Contourner la censure de l’Internet en Chine

De nos jours, de nombreuses personnes tirent leurs informations de l’Internet et ne peuvent même imaginer vivre sans être connectées. Tant d’informations sont disponibles aux bouts de nos doigts. Cependant, l’Internet n’est pas libre et disponible en Chine comme c’est le cas dans le monde Occidental.


Plus de 700 millions de personnes utilisent l’Internet en Chine. Cependant, le gouvernement Chinois exerce plus de contrôle sur son utilisation que la plupart des pays. Le gouvernement non seulement bloque les sites web mais également contrôle l’accès des gens à l’Internet. La combinaison des mesures législatives et technologiques est connue comme étant le ‘Great Firewall of China’ (GFW). (Grand Pare-feu de Chine).


Censure de l’information sous le régime communiste

Cacher l’information au public est une pratique courante sous le pouvoir communisme, pas seulement en Chine. Par exemple, l’accident nucléaire le plus désastreux qui a eu lieu dans l’histoire s’est produit à Tchernobyl en 1986. L’Union Soviétique n’a pas publiquement admis l’accident pendant presque trois jours après qu’il ait eu lieu. Même les fonctionnaires locaux n’ont pas été informés de la gravité de l’accident. La libération de matières radioactives a affecté non seulement l’Union Soviétique mais également les pays voisins, y compris la Suède, la Finlande, la Grèce, l’Italie et d’autres.


Sur les approximativement 600 000 " liquidateurs " qui ont été engagés dans le nettoyage de Tchernobyl, à peu près 50 000 se sont vus demander de travailler en tant que " bio-robots ", dans des conditions où les taux de radiations étaient si élevés que les robots électroniques cessaient de fonctionner. Beaucoup d’entre eux sont morts. Sous le régime Soviétique, l’étendue des problèmes de santé liés aux radiations a systématiquement été occultée.


De manière similaire, le SRAS a fait son apparition pour la première fois en Chine en novembre 2002, mais les fonctionnaires du gouvernement chinois n’en ont informé l’Organisation Mondiale de la Santé qu’en février 2003. Le temps que l’OMS prenne des mesures, plus de 500 décès et 2 000 cas additionnels s’étaient déjà déclarés dans le monde. De nombreux professionnels de la santé dans les pays affectés ont risqué leurs vies en traitant des patients et en essayant de contenir la contagion.


Lors du séisme du Sichuan en 2008, plus de 90 000 personnes ont perdu leurs vies. Il a été estimé que 9 000 écoliers sont morts lors de l’effondrement de leurs salles de classes à cause de la piètre qualité de la construction de leurs écoles. Cependant, le gouvernement Chinois a emprisonné les militants en rapport au séisme et a imposé le silence aux médias car les parents réclamaient justice au regard des écoles qui s’étaient effondrées.


Parce que le gouvernement chinois contrôle tous les organes de presse, les faits sont souvent cachés au public. Toute tentative visant à contourner la censure de l’information peut avoir des conséquences dévastatrices.


Le 5 mars 2002, plusieurs pratiquants de Falun Gong de Changchun ont dérivé des câbles TV dans les villes de Changchun et de Songyuan pour diffuser les vidéos " Falun Dafa dans le monde " et " Faux feux ". Cette action visant à contrer la propagande de haine du gouvernement est considérée comme la première fois où les pratiquants du Falun Gong en Chine ont contourné avec succès la censure des médias.


Au lendemain de cette brèche, 5 000 pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés, et au moins six sont morts en garde à vue policière. M. Liu Chengjun, l’un des principaux participants, est mort en prison plus d’un an plus tard, après avoir été brutalement torturé.


Grand Pare-feu de Chine (GFW)

Il n’est pas surprenant que le gouvernement Chinois voit l’Internet comme une menace potentielle pour son contrôle sur ses citoyens. Le GFW a été créé pour censurer en Chine le contenu en ligne. Il bloque des sites internet sélectionnés, filtre par mots-clés les recherches initiées par les ordinateurs localisés en Chine, et requiert des fournisseurs d’accès Internet internationaux de stocker les informations personnelles de leurs clients résidant en Chine. Les représentants du commerce américains ont déclaré : " Le filtrage par la Chine du trafic Internet transfrontières représente une charge significative pour les fournisseurs étrangers. "


Selon une étude de Harvard, au moins 18 000 sites internet sont bloqués en Chine continentale, y compris 12 des 100 meilleurs sites web mondiaux. Les sites qui se concentrent sur certains sujets politiques sont souvent censurés. Certains sites web sociaux parmi les plus populaires sont complètement bloqués, comprenant Gmail, Google, YouTube, Facebook, et Instagram.


L’un des objectifs du GFW est de limiter et de surveiller les activités en ligne des internautes. Les fournisseurs d’accès Internet subissent des pressions pour leur faire identifier et empêcher la transmission d’information que le gouvernement considère répréhensible.


Ces dernières années, de plus en plus de Chinois tentent d’obtenir des informations non filtrées en provenance du monde extérieur en contournant la censure de l’Internet. Beaucoup utilisent des logiciels qui se connectent à un proxy à l’étranger pour contourner le pare-feu.

Voici une façon de faire pour télécharger un tel logiciel :

1. Utilisez un compte e-mail en dehors de Chine et envoyez un e-mail à freeget.one@gmail.com ou xiazai@upup.info avec un objet et contenu de votre choix (pas vides)
2. Vous recevrez une réponse dans les 10 minutes avec plusieurs sites à partir desquelles télécharger le logiciel
3. Décompressez le fichier zip et suivez les instructions incluses.

Traduit de l'anglais :
Overcoming Internet Censorship in China

Version chinoise :
翻墙改变生活

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.