La police de la sécurité intérieure dans la province d'Anhui torture les pratiquants de Falun Gong détenus

Plusieurs pratiquants de Falun Gong ont été illégalement arrêtés par Jiao Yafeng (chef de la division de sécurité intérieure de la ville de Bozhou), le chef adjoint Shi Xinmin, le policier Jiao Yafeng et d'autres policiers le 12 octobre 2013.


Les pratiquants ont été torturés dans une salle d'interrogatoire souterraine du département de police du district Zhancheng à Bozhou.


La torture de M. Li Haifeng

M. Li Haifeng, qui est aveugle, a été soumis à de nombreuses méthodes de torture sur une période de trois jours.


La police a fouetté son visage avec une ceinture en cuir pendant au moins 30 minutes. Ensuite, ils ont attaché ses bras derrière son dos dans une position constrictive et douloureuse pendant une demi-heure -répétant trois fois le processus.


Les policiers ont introduit de force de l'huile de moutarde dans le nez de M. Li à l'aide d'un entonnoir. Il a perdu plusieurs fois connaissance parce qu'il ne pouvait plus respirer. Les policiers ont versé de l'eau froide sur lui pour le ranimer, puis ils ont continué à verser l'huile dans ses voies nasales 12 fois de plus.


Son visage a été étouffé avec une serviette humide couverte d'huile de moutarde. Dès que M. Li prenait une grande respiration, ses voies nasales, sa bouche, et ses poumons étaient gravement irrités par l'huile.


La police, utilisant des gants en caoutchouc, a frotté brutalement les testicules de M. Li avec de l'huile de moutarde.


Alors qu'il était torturé, il a entendu les cris d’une pratiquante dans la salle d'interrogatoire à côté qui ont duré toute la nuit. Il se doutait que c’était la voix de Mme Li Dongmei. M. Li a été transféré dans un centre de détention le 14 octobre 2013.


La torture de M. Cui Yong

La police a tiré M. Cui Yong par les cheveux, et lui a donné des coups de poing dans les côtes de façon répétée. Ils ont enveloppé sa tête avec un sac en plastique jusqu'à ce qu'il s’évanouisse. Ils l’ont aussi menotté et suspendu au cadre de la fenêtre toute la nuit. Ils lui ont aussi donné des coups de pied et l'ont battu alors qu'il était suspendu.


Procès illégal

Les pratiquants ont été illégalement jugés, alors que leurs avocats de Pékin et de Bozhou plaidaient non coupable en leur nom.


Les avocats ont accusé la police d'avoir commis des crimes de groupe coordonnés afin de maximiser la peine à laquelle les pratiquants feraient face.


Les juges au procès étaient Yan Tingyao et Che Haisan. Le procureur Su Xiaofei.


Version chinoise :
安徽亳州警察凶残折磨法轮功学员

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.