pratiquant de Dafa ; j’envoyais aussi des pensées droites devant le bâtiment consulaire chinois et à autres événements validant le Fa. D'autres me considéraient comme un pratiquant très diligent. Cependant, au fond de moi, j'avais toutes sortes d'interférences et de confusion, et j’étais même entraîné par la convoitise humaine. Je trouvais difficile d'améliorer mon état de cultivation et manquais simplement d'une forte volonté de maintenir un esprit vertueux à tout moment.


Après avoir réfléchi sur l'histoire de Bianji, sur moi-même et sur mon compagnon de pratique décédé, j'ai commencé à me demander : "Est-ce que je cultive vraiment dans le Fa ? Ou suis-je comme Bianji avec beaucoup d'attachements cachés ? Ai-je traité mes attachements avec sérieux, y compris les questions dites triviales ?" Je me suis soudainement rendu compte que beaucoup de mes attachements cachés apparaissaient toujours dans mon esprit, même s’ils n'étaient pas toujours exposés aux autres. Et chaque fois que mes attachements cachées étaient révélés, je restais passif. Personne ne remarquait mes attachements, mais dans mon esprit, je développais des choses comme la brutalité, la haine, la luxure, la colère et d'autres sentiments humains. Parfois, ces attachements surgissaient brièvement dans mon esprit et, habituellement, je les ignorais. J'ai aussi remarqué que plus j'apparaissais diligent aux yeux des autres, plus je devenais paresseux dans ma vie privée. Je me relâchais ; je devenais très passif et facilement agité, et je voulais vivre une vie facile. Je me rabaissais même au niveau des gens ordinaires ou pire encore. Peu à peu, j'ai dégénéré en une personne ordinaire recherchant une vie confortable.


Après avoir lu le Fa à plusieurs reprises, j'en suis venu à réaliser les trois questions majeures suivantes.


Émotions et convoitise humaines

Je suis né dans les années 90 et j'ai commencé à pratiquer le Falun Gong avec mes parents, quand j'étais jeune. Dans le livre Zhuan Falun, le Maître mentionne la question du désir. J'ai aussi lu beaucoup d'histoires sur le site Minghui à propos des émotions humaines et de la luxure, mais je n'y ai pas prêté beaucoup d'attention, car j'étais encore jeune et je n'avais aucun désir fort. Mais à l'adolescence, j'ai commencé à ressentir l'interférence arrangée par les anciennes forces. Au début, l'interférence n'était pas si grave que ça, mais graduellement, elle est devenue plus forte et plus fréquente, surtout à mon entrée à l'université et plus tard lorsque j'ai commencé à travailler dans la société. Les anciennes forces ont profité de ce que l'on appelle le comportement normal de l'adolescence et ont magnifié ma convoitise humaine pour s'immiscer en moi. Quand je suis arrivé en Nouvelle-Zélande, mon attachement à la luxure était sous contrôle, car je gardais la plupart du temps de fortes pensées justes. Mais avec le temps, j'ai commencé à me détendre et, par conséquent, les anciennes forces ont commencé à interférer avec moi. Quand j'interagissais avec des pratiquants du sexe opposé, j'avais tendance à devenir très intime ; les hormones à l'intérieur de mon corps semblaient être très actives et je fantasmais même dans mon esprit sur certaines scènes intimes - c'était juste un désastre. Parfois, quand j'étais seul, mon attachement à la luxure me poussait à faire des choses sales pour me réconforter. J'ai même trouvé une excuse pour moi : "Je suis jeune et célibataire, alors que beaucoup d'autres pratiquants sont déjà mariés."


