Un stand d'information avec signature de pétition sur le parvis des Droits de l'homme à Bordeaux

Le 9 décembre, veille de la Journée internationale des Droits de l’homme, des pratiquants de Falun Gong de Bordeaux ont mis en place un stand sur le Parvis des Droits de l'Homme, afin d'informer les passants de la persécution des disciples de Dafa en Chine, avec signature de pétition.


De nombreux échanges suivis de signatures ont eu lieu avec des personnes bouleversées d'apprendre ce que subissaient les disciples de Dafa en Chine, notamment le prélèvement forcé d’organes, sous l'autorité du Parti communiste chinois (PCC).


 
 

Un avocat qui est resté longtemps à discuter sur le sujet est reparti avec un dossier complet sur ces événements continuant à sévir en Chine ; il a fait part de son souhait de partager l'information avec le plus grand nombre possible de ses collègues et connaissances.


Un grand nombre de touristes espagnols se trouvaient à Bordeaux et des groupes entiers (parfois 20 personnes), ont signé


Rappel des faits

La discipline traditionnelle du Falun Gong a été rendue publique en 1992 et s'est rapidement propagée à travers toute la Chine pour ses effets bénéfiques sur la santé et la moralité. En 1999, près de cent millions de personnes la pratiquaient en Chine.


Par jalousie et peur de perdre le contrôle, Jiang Zemin, alors à la tête du Parti communiste chinois (PCC), lançait en 1999, ignorant les autres membres du comité permanent du Politburo, la répression violente du Falun Gong.


La persécution a entraîné la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong ces 18 dernières années. Davantage ont été torturés pour leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable d’avoir initié et poursuivi la persécution brutale.


Sous sa direction personnelle, le PCC a créé le 10 juin 1999 le "Bureau 610", un organe de sécurité extra-légal. Ignorant les forces de police et le système judiciaire l’organisation exécute la directive de Jiang s’agissant du Falun Gong : ruinez leurs réputations, épuisez-les financièrement et détruisez-les physiquement.


Le PCC est allé jusqu’à diriger le prélèvement forcé d’organes à vif sur des prisonniers d’opinion du Falun Gong, ce pour de gros profits. En raison de la censure de l’information, le nombre exact de pratiquants morts sous la persécution reste à ce jour impossible à évaluer.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.