Première projection publique du documentaire " Letter From Masanjia " à Toronto
 

Première projection publique du documentaire " Letter From Masanjia " à Toronto

La première projection publique du documentaire Letter From Masanjia (La lettre de Masanjia) dans les salles a eu lieu au théâtre Hot Docs Ted Rogers de Toronto, Canada, du 21 au 26 juillet 2018.

Le documentaire commence par une lettre manuscrite trouvée dans une boîte de décorations d'Halloween achetée dans un grand magasin américain par Julie Keith, une femme de l'Oregon. La lettre était un appel à l'aide d'un prisonnier d'opinion du notoire camp de travaux forcés de Masanjia à Shenyang, en Chine. Keith a posté la lettre sur les médias sociaux, ce qui a rapidement conduit à une couverture médiatique mondiale de l'histoire et déclenché une réaction en chaîne aboutissant en 2013, à l'abolition du système de rééducation par les travaux forcés en Chine, du moins sous cette appellation.

L'auteur de la lettre, M. Sun Yi, avait été détenu au camp de travail pour sa croyance dans le Falun Gong. Il a risqué sa vie pour faire connaître son histoire au monde par le biais d'une lettre secrète, et plus récemment, l’a risqué à nouveau, pendant la réalisation du documentaire pour révéler davantage ce qui est arrivé en Chine.

Alors qu’il était sous la surveillance des autorités chinoises, Sun Yi a pris des séquences vidéo de sa vie en Chine et a interviewé d'autres anciens détenus de Masanjia. En plus de son histoire, Sun Yi a partagé ses dessins illustrant les mauvais traitements qu'il a subis et dont il a été témoin au camp de travail de Masanjia.

Le film documentaire Letter From Masanjia a été projeté six fois au Hot Docs Ted Rogers, du 21 au 26 juillet 2018.
Le réalisateur Leon Lee a répondu aux questions du public après les trois premières projections.


Un député provincial assiste à la projection pour soutenir le Falun Gong

Sam Oosterhoff (troisième à partir de la gauche), député provincial de Niagara-Ouest, pose pur une photo avec les pratiquants de Falun Gong et le directeur Leon Lee (deuxième à partir de la gauche).
.Le député provincial Oosterhoff et le réalisateur Lee

Sam Oosterhoff, le plus jeune député provincial de l'Ontario, au Canada, a assisté à la projection pour montrer son soutien. Il a dit : "Les valeurs du Falun Dafa, Authenticité-Bonté-Tolérance, méritent d'être célébrées et non d'être persécutées ".

Lors de la séance de questions-réponses, le député Oosterhoff a demandé au réalisateur Lee : "Comment avez-vous réussi à obtenir de telles images [montrant des choses que le PCC veut cacher] ?"

Lee a répondu : " C'est le film le plus difficile que j'aie jamais produit, parce que je ne pouvais pas aller en Chine moi-même et Sun Yi ne savait pas comment utiliser la caméra. "

Lee a parlé de la façon dont il a communiqué avec Sun en ligne et l'a entraîné à se servir du matériel vidéo. Il a ajouté : " Au moment du tournage, Sun lui-même était encore en Chine. Il subissait une grande pression et il a pris de grands risques. Beaucoup de spectateurs ont réagi et dit combien ils étaient émus par le courage de Sun. Parce que quels que soient votre passé ou vos croyances, quand vous verrez l'histoire de Sun, je pense que vous serez touché par son courage. "

Réactions du public

Susan Yang, une spectatrice


Susan Yang, membre du Festival international du film asiatique de Toronto, a déclaré après avoir regardé le film : " Le protagoniste du film est une personne très gentille, forte et désintéressée. Après sa libération, il a même aidé d'autres personnes à retrouver leur liberté. Et malgré les épreuves, il est toujours resté ferme dans ses croyances. "

Karen O'Leary, spectatrice

Karen O'Leary, une autre spectatrice, a également été impressionnée par le caractère de M. Sun. Elle a dit : " Il semble être une personne très discrète, mais il a eu la capacité de changer une chose en Chine (abolir le système de rééducation par le travail), ce qui est très difficile à changer. Par conséquent, en toutes circonstances, son cœur va de l'avant. Ainsi, je pense qu'une personne peut transformer le monde, même si le monde est hostile envers elle et sa famille. Mais je pense que son pouvoir est incroyable. "

Paula Liu


" Ce film est vraiment déchirant ", a dit Paula Liu, une autre spectatrice émue par le documentaire." Davantage de gens devraient venir et voir ce que la Chine fait vraiment. Je pense que beaucoup de gens devraient le savoir et aider ceux qui sont persécutés. "

Fondé en 1913, le théâtre Hot Docs Ted Rogers est situé à Toronto, au Canada, et est le plus grand Cinéma documentaire au monde avec ses 650 sièges. Le Festival international du film documentaire du Hot Docs Canada est le plus grand festival du film documentaire d'Amérique du Nord. Lors du 25e Festival du film qui a eu lieu à Toronto en avril dernier, Letter from Masanjia s'est démarqué des 247 documentaires et s'est classé parmi les 20 films préférés du public.


Version anglaise : Documentary “Letter from Masanjia” Screened in Toronto Theater

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.