Cultiver la Patience

Dans la cultivationdu Falun Dafa, des mots et actions intolérables peuvent souvent être la cause de disputes et même de conflits violents. Cela peut affecter la coopération et le travail d’équipe à cause des lacunes et incompréhensions parmi les pratiquants. Je souhaite parler de certaines situations que j’ai rencontrées en cultivant la patience.


Nous vivons dans une maison de plain-pied à la campagne. À chaque fois après que ma femme et moi ayons fini de passer la serpillière sur le carrelage, mon père se mettait à marcher dessus alors que celui-ci était encore mouillé, laissant des traces de pas sales sur le sol fraîchement nettoyé. Ma femme se plaignait beaucoup. Je lui ai dit : " Les disciples de Dafa devraient cultiver la patience. Tu devrais regarder cela comme un attachement et ne pas te plaindre. S’il laisse encore plus d’empreintes de pas, tu peux nettoyer de nouveau et voir ce qui ce passe ". Mon père s’est de nouveau mis à marcher sur le carrelage fraîchement nettoyé un certain nombre de fois et ma femme a nettoyé après lui un nombre de fois égal sans se plaindre. Après cela, mon père a toujours marché sur le carrelage nettoyé après que le sol ait séché.


J’ai préparé un cendrier pour mon père parce que c’est un fumeur, mais il ne l’a jamais utilisé. En plus, il jetait toujours ses mégots de cigarette et crachait par terre. Maître a dit dans Zhuan Falun : "Notre école de Loi vise directement le cœur de l’être humain, pouvoir ou non prendre avec légèreté ses intérêts personnels et les conflits entre les gens, voilà la question clé. " Je savais que c’était pour que j’élimine mon attachement à la compétition. J’ai fait de mon mieux pour ne pas me mettre en colère et essuyais ses crachats et ramassais ses mégots de cigarette sans me plaindre. Après avoir fait cela encore quelques fois, mon père s’est alors mis à jeter ses mégots dans le cendrier et s’est arrêté de cracher.


Je suis un homme d’affaires et passe le plus gros de mon temps à livrer des marchandises. Mon père me réprimandait toujours quand je rentrais du travail, peu importe que ce fût l’été ou l’ hiver. Il se fichait que je sois fatigué ou affamé; il pouvait utiliser n’importe quel gros mot qui lui venait à l’esprit. J’ai exercé la patience et ai réussi à contenir ma colère à chaque fois.


Une fois, j’étais épuisé et affamé. Quand je suis arrivé à la maison, il m’a injurié parce qu’il n’avait pas mangé et qu’il n’avait pas eu d’eau à boire. Je suis sorti pour aller chercher de l’eau; je suis soudainement entré dans un tel accès de colère et de ressentiment que je voulais frapper mon père. Je me suis alors rappelé la conférence du Maître. Maître dit dans Zhuan Falun : " Alors désormais, quand vous rencontrerez des conflits, ne les voyez plus comme des événements fortuits. Car lorsqu’un conflit se produit, il apparaît peut-être subitement, mais il n’existe pas par hasard, il a été préparé pour élever votre xinxing. Tant que vous vous considérerez comme un pratiquant de gong, vous pourrez bien le régler. "


Pourquoi mon père me hurlait-il dessus à répétition ? Quand j’ai été persécuté par la perverse police chinoise, mon père leur a fait face sans la moindre peur. Il leur a demandé de me laisser rentrer à la maison. Pourquoi m’insultait-il sans arrêt ?


Le Maître a dit dans Zhuan Falun : " Ce que nous perdons est en réalité ce qui est mauvais ; qu’est-ce que c’est ? C’est le karma, il va de pair avec les différents attachements humains. Par exemple, les gens ordinaires ont toutes sortes de mauvaises pensées. Quand nous commettons toutes sortes de mauvaises actions pour satisfaire nos intérêts personnels, nous acquérons cette matière noire, le karma. C’est directement lié à nos attachements, pour enlever ce qui est mauvais, il faut d’abord changer votre cœur. "


J’ai réalisé que le Maître essayait d’élever mon xinxing. Mon attachement à la mentalité de compétition était si fort que j’ai même voulu rendre les coups quand mon père m’avait hurlé après. Ma patience n’était pas une vraie patience parce que la vraie patience ne contient ni sang-froid ni colère. Le Maître voulait que j’élimine complètement ma mentalité de compétition. Je suis alors allé dans la chambre de mon père et ai écouté ses injures. Mon père était fatigué et assis sur son lit. Je me suis assis sur le lit pour l’écouter. Il m’a injurié pendant un long moment. Au bout d’un certain temps, mon père a soudainement cessé de m’insulter et ne l’a jamais refait ! Je sais que mon changement a rendu l’environnement autour de moi plus paisible. J’avais élevé mon xinxing.


Version anglaise :

Cultivating Forbearance


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.