Cultiver lors de la promotion de Shen Yun

Vénérable Maître,
Chers compagnons en cultivation,


J'ai connu le Falun Dafa en 2004. Au début, j’ai senti que le Maître me poussait en avant, j'avais l'impression d'avoir trouvé ce que je cherchais. Mais pendant les premières années de ma
cultivation
dans Dafa, je ne comprenais pas que la cultivation consistait à regarder en soi et cultiver sincèrement son cœur et pour cette raison j'ai eu de grandes difficultés.


Comment j'ai trouvé mon attachement fondamental


Ma situation est depuis longtemps ce que le Maître a décrit dans : “Enseignement du Fa à la conférence de Fa de New York 2015” :

En réalité, strictement parlant, en apparence on ne voit pas comment sont les pratiquants. Bien sûr ils font les choses de Dafa, ce que les autres voient c’est l’apparence, mais en réalité les attachements dans le cœur de beaucoup de personnes sont invisibles pour les autres. Beaucoup de choses qu’ils n’arrivent pas à abandonner sont également dissimulées assez profondément, ils savent que ces choses-là sont mauvaises, ils ont peur que d’autres le sachent, si d’autres l’apprennent ils sont embarrassés, mais en tant que pratiquants ils n’y accordent pas non plus d’importance, ils n'arrivent pas à les éliminer sérieusement, à reconnaître le problème, à bien faire.


Dès le début, j'ai participé à des activités pour clarifier la vérité. En regardant en arrière, je vois que le désir de me valider, le désir de faire les choses et la jalousie étaient très forts. Même lorsque je faisais des erreurs et que je savais que j'avais tort, je n’arrivais pas à le reconnaître et à m'excuser. Je savais que quelque chose n'allait pas, mais je ne comprenais pas ce qu'était, être honnête et cultiver. J'étais souvent confuse parce que je ne pouvais pas reconnaître les principes du Fa, avoir un critère pour décider quoi faire et comment bien me comporter.


Je sentais la puissance de Dafa et son pouvoir miraculeux. Au cours des activités pour clarifier la vérité, je sentais la compassion du Maître et dans mon cœur je désirais cultiver et sauver les êtres. Mais cela rendait les choses plus compliquées, car j’avais de la difficulté à reconnaître que mon intention fondamentale n'était pas pure.


À cause de mon état d’esprit, les conflits avec les pratiquants autour de moi augmentaient de plus en plus jusqu'à ce que je me retrouve toute seule. Ce que j'avais craint, être «exclue», incapable de faire les choses, est arrivé. Je n'avais plus de nouvelles d'autres pratiquants, plus personne ne me parlait. Au début, je me sentais mal à cause de cet isolement. Je voyais toujours les choses à travers ces attachements, alors j'étais confuse, je continuais à regarder à l’extérieur, je me sentais injustement traitée. Je n'avais pas d'emploi et j'avais de graves manifestations de karma de maladie. J'étais effrayée du fait que je n'avais pas d'autre environnement que celui des gens ordinaires.


J'ai continué à étudier le Fa et à chercher des moyens de clarifier la vérité, mais c’était très difficile d'être diligente. Au fond de mon cœur je sentais une dimension calme et pure, comme si une partie de moi était ancrée dans Dafa et pouvait le percevoir, mais au fond de mon cœur, je savais aussi que la chose la plus difficile était de trouver la détermination de vraiment le faire. Dans la neuvième leçon de Zhuan Falun, le Maître a dit :

" Il est très difficile de réaliser tout cela, c’est pourquoi il ne suffit pas de souhaiter atteindre ces objectifs pour y arriver. C’est seulement lorsque le xinxing et le De d’une personne se seront élevés grâce à la cultivation qu’un tel but pourra être atteint. "


Plusieurs fois, j'ai demandé au Maître de m'aider à comprendre comment cultiver réellement. J'ai commencé à mémoriser le Fa tous les jours et cela m'a beaucoup aidé. Plus j'étudiais, plus je me sentais immergée dans le Fa et plus j’étais capable de m'évaluer selon le Fa. Parfois, dans une phrase, j’avais de profondes compréhensions qui me paraissaient immenses. Je sentais que le Maître m'encourageait en me révélant des merveilles du Fa. Pas à pas, sans m’en rendre compte, j'ai commencé à voir cette situation de l'extérieur, comme un moment dans la cultivation. La situation s’est simplifiée. Ce n'était plus une tribulation qui me frappait, mais une épreuve à surmonter dans ma cultivation. Comme c’est écrit dans la septième leçon de Zhuan Falun :

En particulier, pour vous, pratiquant de gong, quelques malheurs sont arrangés à différents niveaux pendant la cultivation et la pratique ; en fait, c’est votre propre karma, ce sont vos propres infortunes qu’on place aux différents niveaux pour vous permettre de vous élever. Tant que vous élèverez votre xinxing, vous serez capable de les surmonter. "


J'ai appris à m’examiner et à reconnaître mes erreurs, la rancune a disparu et je peux me mettre à la place des autres et être attentionnée envers eux. Auparavant le karma de pensée était toujours fort, mais maintenant, je peux nier ces pensées dictées par mes attachements.