En étudiant le Fa, j'ai réalisé que l'émotion humaine et la luxure faisaient partie de la vie des gens ordinaires ; pourtant de tels attachements sont comme des condamnations à mort pour celui qui cultive. Il n'y a rien de mal à ce que les gens ordinaires se marient, car c'est ainsi que progresse la société humaine. Mais quand une personne commence à faire des choses sales pour se réconforter, c'est un péché qui la traînera en enfer, parce que cette personne vient de se dégrader. De nos jours, les gens se livrent à ce qu'on appelle l'hédonisme ; ils veulent satisfaire leurs désirs et leur convoitise. C'est un véritable péché, car il va à l'encontre de la norme morale humaine et des traditions établies. Le moine Bianji a été tué à cause de son attachement à la luxure, et maintenant, j'avais toujours des attachements similaires et je recherchais une vie confortable et agréable. N’étais-je pas en train de me ruiner moi-même ? Et ruiner les êtres sensibles qui m'attendent pour les sauver ? J'aurais pu être entraîné dans de graves ennuis avec de tels attachements si le Maître ne m'avait pas alerté au moyen de divers incidents. J'avais aussi remarqué que chaque fois que je faisais des percées dans ma cultivation personnelle, les anciennes forces me créaient à nouveau des interférences de par mon attachement à la luxure. Un compagnon de pratique du sexe opposé apparaissait et se rapprochait de moi et nous devenions trop intimes ; mais à la fin, nous nous séparions toujours, en suivant notre propre chemin. J'avais vécu beaucoup d'incidents de ce genre et il me semblait qu'une telle interférence ne prendrait jamais fin. Chaque fois que je commençais à envoyer des pensées droites pour éliminer de tels attachements, je sentais des choses lourdes peser sur ma poitrine - c'était vraiment une expérience atroce. J'ai découvert que mon attachement à la luxure m'avait même conduit à la dépression et que je ne voulais rien faire en conséquence. Chaque fois que je rencontrais la personne dont je venais de me séparer, mon esprit commençait à penser à toutes sortes de choses, même si j'essayais d'éviter de voir la personne et semblais calme en surface. Par la suite, je développais une sorte de haine quand je rencontrais d'autres problèmes dans ma vie quotidienne, car je sentais que je ne pouvais rien accomplir.


Lorsque j’ai lu la conférence de Fa du Maître " Enseignement de la Loi et explication de la Loi lors de la Conférence de Loi du New York Métropolitain ", le passage suivant a retenu mon attention:


“ Depuis longtemps, certains élèves ont leurs attachements fondamentaux et ne les abandonnent toujours pas ! Accumulés jusqu’à la fin, ils ne peuvent pas les dépasser, alors l’épreuve devient grande. Une fois que le problème surgit, ils ne cherchent pas la cause au niveau de leur xinxing , ni ne s’élèvent à partir de ce qui est fondamental, ils ne peuvent pas vraiment lâcher prise dans cette affaire, ni traverser dignement et ouvertement dans d’autres domaines, mais ils tiennent toujours à cœur cette affaire-là : Mais pourquoi cette chose ne passe toujours pas ? Aujourd’hui j’ai fait un peu mieux, ça devrait être mieux, le lendemain j’ai fait encore mieux ça devrait être encore mieux ! Ils ne peuvent toujours pas lâcher prise sur cette affaire, en apparence, ils semblent être en train de le lâcher : vous voyez je suis en train de bien faire. Vous êtes en train de bien faire mais vous êtes en train de bien faire pour cette chose-là ! Vous n’êtes pas en train de bien faire dans le but de faire comme un véritable disciple de Dafa le devrait !!”


J'étais choqué ; le Maître ne parlait-il pas de moi ?


Si quelqu'un m'avait dit avant cela que même si je lisais le Fa, que je regardais vers l'intérieur et que je faisais des choses de validation du Fa, au fond de mon cœur, j'avais encore une sorte de recherche, je l’aurais fermement nié et affirmé avec certitude que je faisais exactement ce que devrait faire un pratiquant Dafa. Une telle affirmation aurait semblé venir du fond du cœur. Pourtant, j'étais perplexe dans ma cultivation depuis très longtemps, pensant : "Pourquoi suis-je toujours confronté à des tribulations ?"


