Mes gants ne sont plus nécessaires

Je vis dans la province du Heilongjiang, la province la plus au Nord-Est de la Chine et je suis né dans les années 1960. Le froid de l'hiver m'a dérangé depuis l'enfance. J'ai souffert d'engelures, un gonflement douloureux provoquant des démangeaisons des mains et des pieds.


La plupart des familles vivaient dans la pauvreté quand j'étais jeune. Ma famille vivait dans une petite maison et la température moyenne en janvier était d'environ -9 °F (-23 °C). Trois des quatre murs de la maison avaient du givre, tout comme les fenêtres. Il n'y avait pas de pellicule de plastique disponible, alors nous avions couvert les espaces autour des fenêtres avec du papier, ce qui ne changeait pas grand-chose.


Nous utilisions du chaume pour cuisiner et nous n'avions pas de véritable source de chaleur. Le froid glacial s'infiltrait toujours, rendant mes mains et mes pieds rouges et enflés. Ma mère me faisait porter des gants de coton, mais j'avais toujours des engelures sur mes mains et mes pieds chaque hiver.


Quelqu'un a dit que la soupe de tige d'aubergine pouvait guérir les engelures. Ma mère l'a essayé sur moi, mais cela n'a pas aidé. Ma sœur aînée a suggéré un type de vin médicinal, mais cela n'a pas fait effet non plus.


En conséquence, je prenais toujours bien soin de mes mains lorsque l'hiver approchait. Même quand il faisait seulement un peu froid, je mettais des gants, en commençant par ceux qui étaient minces et je les couvrais avec les plus épais. De plus, je m'assurais que mes mains ne soient pas exposées à l'eau froide ou à l'air. Néanmoins, j'ai eu des engelures chaque année, de l'école primaire au collège, de l'université au travail.


Certains collègues aiment jouer aux échecs pendant la pause déjeuner les jours d'hiver. J'étais intéressé, mais je ne voulais pas prendre le risque. J'aurais été gêné si les autres personnes avaient vu mes mains rouges et enflées. Donc, je portais des gants autant que possible.


En 1997, quelqu'un m'a donné un exemplaire du livre Zhuan Falun. Après l'avoir lu, comme j'étais d'accord avec les principes, j'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa. Un jour, je me suis soudainement rendu compte que je n'étais plus gêné par les engelures. Avant que la pratique ne soit interdite en juillet 1999, nous faisions souvent les exercices en groupe à l'extérieur. Il y avait parfois de la neige et du vent, et la température chutait à plus de -30 °C (-22 °F), mais ça allait bien. Même exposées à l'eau froide ou à l'air, il n'y avait plus aucun problème avec mes mains.

 
En janvier 1999, les pratiquants font les exercices du Falun Dafa dans la ville de Shuangcheng, province du Heilongjiang. Le régime communiste chinois a interdit le groupe à l'échelle nationale six mois plus tard.


J'étais très surpris et heureux. Je n'avais jamais pensé qu'un jour je serais débarrassé des engelures dans ma vie. Maintenant c'est parti et cela ne m'a pas coûté un centime. Je n'ai plus besoin de cacher mes mains et je peux mener une vie normale.


Néanmoins, je porte encore des gants en hiver. Je suppose que je veux inconsciemment avoir les mains couvertes. C'est normal dans le Nord-Est de la Chine de toute façon.


J'ai réalisé l'autre jour que je n'avais pas eu besoin de gants de tout l'hiver, même si le froid allait bientôt partir. J'ai attendu des bus dehors tous les jours et je n'ai jamais eu froid aux mains. C'est un grand changement pour moi.


Je partage mon histoire parce que je veux dire aux gens qu'avec l'aide du Falun Dafa, votre vie peut changer pour le mieux. Cela m'est arrivé et c'est arrivé à des dizaines de millions d'autres pratiquants dans le monde.


Version chinoise :
惊喜

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.