Un premier danseur de Shen Yun découvre une signification plus profonde derrière les mouvements
 

Un premier danseur de Shen Yun découvre une signification plus profonde derrière les mouvements

 
Albert Yang, danseur principal pour Shen Yun Performing Arts. (Courtoisie de Shen Yun Performing Arts)

Lorsque Albert Wang interprète à la scène un personnage de l’histoire chinoise, il s’investit complètement dans la recherche de son caractère. Sa personnalité, son histoire de vie, les compétences pour lesquelles il était connu, les poèmes qu’il a écrit – Yang les apprend par cœur, parce que dit-il, les poèmes contiennent ses messages.


En tant que premier danseur pour la compagnie Shen Yun Performing Arts, Yang, 22 ans, s’est entraîné à représenter les psychés intérieures complexes des personnages à travers les seuls mouvement, langage corporel, et expressions faciales.


Héros tragiques, valeureux généraux et poètes mélancoliques – Yang a appris à incarner leur esprit depuis qu’il a rejoint la compagnie des arts de la scène qui se donne pour mission de redonner vie à la culture traditionnelle chinoise à travers la danse et la musique. Shen Yun a été créé en 2006 et comprend cinq compagnies dotées de leur propre orchestre, qui parcourent le monde avec une nouvelle production originale chaque année. En 2009, Yang a été sélectionné et se produit depuis dans le monde entier dans les productions de Shen Yun.


La formation

Il n’a pas été facile d’en arriver là. En 2004, Yang a vu une performance de danse classique chinoise au Canada et a été inspiré par les mouvements gracieux des danseurs. Il a commencé à se former dans la danse, une ancienne forme d’art transmise à travers la cour impériale chinoise et des milliers d’années de théâtre et d’opéra chinois. Cela a été un processus extrêmement difficile, mais Yang n’a pas abandonné.


Lorsqu’il a rejoint Shen Yun, en 2009, il a été témoin de la détermination et du niveau d’autodiscipline des principaux danseurs de la compagnie et en a appris davantage sur ce que signifie la persévérance. Chaque jour, Yang passait parfois jusqu’à dix heures en formation de base et en répétitions, puis il continuait à pratiquer seul.


“La danse classique chinoise a des critères très stricts," explique Yang. De la position de la tête à comment utiliser la force corporelle et à l’expression de l’émotion à travers les gestes, tout exige une formation vigoureuse.

 
Albert Yang interprétant des techniques de la danse classique chinoise durant l’épreuve finale de la Compétition de danse classique chinoise 2014. (Courtoisie de Shen Yun Performing Arts)

Certains jours, il commençait le matin à 9h30 et continuait jusqu’à 23h30. Yang ayant les pieds plats, rester debout pendant de longues périodes de temps était pour lui très douloureux. Exécuter des vrilles était encore plus ardu. Yang conditionnait son esprit à ignorer la douleur, pour surmonter sa faiblesse physique. À travers des années d’entraînement acharné, il a fini par maîtriser la capacité de contrôler chaque muscle de son corps. Ses culbutes, vrilles et sauts impressionnants semblent absolument sans effort.


Yang a découvert que posséder une vaste connaissance de différentes formes d’art vient compléter sa compréhension de la danse. Il lit fréquemment la poésie chinoise pour en saisir le sens du rythme. Il s’est essayé aux esquisses et à étudier les beaux-arts " afin d’avoir un regard différent sur les choses, et de les voir telles qu’elles sont."


La danse lui a aussi appris à mieux apprécier la musique et la nature. Il y a par exemple dans la danse chinoise un mouvement qu’on appelle "une hirondelle vole vers le haut et ramasse de la boue " qui imite les mouvements des oiseaux lorsqu’ils préparent un nid.


Derrière les mouvements, une signification plus profonde

Mais avoir la capacité d’entrer en résonance avec le public demande un autre niveau complet d’expression artistique. Les tournées avec Shen Yun ont enseigné à Yang la signification de son art.


“Danser n’est pas seulement devenu une présentation sur scène de l’art traditionnel, " dit-il. " Il s’agit davantage de faire revivre ce qui est véritablement humain, et ce qu’est la véritable beauté." Les programmes de Shen Yun présentent une esthétique et des valeurs ancrées dans la spiritualité, vierges des excès de la société moderne.


Ayant grandi au Canada, Yang ignorait tout des riches traditions de son patrimoine chinois pas plus qu’il ne comprenait comment le Parti communiste chinois a détruit une grande partie de cette culture en Chine, à travers des campagnes telles que la Révolution culturelle qui se sont produites dans les années 1960 et 1970.

 
Albert Yang en Zhuge Liang, homme d’état chinois lors de la période des Trois Royaumes de la Chine (2ème siècle A.D.), dans un numéro appelé “Emprunter les Vents de l’Est,” lors de la compétition Internationale de danse classique chinoise 2014. Il a remporté un prix d'argent pour sa performance. (Courtoisie de Shen Yun Performing Arts)

Après avoir rejoint Shen Yun, Yang a appris que dans les récits historiques, le protagoniste – le gentil- rencontre toujours un conflit, mais à la fin, il trouve un moyen de le résoudre. Yang a pris conscience que le public, en regardant la performance, peut apprendre des actions des personnages, comment se sortir des moments de désespoir. " Vous devez connaître le pardon : votre cœur reste impassible lorsque vous faites face au danger, et vous maintenez vos propres valeurs. Voilà comment vous dépassez la difficulté. "


Pour la Compétition de danse classique chinoise 2016 organisée par la Télévision New Tang Dynasty, Yang a interprété le personnage de Qu Yuan, l’ancien poète chinois et ministre qui a été calomnié par ses ennemis politiques et en conséquence banni de la cour. Il est demeuré loyal à son roi jusqu’à la mort. Yang a remporté le prix de bronze en division adulte pour sa performance.


Yang canalise sa passion pour la danse en quelque chose au-delà de la simple beauté des mouvements. “Lorsque vous entendez des spectateurs dire ‘C’est un message d’espoir, c’est de l’art véritable, c’est l’espoir du futur, [les danseurs de Shen Yun] raniment la société, c’est ce dont la société a besoin,’ cela en vaut la peine.”


Un véritable artiste

Devenir un grand artiste demande de la force de caractère. D’abord, on doit avoir l’humilité d’accepter les critiques sans réserve, afin de pouvoir constamment s’améliorer et se parfaire soi-même. À Shen Yun, les professeurs de danse et les autres danseurs se font souvent mutuellement des retours : ce mouvement-ci pourrait être mieux exécuté, ce mouvement là ne semble pas aller...


Il faut aussi avoir “un désir de partager ce que vous avez, vos expériences" précise Yang. "Vous devez être altruiste." Les danseurs de Shen Yun s’enseignent mutuellement lorsque l’un ou l’autre est bloqué quelque part, et travaillent ensemble à résoudre les conflits. Yang attribue l’impeccable synchronisation de la compagnie sur scène au soutien mutuel sincère qu’ils s’apportent entre eux.


Yang trouve qu’il lui reste encore beaucoup à apprendre. “ 'L‘art n’a pas de limite,’ dit le dicton, donc il reste encore un long chemin à parcourir.”


Il espère continuer à danser encore longtemps. “Vous n’êtes jamais trop vieux,” dit-il “[aussi longtemps que] vous maintenez le même cœur,” votre passion pour l’art.


Source : Epoch Times

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.