La vie après la torture -Une famille essaie de reprendre une vie normale après une décennie de terrifiante persécution en Chine

 
(L–R) Wang Huijuan, Li Fuyao, et Li Zhenjun à leur domicile dans le Queens, New York, le 8 janvier 2017. La famille a fui la Chine en 2014 et a obtenu l’asile après avoir enduré des années de séparation et de torture pour leur pratique du Falun Gong. (Samira Bouaou/Epoch Times)

Elle avait été interrogée auparavant, mais cette fois était pire. Wang Huijuan, un professeur d’école élémentaire, était une prise de choix, et le vigile à la gare allait toucher une jolie récompense pour l’avoir dénoncée.


Il s’était empressé de la signaler par radio à la police de la sécurité intérieure : " Nous en avons trouvé une autre qui pratique le Falun Gong ! " s’est rappelée Wang. En un éclair plusieurs agents sont apparus et ont précipitamment fait sortir tout le monde de la zone d’attente de la gare avant d’emmener Wang à un centre de détention local.


Le vigile avait fouillé le bagage de Wang et trouvé des dépliants et des DVD rendant compte de la persécution du Falun Gong (aussi appelé Falun Dafa) par le régime chinois et révélant la campagne de propagande d’état visant à salir la pratique spirituelle. La police exigeait de savoir de qui elle les avait obtenus et où ils avaient été produits.


Au centre de détention elle se débattait avec une telle énergie que les agents n’ont pas réussi à l’attacher. Ils lui ont écrasé la tête contre un mur et commencé à lui fouetter la tête et le visage avec une règle de métal venant d’un bureau voisin.


“Il y avait du sang partout. Mon nez et ma bouche saignaient, et ils m’ont rompu les tympans,” a dit Wang, qui vit aujourd’hui à New York (et porte des appareils auditifs).


“J’ai pensé une seule chose à cet instant: ‘Même si je meurs, je ne donnerai aucun nom,'” a-t-elle dit par l’intermédiaire d’un interprète. “Et je ne renoncerai pas à ma foi.”


Mais le prix a été élevé.


Elle a passé les sept années suivantes en prison, séparée de son mari et de sa petite fille. Wang a enduré le lavage de cerveau, les interrogatoires, la contrainte physique, les coups, les gavages, la privation de sommeil et la torture psychologique.


“Tout était lié à la ‘transformation’— qui signifie que vous signez une déclaration disant que vous ne pratiquerez plus le Falun Dafa.,” a expliqué Wang. “Si vous ne vous transformiez pas, ils ne vous laissaient pas voir votre famille, ou vous étiez licenciée, ou vos collègues allaient avoir des ennuis, où les policiers seraient punis. Ils avaient des quotas.”


Et si vous signiez, ça n’était pas la fin de la torture psychologique, vous seriez utilisé pour aider à transformer d’autres pratiquants.

 
(D’arrière en avant) Li Zhenjun, Li Fuyao, et Wang Huijuan meditent dans leur appartement du Queens le 8 janvier. Tous ont encore des moments où ils n’arrivent pas à croire qu’ils sont vraiment libres et ensemble de nouveau. (Samira Bouaou/Epoch Times)


[à suivre]

Source : Epoch Times international

Life After Torture -A family seeks normalcy after enduring a decade of extraordinary persecution in China

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.