Des familles de pratiquants détruites en conséquence de la politique de persécution de Jiang Zemin

Lorsque Mme Wu Weiming a été libérée de prison en 2006, après quatre ans d'emprisonnement en raison de sa croyance spirituelle dans le Falun Gong, elle se trouvait dans une situation terrible. Son père était décédé, sa mère gravement malade, son mari avait demandé le divorce, son fils avait été contraint de quitter l'école et elle avait été licenciée de son travail.

Maintenant, elle est parmi les 146 000 pratiquants de Falun Gong qui ont déposé des plaintes pénales contre l'ancien dictateur chinois Jiang Zemin, pour le lancement de la persécution du Falun Gong en 1999.

Arrêtée, emprisonnée, le domicile pillé

Mme Feng Xilan a été arrêté 11 fois et condamnée deux fois en un total de 12 ans depuis 1999, pour n'avoir pas voulu renoncer à sa croyance dans le Falun Gong. Elle a été torturée et dans un état critique les deux fois où elle a été injustement emprisonnée.

" On m'a arrêtée en octobre 2000. La police a fouillé la maison devant ma mère", a-t-elle dit.

" Ma mère était si effrayée, qu'elle ne pouvait pas parler et ne faisait que trembler. Pendant ma détention, elle était extrêmement inquiète. Elle faisait le tour de notre maison encore et encore, l'esprit absent. Elle est tombée et s'est cassé le poignet droit."

"La police l'a harcelée en 2005 et elle a pensé qu'ils m'avaient persécutée à mort. Elle ne pouvait pas se calmer et errait à l'extérieur de notre maison. Elle était si terrifiée qu'elle n'a pas parlé pendant une longue période. Après cela, sa santé s'est détériorée rapidement et elle est décédée, accablée de douleur et de tristesse", s'est rappelé Mme Feng.

Une enfant de quatre ans laissée seule

Mme Luan Qingling a décrit ce qui était arrivé à sa fille de quatre ans après que son mari ait été contraint à demander le divorce pendant qu'elle était emprisonnée.

" Ma fille restait seule à la maison la plupart du temps. Elle allait souvent dehors pour me chercher. Quand finalement je l'ai vue après avoir été libérée, elle m'a dit qu'elle avait pleuré tous les jours. "

" Elle m'a dit des larmes dans les yeux : 'Toutes les mamans venaient chercher leurs enfants pour les ramener à la maison tous les jours après l'école. Mais j'étais toujours seule. Personne n'est jamais venu me chercher. Tu m'as tellement manqué, maman.'

" Cela m'a déchiré le cœur ", a déclaré Mme Luan.

Une famille brisée, des cœurs brisés

En raison de la persécution, de nombreuses familles de pratiquants de Falun Gong se sont effondrées.

Quand les pratiquants étaient arrêtés ou emprisonnés, les membres de leur famille étaient régulièrement harcelés à cause de la politique de culpabilité par association du régime communiste. Le tourment mental n'était pas moindre que la torture physique.

Beaucoup de parents âgés de pratiquants ont fait des dépressions nerveuses. Leur santé s'est détériorée et ils sont décédés.

"Les jours précédents sa mort, ma mère ne pouvait plus parler ni manger. Elle m'a regardée avec un regard accablé de douleur, des larmes coulant de ses yeux. Mon cœur était brisé", a déclaré Mme Feng Xilan se souvenant des derniers jours de sa mère.

Beaucoup de pratiquants ont raconté comment pratiquer le Falun Gong avait sauvé leur mariage. Toutefois, en raison de la persécution, ils ont été contraints au divorce. Beaucoup d'enfants ont été laissés livrs à eux-mêles. Ils ont été privés de leurs parents qui les aimaient et prenaient soin d'eux. Ils ne pouvaient plus aller à l'école. Au lieu d'une enfance heureuse et insouciante, ils ont fait l'expérience de la discrimination et de l''humiliation.


Version chinoise :
江泽民给多少无辜家庭造成创痛

Traduit de l’anglais :
Practitioners' Families Destroyed as a Result of Jiang Zemin's Policy of Persecution

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.