Maintenant j'en suis venu à réaliser que mon cœur de recherche venait d'une attitude hypocrite envers le Fa et le Maître. Ce n’était pas facilement exposé et était caché au fond de moi. Je sais que je devais faire tout ce que le Maître me demande de faire ; tant que je faisais les choses selon le Fa, le Maître m'aiderait. Mais je ne prenais pas conscience de mon cœur de recherche et pensais : "Tant que je fais du bon travail, tous mes problèmes disparaîtront ; tant que je fais du bon travail, j'obtiendrai certainement un emploi décent ; tant que je fais du bon travail, ma vie sera facile ; si je fais un meilleur travail aujourd'hui, j'aurai peu de tribulations demain,"etc


Bien qu'influencé par de telles notions déformées, j'ai constaté que ces problèmes et difficultés dans ma vie n'étaient pas résolus du tout, mais qu'au contraire ils s'aggravaient. Les anciennes forces en ont alors profité et m'ont fait douter de la puissance du Fa et du Maître. Quand j'envoyais des pensées droites pour le pratiquant qui venait de décéder, mon regard vers l'intérieur était lié à mon grand espoir que le pratiquant reprenne conscience. Je demandais au Maître de m'aider quand je cherchais vers l'intérieur, n'étais-je pas simplement en train de chercher vers l'intérieur pour que le Maître puisse le voir ? Je me suis demandé, "Suis-je vraiment en train de cultiver dans le Fa ?" J'avais l'air d'un pratiquant diligent avec une foi forte dans le Fa et le Maître, mais en réalité, j'avais déformé ces choses que le Maître nous avait demandé de faire en quelque chose qui ne ferait que satisfaire mes propres désirs et objectifs. Je me cachais derrière de telles choses, ne réalisant pas que mon propre cœur de recherche était un obstacle majeur sur mon chemin de cultivation.


Devenir victime de l'égoïsme

Un jour, je discutais avec un compagnon de pratique de mes réflexions sur la façon d'utiliser les vidéos pour aider à valider Dafa. J'ai commencé à me plaindre de choses que j'avais faites auparavant et à exprimer de grands espoirs pour l'avenir. J'ai même dit : "Si j'étais une allumette, je préférerais me brûler à 100% dans le processus de rectification de Fa ; je ne serai pas satisfait si je me brûle juste à 50%." Le compagnon de pratique n’a montré aucun signe d'excitation en entendant mes paroles, mais il a répondu calmement : "Oui, tu as de bonnes idées. Tu ne devrais pas avoir une si haute opinion de toi-même." J'ai été profondément touché par ces mots. Je me suis immédiatement calmé, j'ai arrêté de parler et j'ai commencé à réfléchir sur moi-même.


Dans le passé, si quelqu'un m'avait dit que j'avais un gros ego, j’aurai certainement nié de telles accusations avec beaucoup d'excuses ; j’aurais dit que j'étais une personne introvertie, de nature peu conventionnelle et que je n'aimais pas trop parler, encore moins discuter avec les autres, car cela serait trop ennuyeux. Quand j'étais avec mes parents ou mes collègues de travail, je préférais généralement être "l'assistant" ; d'autres me disaient que je gardais profil bas et que j'écoutais bien, etc. Dans le livre Zhuan Falun, le Maître dit : "La cultivation est quelque chose que l'on fait juste au milieu des tribulations. Ils vont tester si tu peux te couper de tes émotions et de tes désirs, et ils verront si tu peux les prendre à la légère." Quand mon cœur n'était pas touché par les tribulations extérieures, je ne pouvais pas facilement reconnaître les attachements que j'avais.


