Condamnations et encouragements du monde politique au rassemblement du Falun Gong place de la Bourse à Paris

Les pratiquants de Falun Gong de plus de trente pays d’Europe se sont retrouvés l’après-midi du samedi 30 septembre 2017 Place de la Bourse à Paris. Le rassemblement entendait alerter l’opinion sur plus de dix-huit ans de cruelle persécution à l’encontre des pratiquants de Falun Gong innocents en Chine, et appeler à y mettre fin.


 
Alain Tong, président de l’Association Falun Dafa France, s’exprime au rassemblement.

Alain Tong a rappelé le principe Authenticité-Compassion-Tolérance guidant la pratique du Falun Gong. Expliquant sa propagation rapide, depuis sa transmission publique en 1992, à travers toute la Chine en raison de ses effets positifs sur la santé et la moralité.

En 1999, Jiang Zemin, alors chef du Parti communiste chinois, jaloux de la popularité du Falun Gong et craignant de perdre le contrôle sur la population, lançait la violente répression du Falun Gong.

Compte tenu de la censure de l’information par le régime, le nombre exact de pratiquants ayant perdu la vie sous la persécution est à ce jour inconnu.

Tong a appelé les gouvernements démocratiques, les organisations non-gouvernementales, les journalistes, et tout un chacun à s’efforcer ensemble de mettre fin à la persécution.


 
Prestation du groupe des tambours de taille du Falun Gong Place de la Bourse à Paris le 30 septembre 2017


Expressions de soutien du monde politique et associatif

 
Françoise Hostalier, ancien Ministre et ancien députée exprime son soutien au rassemblement

Françoise Hostalier, ancien Ministre et ancien députée, était venue apporter son soutien aux efforts pour mettre fin à la persécution :

" Aujourd’hui en Chine, des dizaines de milliers de personnes sont menacées, emprisonnées, torturées, condamnées à des travaux forcés, empêchées de travailler, mutilées, assassinées, uniquement parce qu’elles pratiquent le Falun Gong ! Il n’est pas ici question de conflit politique, il n’est pas question d’atteinte à la sureté de l’état chinois, il n’est pas question de risque de coup d’état… il est question de la pratique pacifique d’exercices traditionnels et millénaires qui permettent individuellement aux personnes qui les pratiquent d’obtenir un meilleur bien-être…

" Je voudrais que les autorités chinoises d’aujourd’hui reconnaissent qu’il s’agit, j’emploie un euphémisme, d’un dramatique malentendu…

Personne ne peut nier aujourd’hui la réalité des persécutions, des arrestations, des tortures, des assassinats et surtout de cette horrible pratique des prélèvements d’organes sur des personnes vivantes, auxquelles se livrent les autorités chinoises …

" Je m’adresse aux dirigeants chinois, actuels et futurs : je vous le demande solennellement, libérez les pratiquants du Falun Gong emprisonnés ou incarcérés dans des hôpitaux psychiatriques, laissez aux citoyens chinois la liberté de pratiquer la religion de leur choix. Cessez cette répression inqualifiable et ces pratiques odieuses.

Mme Hostalier a conclu son discours en encourageant les pratiquants de Falun Gong à poursuivre leurs efforts :

" Ne lâchez rien ! Vous êtes ici la voix des sans voix, vous êtes la petite lumière qui indique le chemin pour que justice soit faite. Grâce à vous, la justice et la liberté vaincront ! "a-t-elle dit.


Eric Alauzet, et Jean-Marie Semier, tous deux membres de l’Assemblée nationale, ont envoyé respectivement des lettres de solidarité au rassemblement et appelé le gouvernement français à suivre la Résolution européenne et à condamner le PCC pour ses crimes.

" Sur tout le territoire chinois, a été organisé un système de prélèvements forcés qui rapporte chaque année à ses instigateurs l’équivalent yuan de plusieurs milliards d’Euros, et coûte la vie à des dizaines de milliers de personnes. " déclarait Eric Alauzet dans sa lettre.

" Aussi, à l’occasion de votre grande marche le 30 septembre à Paris, je tiens à vous exprimer toute ma solidarité.

"Je comprends l’émotion que provoque l’horreur des prélèvements d’organes non consentis. Je comprends vos craintes et vos inquiétudes. La France, patrie des droits de l’Homme, doit avoir un comportement exemplaire à ce sujet et s’inscrire dans la droite ligne de l’UE qui a condamné ces pratiques par une résolution en 2013 et plus récemment par la Déclaration écrite WD48. Par sa résolution, l’UE demande en effet à ses Etats membres de soulever la question du prélèvement d’organes en Chine, leur recommande de condamner publiquement les abus en matière de transplantation d’organes ayant lieu en Chine et les appelle à poursuivre en justice les personnes ayant pris part à ces pratiques."


Jean-Marie Semier condamnait les atrocités de prélèvements forcés d’organes et encourageait les pratiquants à poursuivre leur " belle résistance pacifique" :

" Je comprends votre inquiétude sur l’horreur des prélèvements d’organes sur des prisonniers non consentants en Chine. De telles pratiques sont abominables. Elles doivent être dénoncées par la France, Patrie des Droits de ’Homme, et par l’Union Européenne dont le message pèse à travers le monde.

" Toutes les contributions sont utiles : Continuez à agir, à vous mobiliser, à vous réunir chacun à votre niveau. Ne reniez jamais vos valeurs. Vous conduirez ainsi votre belle résistance pacifique à la lumière." déclarait- il dans sa lettre.


L’ONG Agir pour les droits de l’homme, en la personne de Marie-Françoise Lamperti, a également envoyé une déclaration au rassemblement, mentionnant notamment :

"Agir pour les Droits de l’Homme lance un appel au Président de la République française Emmanuel Macron, soucieux de l’avenir de l’Europe pour qu’il use de l’influence de la France, pays des Droits de l’Homme afin que les États membres de l’Union européenne œuvrent jusqu’à l’arrêt de ces pratiques illégales, barbares et meurtrières."


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.