L'avocat des droits de l'homme David Matas met en garde contre le prélèvement forcé d'organes en Chine lors d'un congrès sur le droit médical et la bioéthique en Israël

David Matas, éminent avocat international des droits de l’homme ayant contribué à traduire en justice les criminels nazis, a participé au 24e Congrès mondial sur le droit médical et la bioéthique à l’Université de Tel Aviv en septembre.


Le congrès a eu lieu à l'hôtel Dan à Tel Aviv du 2 au 6 septembre 2018. M. Matas a présenté une affiche sur les prélèvements forcés d'organes sanctionnés par l'Etat en Chine, qui affectent principalement les pratiquants de Falun Gong, ainsi que d'autres prisonniers de conscience.


Pendant plus d'une décennie, Matas et l'ancien secrétaire d'État canadien, David Kilgour, ont participé à des enquêtes sur le sujet, et tous deux ont publié leurs conclusions affirmant que les crimes de prélèvement d'organes ont eu et continuent d'avoir lieu en Chine. Avec le journaliste d'investigation Ethan Gutmann, ils ont ensuite produit une mise à jour du rapport d'enquête original.


Lors de sa visite en Israël, M. Matas a également rencontré un directeur du ministère de la Santé et plusieurs représentants du système de santé, ainsi que des représentants d'organisations de défense des droits de l'homme et de droit. Il a également rencontré des conférenciers à la Faculté des sciences de la santé de l'Université Ben Gourion du Néguev et a donné des conférences à des étudiants en médecine.


M. Matas a transmis les messages fondamentaux suivants :

1. Le tourisme de transplantation en Chine devrait être évité- en Israël, cette question était déjà réglementée en 2008 lorsque la loi israélienne sur les transplantations (loi sur les transplantations d'organes) a été rendue publique en raison de preuves alarmantes [de personnes recevant des organes d'origine chinoise] .

2. Les hôpitaux et les universités ne devraient pas participer à ces crimes en coopérant avec leurs homologues chinois afin de ne pas légitimer le crime et d'exclure de la communauté médicale les médecins qui participent au prélèvement forcé d'organes. Cela signifie ne pas assister à des conférences de transplantation en Chine, ne pas permettre aux chirurgiens de transplantations de la Chine de présenter leurs recherches lors de conférences à l'étranger et de ne pas leur permettre de se former dans des pays autres que la Chine.


Congrès de bioéthique de l'Université de Tel Aviv

L'affiche de M. Matas sur le sujet des prélèvements d'organes par le régime chinois - dont les victimes sont principalement des prisonniers d'opinion, pour la plupart des pratiquants de Falun Gong - a suscité un intérêt considérable de la part des participants à la conférence. Beaucoup ont longuement étudié l'affiche, tandis que d'autres l’ont prise en photo pour la lire plus tard.


 
L'affiche de David Matas sur les pratiques contraires à l'éthique de prélèvement forcé d'organes en Chine par le régime chinois a été présentée au 24e Congrès mondial sur le droit médical et la bioéthique à l'Université de Tel Aviv.


Un certain nombre de personnes se sont attardées et ont posé des questions. Les deux questions les plus courantes étaient: Quelles sont les preuves du prélèvement forcé d'organes en Chine? Est-ce que cela continue à avoir lieu aujourd'hui?


M. Matas a répondu en expliquant que ses conclusions reposaient sur le grand nombre de greffes, des preuves qui ont été recueillies et compilées à partir de rapports publiés par des centres médicaux en Chine. Il n’y a pas d’autre explication plausible à la source des organes utilisés pour le grand nombre de transplantations effectuées en Chine. Ces chiffres sont beaucoup plus élevés que les chiffres fournis par le gouvernement chinois pour toute autre source possible d’organes, tels que les condamnés à mort ou les donateurs volontaires.


Selon Matas, la preuve que le prélèvement forcé d'organes continue est la grande différence en termes de nombre. Le gouvernement chinois change sa version concernant la source des organes toutes les quelques années et nie les allégations de prélèvement d'organes sur des personnes vivantes et en bonne santé, principalement des prisonniers d'opinion - le plus grand groupe étant des pratiquants de Falun Gong - mais il est incapable d'expliquer l’écart énorme entre les données des sources légales potentielles et le nombre de greffes effectives. Matas affirme également que " [en Chine], il n’existe aucun mécanisme pouvant garantir qu’il n’y aura pas d’abus, même à ce jour ".


Un agent d'assurance pour les réclamations médicales d'un pays asiatique a déclaré qu'il se rendait fréquemment en Chine et rencontrait des chirurgiens de transplantation afin de rassembler des preuves des cas d'assurance auxquels il participait. Au début, il ne croyait pas que la Chine pratiquait le prélèvement forcé d'organes administré par l'État lui-même, mais après une longue discussion avec Matas, son incrédulité semblait avoir été ébranlée.


Une juriste d’un autre pays asiatique, qui est diplomate, s’intéressait au sujet et a longuement parlé à M. Matas. Elle a dit qu'elle parlerait à son gouvernement du prélèvement d'organes et de la persécution du Falun Gong en Chine.


 
Deux femmes lisent l'affiche de David Matas sur le prélèvement forcé d'organes.


Faculté des sciences de la santé, Université Ben Gourion du Néguev

David Matas n'a pas ménagé ses efforts pour transmettre son message sur le prélèvement forcé d'organes en Chine à la communauté médicale internationale et aux universitaires dans le domaine médical.


Il s'avère que beaucoup à l'Université Ben-Gourion du Néguev étaient déjà familiarisés avec le sujet, ils voulaient en apprendre davantage et étaient désireux de transmettre le message aux hauts fonctionnaires dans les domaines des soins infirmiers et de la transplantation au ministère de la Santé.


Une trentaine d'étudiants en médecine de l'étranger (dont les États-Unis, le Canada et l'Australie) et de conférenciers de haut niveau ont regardé le film de 22 minutes "Génocide médical" et assisté à une conférence complète de Matas sur ses enquêtes avec David Kilgour et Ethan Gutmann sur la question du prélèvement des organes géré par l'État en Chine et ses implications pour les autres pays.


 
Des étudiants en médecine ont vu le film "Génocide médical" et ont entendu l'avocat des droits de l'homme David Matas parler du prélèvement forcé d'organes en Chine, qui est perpétré par le régime lui-même.

Version anglaise :
Human Rights Lawyer David Matas Warns of Forced Organ Harvesting in China at Medical Law and Bioethics Congress in Israel

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.