Une femme de Pékin droguée dans un centre de détention dans l'attente du verdict pour son refus de renoncer à sa foi

Le 8 mars 2018, trois policiers sont descendus au domicile de Mme Lai Xiuchun pour arracher les couplets poétiques qu'elle avait collés sur le portail de sa clôture. La résidente du district de Miyun, à Beijing, a réussi à s'échapper, mais son mari a été arrêté et détenu pendant plusieurs heures.


Les couplets contenaient des messages sur le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, qui est un système de cultivation du corps et de l’esprit basé sur le principe Authenticité-Bonté –Patience et persécuté par le régime communiste chinois depuis juillet 1999.


La police est revenue le lendemain à la recherche de Mme Lai; elle n'a donc pas pu rentrer chez elle pendant plusieurs semaines.


Le 18 mars 2018, Mme Lai a appelé la ligne directe de la police pour se plaindre que la police avait escaladé sa clôture pour pénétrer chez elle les 8 et 9 mars.


Deux heures après son appel, des policiers sont venus chez elle. Bien qu'elle n’était pas rentrée chez elle, la police a de nouveau emmené son mari au commissariat et l'a détenu pendant plus d'une demi-journée.


La police a finalement arrêté Mme Lai le 27 avril après avoir escaladé sa clôture et fait irruption dans la maison. Son mari a été arrêté pour la troisième fois mais a rapidement été relâché. Il a ensuite été victime de deux AVC causés par le harcèlement et la pression subis le mois précèdent.


La police a arrêté Mme Lai au centre de détention de Miyun et a fouillé son domicile deux fois de plus. Les documents de Falun Gong confisqués à son domicile ont ensuite été utilisés par la police pour engager des poursuites contre elle.


Quatre mois plus tard, le tribunal du district de Miyun à Beijing a jugé Mme Lai le 17 septembre sous l'accusation d’ " attenter au maintien de l’ordre", un prétexte habituel pour criminaliser le Falun Gong.


L'avocat de Mme Lai a défendu son innocence et a affirmé qu'il n'y avait aucune base légale pour la persécution. Il a exigé son acquittement. Le juge a ajourné l'audience et a dit qu'il annoncerait le verdict à une date ultérieure.


Il a été rapporté que les autorités ont ajouté des drogues inconnues à la nourriture de Mme Lai parce qu'elle faisait les exercices de Falun Gong dans le centre de détention.


Mme Lai, 58 ans, a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998, et beaucoup de ses maladies, telles qu’une inflammation des reins et de l'arthrite, ont disparu. Elle a été arrêtée à plusieurs reprises pour être restée ferme dans sa foi et a été envoyée deux fois dans des camps de travaux forcés au cours des 19 dernières années.


Version anglaise :
Beijing Woman Drugged in Detention Center While Awaiting Verdict for Refusing to Give up Her Faith


Version chinoise :
北京密云看守所给来秀春饭菜里下不明药物

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.