Je réalise à présent que mon égoïsme s'est formé quand j'étais jeune. J'aimais lire des livres d'histoire, surtout des histoires de grands personnages, ce qui m'a toujours encouragé. Quand j'étais au collège, je rêvais de devenir un grand personnage pour que tout le monde se souvienne de moi. Comme la norme morale avait tant décliné en Chine, tout le monde ne s'intéressait qu'à l'argent et aux autres gains matériels. Je me suis donc dit : "Je dois me fixer un grand objectif tant que je suis encore jeune." J'ai commencé à m'apprécier et à mépriser les autres. Après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa, j'ai plutôt traité la clarification de la vérité et le sauvetage des êtres sensibles comme un moyen d'exprimer mes propres opinions politiques. J'avais tendance à souligner la méchanceté du PCC et j'aimais parler de démocratie aux gens. Je ne me concentrais pas trop sur la clarification de la vérité pour Falun Dafa. En conséquence, je luttais contre les interférences extérieures. Mon père a souligné le problème de mon ego à plusieurs reprises et a étudié le Fa sur ce sujet avec moi. J'ai changé un peu, mais je n'avais jamais réalisé que la notion de "développer un grand but en tant qu'être humain" était en fait l'attachement le plus significatif que je devais abandonner.


Plus tard, après avoir quitté la Chine et être arrivé en Occident, mon égoïsme a rendu difficile d'être accepté dans les projets de Dafa et il m'a également rendu difficile de trouver le juste rôle dans divers projets locaux de clarification de la vérité. Je suis devenu déprimé et j'ai commencé à me plaindre que personne ne me comprenait.


Le pratiquant qui a dit calmement que je ne devrais pas avoir une trop haute opinion de moi-même m'a aidé à réaliser à nouveau mon problème d'égoïsme. Mon soi-disant "grand objectif de vie" était en fait centré sur un ego égoïste. Je réfléchissais toujours à ce que je devais faire pour moi et je mettais toujours l'accent sur mon ego, qui est conduit par les émotions humaines. Que devenaient Dafa et le Maître ? Je me suis toujours considéré comme quelqu'un qui avait une foi forte dans le Fa et le Maître, mais maintenant je vois que chaque fois que je rencontrais des difficultés, mon esprit était plein d'ego et j'oubliais complètement le Fa et le Maître. Comment pourrait-on appeler cela une foi forte dans le Fa et le Maître ? Je me suis demandé : "Suis-je vraiment en train de cultiver dans la Fa ? Ce que je fais n'est rien d'autre que de satisfaire mes propres désirs égoïstes, de rechercher la gloire et le gain, et d'essayer de cacher la culture PCC qui est dans mon esprit. Suis-je toujours le disciple du Maître ?"


Dans l'article intitulé Rationalité le Maître dit : " Utiliser la raison pour valider le Fa, utiliser la sagesse pour clarifier la vérité, utiliser la compassion pour que le Fa soit immensément répandu et pour apporter le salut aux gens de ce monde, cela est justement pour un éveillé établir sa vertu majestueuse.".


Je réalise à présent que ce ne sont pas les projets de Dafa qui ont besoin de moi ; en fait, c'est moi qui dois m'impliquer dans ces projets pour me cultiver, accomplir ma mission et établir ma vertu toute puissante. Pourquoi étais-je si difficile alors ? Pourquoi ai-je été si têtu dans mon choix des projets auxquels je voulais participer ? N'était-ce pas aussi un attachement ? Ce que je sens que le Maître veut, ce sont les pensées droites de chaque disciple. De telles pensées droites incluent la rationalité, la sagesse et la compassion ; ce ne sont absolument pas ces émotions humaines qui sont temporairement excitées par les soi-disant "grands buts personnels".


Pendant très longtemps, j'ai été pris au piège de mon égoïsme. J'ai traité mes tribulations de cultivation du point de vue de mes propres notions et attachements humains. J'ai maintenu une compréhension superficielle du Fa et ne me suis pas mis à apprendre le Fa avec rationalité.


En écrivant cet article, mon corps physique a connu un puissant nettoyage. Je suis sûr que le Maître m'aidait à nettoyer tous ces éléments qui n'étaient pas conformes au Fa dans différentes dimensions. J'ai réalisé que quand on expose ses attachements à travers l'étude de Fa et en regardant vers l'intérieur, on se purifie aussi de la substance dégénérée qui n'est pas conforme au Fa.


Version chinoise :
我真的是在法上修吗?

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.