Un policier devenu pratiquant de Falun Gong se voit injecter une drogue neurotoxique en prison avant sa libération

Deux mois avant sa libération suite à une peine de trois ans et demi de prison pour sa croyance en Falun Gong, M. Gao Yumin s’est vu injecter par les autorités carcérales une forte dose d’une drogue neurotoxique qui a bien failli le tuer.


Six mois après sa libération, M. Gao reste incapable de prendre soin de lui et son intelligence est similaire à celle d'un enfant de trois ans. Des responsables du Comité des affaires politiques et juridiques et du " Bureau 610 " surveillent étroitement sa famille et les ont menacés les dissuadant de divulguer l'épreuve de M. Gao au public.


Selon des personnes au courant de la situation, les autorités détenaient M. Gao à l'isolement et ont ordonné aux détenus de le battre sauvagement après l'injection. M. Gao a commencé à perdre conscience, son corps s'est raidi et il était au seuil de la mort.


La prison l'a emmené à l'hôpital où il est resté inconscient pendant neuf jours. Il avait des hémorragies internes dans tout le corps, ses selles étaient noires et ses membres étaient pris de spasmes.


Lorsque sa famille a interrogé la prison sur le déclin radical de sa santé, la prison a mis en cause sa grève de la faim.


La famille de M. Gao a envoyé un échantillon de son urine pour un test de dépistage de drogues sur la base de l’indication d'un policier qui protégeait secrètement les pratiquants de Falun Gong. Les résultats ont montré que, même plus d'une semaine après l'injection, la concentration de la substance dans son corps était assez élevée pour l'empoisonner.


Les autorités de la prison ont paniqué lorsqu'elles ont entendu parler du test d'urine. Ils ont commencé à négocier avec la famille de M. Gao au sujet d'un règlement financier, à la seule condition qu'ils ramènent immédiatement M. Gao chez eux et qu'ils ne divulguent pas le résultat du dépistage.


La famille de M. Gao a refusé de le ramener à la maison et a insisté pour que la prison fournisse un traitement médical. La prison a alors approuvé son hospitalisation. Sa famille est restée à l'hôpital 24 heures sur 24, craignant qu’on ne fasse davantage de mal à M. Gao.


Lorsque la peine de M. Gao a expiré, la police l'a renvoyé chez lui.


La femme de M. Gao est mentalement malade et incapable de prendre soin de son mari, alors il habite maintenant avec sa mère qui a 80 ans. Ses frères et sœurs ont embauché quelqu'un pour s'occuper de lui.


Du fait de sa croyance, M. Gao a été renvoyé de son travail et n'a aucun revenu. Sa famille se partage le coût de son traitement et de ses frais de subsistance.


La police et le comité de quartier ont obtenu les numéros de téléphone de la famille, leurs numéros d'identification, leurs numéros de plaques d'immatriculation et les surveillent de près.


De persécuteur à pratiquant

M. Gao Yumin travaillait au Département de police de la ville de Fuxin, province du Liaoning, et avait participé à la persécution du Falun Gong. Cependant, au cours de ses interactions avec les pratiquants de Falun Gong, il a été profondément bouleversé par leur gentillesse et leur persévérance, ce qui était complètement à l'opposé de la propagande répandue par le régime communiste.


Après être arrivé à en savoir plus sur le Falun Gong, il a commencé à admirer les pratiquants pour avoir refusé d'abandonner leur croyance malgré la sévère persécution. Pour finir, il a commencé à pratiquer le Falun Gong lui-même.


M. Gao vivait selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance du Falun Gong et a abandonné de nombreuses mauvaises habitudes.


Persécuté pour sa croyance

Inspiré par l'idée de permettre à plus de gens de connaître le Falun Gong et la persécution, M. Gao a commencé à distribuer des documents d'information sur le Falun Gong dans la ville. Le 6 novembre 2013, il a été arrêté alors qu'il distribuait des dépliants et emmené dans un centre de détention.


Là, il a entamé une grève de la faim pour protester contre la persécution et a été soumis à de sauvages passages à tabac, à des gavages forcés et à des infusions d'eau salée.


Après deux mois de mauvais traitements, il est devenu très faible et a été libéré pour raison médicale.


Il a repris sa pratique du Falun Gong chez lui et s'est rétabli en un mois. Le 21 février 2014, il a de nouveau été arrêté et condamné à cinq ans de prison le 14 mars 2014. Il a fait appel et la condamnation a été réduite à trois ans et demi.


Malgré le fait que ses reins, son foie et son cœur étaient défaillants en raison d'une grève de la faim pour protester de la condamnation injuste, il a été emmené à la prison et a continué à endurer de constantes bastonnades et autres tortures.


Anticipant avec impatience son retour, sa famille a été choquée de constater que la prison lui avait injecté une dose de drogue presque mortelle, deux mois seulement avant l'expiration de sa peine.


Voir également :

L’agonie d’un policier remarquable détenu à la prison de Shenyang


Traduit de l'anglais :
Police-Turned-Falun-Gong-Practitioner Injected with Nerve Drug Before Release from Prison

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.