Dans le passé, avec la rancune, j'étais jalouse des autres pratiquants au point d’être contente de leurs échecs. Maintenant, je peux nier ces pensées et reconnais du fond du cœur qu'elles ne sont pas moi et que j’ai le pouvoir de les éliminer. J'ai ressenti un grand soulagement quand je me suis aperçue que je pouvais voir le bon côté des pratiquants. J'ai également commencé à émettre des pensées droites pour soutenir leurs projets que je pouvais suivre sur l’Internet.


Souvent, j'étais encore confuse parce que j'étais seule et qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas, mais j'étudiais le Fa. Je me suis également rendue compte qu'il n'y avait pas de conditions dans la cultivation, il fallait bien faire les trois choses. Je suis allée sur les marchés ou dans les petites villes pour distribuer les dépliants et recueillir des signatures sur la pétition, j'ai pensé que si je voulais sauver les gens, le Maître approuverait ce que je fais. Cette situation a duré plus de deux ans. Au cours de ce processus, j'ai surmonté le karma de maladie et j'ai également trouvé un travail stable.


Il y a aussi eu une occasion de tester mon état. Une pratiquante à l'étranger m'a demandé de coopérer à un projet. J'ai tout de suite accepté, encore un peu poussée par ce désir de faire. Mais je me suis rendue compte que je ne me comportais pas correctement. Je ne voulais pas suivre mon attachement, mais agir comme une pratiquante. J'ai donc écrit à la coordonnatrice de ce projet en lui expliquant honnêtement mon isolement et les raisons tout en lui disant que si elle pensait que je ne pouvais pas participer, çà irait et j’accepterais sa décision.


Elle a répondu en m'encourageant et en m'incluant dans le projet. J'ai senti que quelque chose avait changé à l'intérieur de moi. J'avais laissé tomber cet attachement à moi-même et à mes désirs et j'étais capable d’être sincère, de finalement lâcher prise. J'ai enfin compris ce que signifie d'agir avec droiture.


Avant de commencer le projet, la pratiquante qui m'avait impliquée m'a prévenue qu'il faudrait maintenir un bon état de cultivation pour pouvoir bien faire. J'ai pris ses conseils à cœur. Pendant toute la durée de ce projet, j'ai beaucoup étudié le Fa et, chaque fois qu'il y avait une difficulté ou un malentendu, j'ai essayé d'être honnête et de regarder à l'intérieur.


En écrivant ce souvenir, ça me semble à présent une petite chose. Mais à ce moment-là, c'était le processus dans lequel je sentais que j'avais abandonné mon attachement fondamental et suis devenue une pratiquante. Je suis très reconnaissante au Maître et à ces pratiquants de m’avoir aidée et offert et de cette opportunité.


À ce moment-là, j’allais au parc tous les matins avant le travail pour la pratique. Un matin, je faisais le deuxième exercice et j’ai vu comme un faux moi qui sortait de mon corps. C'était comme si ce faux moi avait été un masque qui m'avait forcé à jouer un rôle pour obtenir ce que je voulais. J’ai senti que ces désirs étaient vraiment inutiles et bizarres. Je me sentais légère et c'était comme si je pouvais percevoir mon vrai moi pour la première fois. Maintenant, je peux être honnête et admettre mes erreurs sans le cacher. J'ai senti dans mon cœur que tout peut être résolu avec la cultivation, en ayant confiance dans le Maître et le Fa.


Ensuite, les choses ont changé. J'ai partagé avec le coordinateur principal de ma région et je me suis excusée pour mon comportement passé. Je n'avais aucune plainte, je voulais juste partager honnêtement. Afin de pouvoir recommencer à cultiver avec les autres pratiquants, presque comme si rien ne s'était passé.


Cultiver lors de la promotion Shen Yun

Retourner parmi les pratiquants n'a pas été une chose simple. J'avais appris la leçon et je savais que je devais faire attention à ne rien vouloir, laisser les choses se produire naturellement. Mais il y avait un obstacle dans mon cœur que je devais encore abandonner: j'ai toujours senti que les autres avaient une mauvaise opinion de moi.


Cette notion était si forte qu'elle créait vraiment des situations illusoires que je ne pouvais pas toujours reconnaître tout de suite. Il y avait plusieurs attachements impliqués comme la peur d’être incomprise, le désir d'être apprécié, la peur de souffrir à nouveau. Quand j'ai identifié ces illusions autour de moi, j'ai eu la claire impression qu'il y avait des êtres dans d'autres dimensions qui profitaient de mes faiblesses. Je sentais presque leur présence et cela m'a aidé à me tenir sur mes garder.


