Aider nos membres de famille à comprendre et à soutenir Dafa

Presque tous les membres de ma famille en Irlande sont de fervents catholiques. Tous savent que je suis pratiquant du Falun Gong. En raison d’un respect mutuel, je n’ai jamais eu aucun problème à leur faire accepter ma pratique.


Lorsqu’il arrive que je sois impliqué dans un projet ou un évènement de Dafa, et qu’il y a en même temps une première communion, une confirmation, un mariage, des funérailles, un anniversaire un baptême ou une réunion de famille, je prends le temps de leur expliquer l’importance de l’évènement de Dafa et que je ne peux pas le manquer. Ils comprennent que je me soucie d’eux, reconnaissent l’importance de ce que je fais, et soutiennent mes choix. Ils savent que Dafa est juste.


Dans notre groupe d’étude du Fa, la question de savoir si les pratiquants chinois devraient retourner en Chine pour prendre soin de leurs proches ou des affaires familiales surgit de temps en temps. J’éprouve une grande empathie pour les pratiquants chinois qui ont fui la Chine continentale, et n’ont, pour nombre d’entre eux pas pu voir leurs parents, grand-parents, frères, sœurs, tantes, oncles ou amis depuis de nombreuses années. Leurs enfants n’ont jamais pu rendre visite à leurs grand-parents. Cela peut être vraiment difficile tant pour les pratiquants que pour leurs familles restées en Chine.


D’après les enseignements du Maître, je comprends que pour leur propre sécurité et celle de leur famille, et pour le bien de Dafa et du corps uni, les pratiquants ne devraient pas retourner en Chine durant cette période de grand danger. La tribulation n’a pas pris fin.


Étant un pratiquant occidental, je vous prie de pardonner mon ignorance sur ce sujet. Je suggère que les pratiquants, Chinois ou non, restent en contact; autant qu’il est possible, et fassent l’effort de clarifier les faits à leurs membres de famille qui ne pratiquent pas. Qu’ils leur permettent de savoir pourquoi nous pratiquons Dafa et suivons Authenticité-Bonté-Patience, et les informent de la gravité de la persécution.


S’ils comprennent mieux la situation, dans une situation d’urgence en Chine, ils sauront que nous ne les avons pas abandonnés et que nous nous préoccupons d’eux. Toutefois, ils ne voudraient pas que nous risquions de retourner en Chine sous un tel danger quelles que soient les circonstances.


Telle est mon humble compréhension. Veuillez-je vous prie corriger ce qui nécessite de l’être.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.