Slovaquie: un enquêteur explique au Parlement que l'"Exposition Body" expose probablement des prisonniers exécutés

David Matas, avocat canadien et nominé pour le Prix Nobel, qui enquête sur le prélèvement forcé d'organes dans les prisons chinoises, a visité la Slovaquie du 4 au 6 septembre. Dans plusieurs interviews de médias, il a parlé de l'"Exposition Body" à l'affiche à Bratislava depuis août.


M. Matas a déclaré à plusieurs reprises que le problème avec ces expositions est que la source des corps n’est pas claire. La même chose est vraie des organes disponibles pour la transplantation en Chine. Voici déjà longtemps qu’il enquête sur la transplantation d'organes en Chine, et, selon ses conclusions, la majorité des organes pour les greffes viennent principalement des prisonniers d'opinion, principalement des pratiquants de Falun Gong, mais aussi des Ouïgours, Tibétains et Chrétiens. L'exposition Body fait alors partie du même problème que le prélèvement forcé d’organe sur des prisonniers, mais à une moindre échelle

Un article dans un des principaux journaux slovaques en ligne le 6 septembre 2017 "un avocat canadien: des prisonniers de conscience assassinés exposés dans la salle d'exposition Incheba.”

Reportage : "La Chine a mis en place une usine d'organes. Le nombre de victimes est en augmentation .”

Mardi, l'Université St. Elizabeth des Sciences sociales et de la Santé à Bratislava a accueilli une présentation par M. Matas du lien entre les «expositions Body » et les abus de transplantation en Chine. Une discussion a suivi.


La plupart des 30 personnes qui ont assisté à l'événement, y compris des représentants du Conseil médical slovaque, ont été perturbés d'entendre l’information présentée par M. Matas et ont exprimé leur volonté d'aider.


Conférence et discussion à l'Université St. Elizabeth des Sciences de la santé et sociales à Bratislava..

Mercredi, le rapport de M. Matas a été présenté au Conseil national de la République slovaque. La présentation a été suivie par 10 membres du Conseil national, y compris Juraj Droba, Peter Osusky, Erika Jurinova, Jana Ciganikova, Milan Laurencik, Anna Veresova, Ondrej Dostal, Marek Krajci, Eduard Heger, et Alan Suchanek.

Le rapport de M. Matas a été présenté au Conseil national de la République slovaque..

Les conseillers municipaux ont été préoccupés d'apprendre de M. Matas que les corps dans l'exposition pourraient être ceux de prisonniers d'opinion de la Chine. Compte tenu de ses expériences dans d'autres pays, ils lui ont demandé comment prévenir efficacement ces expositions.


M. Matas a dit : " Faites quelque chose. Faire quelque chose est mieux que rien. " Selon lui, ce qui est le plus efficace est de se concentrer sur l'existence d' un consentement vérifiable du défunt. Il a mentionné la République Tchèque, qui a récemment adopté une législation qui exige le consentement vérifiable du défunt, donné de son vivant, avant qu’une telle exposition soit tenue.


En réponse aux informations publiées lors de la visite de Matas à Bratislava, un rassemblement a eu lieu le jeudi 14 septembre, devant l'ambassade de Chine à Bratislava.


L'objectif était d'attirer l'attention sur le fait que les pratiquants de Falun Gong en Chine sont tués pour leurs organes, ainsi que pour la plastination de leur corps pour de telles expositions de corps.


M. Ondrej Dostal, membre du Conseil national de la République slovaque, a participé au rassemblement pour montrer son soutien aux efforts des pratiquants pour exposer les faits au sujet de l'exposition de corps et du prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine.


Rassemblement devant l'ambassade de Chine. M. Ondrej Dostal, membre du Conseil national de la République slovaque, est le premier à gauche.


Version anglaise :
Slovakia: Investigator Explains to Parliament that “Body Exhibit” Likely Displays Executed Prisoners

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.