Peu de temps après, la promotion de Shen Yun à Milan a commencé et j'ai pu participer à la distribution dans la ville. S’agissant de l’organisation du travail, chaque fois nous faisions équipe avec un pratiquant différent, cela m'a donné l'occasion de partager la cultivation avec de nombreux pratiquants et d'apprendre d'eux. C'était un moment très précieux pour moi.


Mais à cause de mon attachement et de ma peur de l'opinion négative des autres, il y avait des pratiquants qui ne me parlaient pas ou des situations difficiles à gérer. J'essayais de nier cette façon de penser, mais quoiqu’il en soit çà me faisait peur.


Vers la fin, quelques jours avant les représentations, l’épreuve que je craignais s’est produite. Dans le programme de distribution et celui pour les centres commerciaux, sans que personne ne me dise quoi que ce soit, mon nom avait disparu. Je me suis sentie mal, mais la première pensée fut que c’était une épreuve, une illusion. J’ai pensé que quoi qu’il en soit, j'irais à Milan pour soutenir les compagnons de pratique et la promotion de Shen Yun, je trouverais un moyen de rester là-bas et d'émettre des pensées droites. J'étais prête à accepter sans réserve toute décision qui avait été prise.


Le lendemain, ils m'ont donné une nouvelle tâche et m'ont dit qu'il y avait eu une erreur. C'était la dernière fois que cet attachement m’a créé des problèmes. Depuis lors, l'idée que les autres ont une mauvaise opinion de moi a disparu.


Comme le Maître a dit dans: “Enseignement de la Loi lors d'une réunion de The Epoch Times " :

’L'apparence naît du cœur’, il y a là un autre niveau de signification, c’est que vous lui donnez une position élevée en vous considérant vous-mêmes tout petit. Ne considérez pas ces choses elles-mêmes comme extraordinaires, sauver les gens est une affaire tellement grande, faites ce que vous devez faire, ayez l'esprit tranquille, ne vous en faites pas si vous rencontrez ou entendez des choses qui ne vont pas selon vos souhaits et qui ne vont pas comme vous voulez, faites bien ce que vous avez à faire ouvertement et dignement. Quand vous n’êtes ni perturbés, ni entraînés par ce qui est pervers, il ne naîtra chez vous aucun facteur mauvais, la perversité deviendra alors insignifiante, vous-mêmes deviendrez hauts et grands, la pensée droite sera puissante. C’est vraiment comme ça. "


Cette année, j'ai participé à la coordination de SY à Milan pour la distribution. Les années précédentes, dans le modèle d'opération de promotion de SY, il y avait une répartition des tâches entre la distribution et les relations publiques, qui fonctionnaient de manière distincte l’une de l’autre. Cette année, le coordinateur de la distribution a proposé une nouvelle approche qui nécessitait une coopération étroite entre les deux sections.


Nous avons cherché des contacts et avons planifié le travail, mais lors de la première réunion sur Sonant avec les pratiquants des relations publiques, il y a eu une tension comme si les deux départements étaient en compétition, mais je n'ai pas compris ce que nous avions mal fait.


Pour résoudre la situation, une réunion a été organisée pour en discuter en personne. Au cours de la réunion, j'ai compris que la nouvelle approche créerait des difficultés aux pratiquants des relations publiques et que nous ne les avions pas pris en considération. Nous avions seulement pensé aux besoins de l'équipe de distribution, sans penser aux autres et à leurs difficultés. Après avoir discuté, tous les pratiquants impliqués ont réellement regardé à l'intérieur et cela a aidé à dissoudre les tensions. J'ai été touché par le sens de responsabilités et les pensées droites de mes compagnons de pratique. Finalement, les pratiquants des relations publiques ont accepté la nouvelle approche sans restrictions, même si cela exigeait un travail exigeant pour réorganiser le travail des pratiquants concernés.


Nous avons créé une base de données avec tous les contacts pour les appels téléphoniques et les appels ont été distribués entre les pratiquants. Plusieurs d'entre eux n'avaient aucune expérience mais ont reçu une formation et une aide. Chaque jour, je voyais leur travail sur la feuille à cet effet et c'était comme voir leur processus de cultivation. J'ai vu leurs difficultés et leurs progrès, le cœur et les sacrifices des pratiquants qui les aidaient à faire mieux et les encourageaient. Je sentais que c'était un environnement pur où tout le monde faisait de son mieux avec le désir d'aider le Maître à sauver les êtres.


En écrivant ce partage, je comprends encore mieux que je dois chérir cette occasion de cultiver avec les disciples de Dafa. Dans le passé, aveuglée par le désir de me valider et mes désirs humains, je ne pouvais pas percevoir le côté pur et sacré de l'environnement de la cultivation. Grâce au Maître et aux compagnons de pratique, j'ai compris que faire un seul corps provient de la cultivation sincère de notre cœur et de la foi dans le Maître et dans le Fa.


Veuillez je vous prie souligner tout ce qui serait inapproprié dans ce que j'ai partagé.


[Soumis à l'occasion du Fahui européen 2017 à Paris]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.